Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

Une Belle Saloperie, de l'ombre à la lumière

Festival / Quatrième édition en vue pour Une Belle Saloperie, ce « festival qui n’en est pas vraiment un » dédié à l’avant-garde graphique et cinématographique. Au programme, une exposition, deux projections et une bonne dose d’irrévérence.

Pour ceux et celles à qui ce nom intrigant ne dirait rien, une petite présentation d’Une Belle Saloperie n’est sans doute pas inutile. Suite au succès massif rencontré par son Microsaloon, un salon dédié à la microédition organisé chaque année au mois de mai dans les rues du quartier Championnet, l’association RbGp a eu envie de mettre en place un autre événement au mois de janvier, réservé cette fois à un public adulte, curieux et averti. Centré autour du thème de l’érotisme lors de ses deux premières éditions en 2018 et 2019, Une Belle Saloperie a par la suite choisi d’élargir le focus de sa programmation, sans renoncer pour autant à ce qui constitue sans doute sa caractéristique principale : mettre en avant des propositions artistiques à la fois pointues et audacieuses qui tranchent farouchement avec le tout-venant. Loin de la fadeur et du consensualisme ambiant, la manifestation présente ainsi des œuvres qui marquent, interpellent, et se contrefichent bien de faire l’unanimité. Le ton étant donné, ne reste plus désormais qu’à explorer le programme de cette quatrième édition.

Sortez les mouchoirs

Présentée du vendredi 21 janvier au samedi 26 février à la librairie Les Modernes, l’exposition "coup-double" de cette édition s’approprie des supports inattendus pour mieux les détourner de l’univers un peu désuet et suranné qui leur est traditionnellement associé : la broderie se transforme ainsi en nouveau moyen d’expression féministe pour Ann Bowman, tandis que les vieux mouchoirs en tissu de nos aïeux accueillent les créations sérigraphiées de la crème de l’illustration underground contemporaine avec Snifff… C’est beau ! Une semaine plus tard, le vendredi 28 janvier, Céline Ruivo, ancienne directrice des collections films à la Cinémathèque française, viendra présenter au Train Fantôme « une histoire du cinéma décadrée », un temps d’échange ponctué de projections autour de son documentaire (en cours) sur les réalisatrices de films expérimentaux. Le dimanche 31 janvier enfin, le 102 accueillera une carte blanche à Yves-Marie Mahé, figure de proue suractive d’une certaine contre-culture cinéphilique qui nous fera découvrir une programmation fleuve regroupant films courts et documentaires.

Une Belle Saloperie 4 du vendredi 21 au dimanche 31 janvier

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 14 janvier 2020 De la suite dans les idées coquines : actrice du monde de la microédition, l’association grenobloise RbGp lance cette semaine la troisième édition de son événement au titre explicite, Une belle saloperie
Mardi 2 mai 2017 En amont de la troisième édition du salon de la microédition de Grenoble (le désormais fameux Microsaloon, qui se déroulera samedi 20 mai rue Lakanal et (...)
Mardi 24 mai 2016 Dédié aux "objets-papiers" de toutes formes (fanzines, livres, posters, collages…) fabriqués et édités de manière artisanale par des artistes indépendants, le Microsaloon de la petite édition revient ce samedi dans deux rues grenobloises...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter