Jarry : « Souvent, les skis vont plus vite que mon corps »

Jarry

Summum

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Humour / Entretien téléphonique de sortie de douche avec Jarry : « Ma première interview tout nu ! » Avec toute sa sincère bienveillance et son autodérision, l’humoriste a finalement enfilé un slip pour nous parler de son nouveau spectacle, qu’il jouera le 12 février au Summum de Grenoble.

Le titre de votre spectacle, c’est Titre. Vous nous expliquez ?

Titre, parce que c’est difficile de définir deux heures de spectacle en quelques mots ! Comme tous les soirs le spectacle change en fonction des spectateurs et de la ville dans laquelle je joue, je l’ai appelé Titre, comme ça les spectateurs peuvent l’appeler comme ils veulent.

Je parle de ma famille, de mes enfants, de ma maman, des femmes en général et de la chance que j’ai eue d’avoir tout au long de ma vie des femmes incroyables qui m’ont protégé, qui m’ont inspiré, qui m’ont donné énormément de soutien. Je parle de tous les sujets qui m’agacent, de mon enfance, des choses que je trouve absurdes dans la société... J’essaie de dire aux gens qu’il ne faut pas trop se prendre au sérieux, mettre les choses un peu à distance, parce que sinon on est trop dans l’affect, dans le sentiment. Mais surtout je me moque de moi ! Comme je suis un panier sans fond en termes de bêtise, j’ai plein de choses à dire sur moi.

On aime particulièrement votre talent d’improvisateur : verra-t-on encore de l’improvisation dans ce nouveau spectacle ?

Exactement, une vingtaine de minutes sont réservées à l’improvisation à chaque date. C’est important, parce que les gens viennent me voir tous les soirs dans des lieux différents. Un spectacle, c’est avant tout une rencontre entre le public et nous ; j’adore découvrir les spécificités des endroits où je joue, que ce soit la gastronomie, les noms des villages et des villes, les chansons… Je découvre à chaque fois des choses incroyables !

Que vous inspire Grenoble ?

Je n’y suis pas venu souvent. Mais à chaque fois on me dit : « Grenoble, c’est une cuvette. » J’adore cette expression, je trouve que c’est pas très valorisant pour les gens de Grenoble (rire) ! Après, vous avez la chance d’avoir la montagne juste à côté, souvent les gens font du ski chez vous le week-end ; eh bien par exemple, la montagne et moi on n’est pas compatibles ! J’ai le vertige en altitude, et souvent les skis vont plus vite que mon corps, ça pose un léger problème… C’est des petites choses comme ça qui sont rigolotes !

Vous avez longtemps joué dans de petites salles, au début de votre carrière ; vous interveniez aussi dans des lycées, des maisons d’arrêt… Est-ce là que vous avez aiguisé votre aptitude à l’improvisation ?

C’est exactement ça. C’est là où on apprend à être à l’écoute des gens, à ne pas tricher, à ne pas faire semblant de les écouter pour faire une blague. C’est-à-dire qu’on s’inspire vraiment de la réponse et on leur dit : vraiment, tout ce que vous allez faire et dire aura une conséquence dans le spectacle. C’est ça que j’aime. Je crois que les gens – encore plus aujourd’hui où on nous a interdit pendant deux ans de nous réunir – ont besoin de s’approprier ce moment, de ne pas être que des spectateurs qui s’assoient et regardent Jarry pendant deux heures. Aujourd’hui, il faut qu’on se retrouve, qu’on se parle, qu’on se touche, c’est ça qui m’intéresse. Moi je fais ce métier pour le côté tactile, pour sentir et ressentir les gens, créer une vraie relation. Sinon, je fais des sketches à la télé !

Pensiez-vous, alors que vous écumiez les petites scènes d’Anjou, un jour afficher complet ou presque sur une tournée des Zénith ?

Jamais Madame ! (Soupir) Et tant que je ne suis pas sur scène, je n’y crois pas encore. Quand je regarde en arrière, ça fait dix ans que je fais ce métier, j’ai l’impression de m’être coupé de tout pour pouvoir réussir à être ce que je voulais être. Ne pas aller aux enterrements, aux mariages, aux anniversaires… J’étais toujours sur scène, je devais travailler. Mais j’aime tellement ça !

Ce n’est pas que mon Zénith, c’est aussi le Zénith des gens qui m’ont soutenu depuis dix ans. C’est la province qui a fait ce que je suis aujourd’hui. Les gens qui viennent de là d’où je viens, c’est eux qui m’ont porté. J’y suis attaché car je viens à 200% de cette France-là, souvent un peu négligée. Moi je suis extrêmement fier d’être un artiste populaire, de représenter tous ces gens qui se lèvent avec le soleil, qui font des métiers manuels… C’est leur Zénith aussi, c’est comme ça que j’entrevois les choses. J’emmène sur scène toute mon histoire, ma famille. J’emmène tout ce que je représente, c’est-à-dire un gamin qui est né dans un village de 600 habitants, milieu vigneron, qui s’est découvert homosexuel… Il y a dix ans quand j’ai commencé on disait : « il ne va faire rire que les Parisiens, parce qu’en province, les homosexuels on les brûle », en gros c’était un peu ça. Et aujourd’hui je rentre dans le cercle fermé des humoristes qui font les Zénith. Encore une fois on a sous-estimé ces gens de province. Moi je leur dis à quel point je les aime, et à quel point je suis fier de venir de la terre.

Et puis, on grandit avec notre public ; ce qui me faisait rire il y a dix ans me fait un peu moins rire aujourd’hui. Je ne suis pas un humoriste qui a envie de parler de politique, le quotidien nous plonge tellement dans ces univers-là ! Si je prends une place de spectacle c’est pour m’échapper de tout ça. Quand je vais dans un parc d’attraction, je ne me demande pas comment sont fabriquées les manèges ; je veux avoir peur, je veux rigoler…

Vous ne parlez pas de politique dans vos spectacles, mais en dehors, vous vous engagez sur les sujets qui vous touchent, comme l’homoparentalité ou encore la fin de vie.

Mais pour moi, ce sont des sujets sociétaux plutôt que politiques. La fin de vie, c’est important parce qu’on devrait tous se dire qu’on va mourir à un moment donné, et s’intéresser à comment on va mourir. Au travers de l’association a2main, je ne m’engage pas pour l’euthanasie, je m’engage pour qu’on accorde des moyens afin que les gens ne souffrent pas. J’ai envie que chacun puisse partir dignement, sans douleur, entouré de ceux qu’il aime, des choses de la vie qu’il aime. Dire aux gens que jusqu’à la fin, ils sont importants et considérés. Qu’on ne les mette pas dans des pièces où on ferme la porte, avec une infirmière qui vient une fois par jour. Je suis contre ça, je pense que la manière dont on accompagne les gens jusqu’à la fin en dit beaucoup sur comment, nous, on a envie d’être considérés à ces moments-là.

Lors de l’élection présidentielle de 2017, vous aviez appelé à voter pour Emmanuel Macron afin de faire barrage à Marine Le Pen au second tour. Le referiez-vous en 2022 ?

Très honnêtement, je n’ai aucun souvenir là-dessus, tout le monde m’en parle, c’est rigolo ! L’histoire nous a appris que les extrêmes n’ont jamais fait du bien ; je trouve qu’on a le droit de ne pas être d’accord, mais on doit quand même vivre ensemble. Je ne crois pas que dans une relation conflictuelle, il y ait un 100% raison et un 100% tort, je suis plutôt pour la modération. Les choses sont toujours plus compliquées. Donc j’appelle plutôt à ce qu’on vive ensemble, et je crois que les candidats qui représentent ce vivre ensemble ne sont pas des extrémistes, ni de droite, ni de gauche. Ça ne me fait pas rire ces sujets… Ce qui m’angoisse surtout en ce moment, c’est est-ce que les gens vont revenir dans les salles ou est-ce qu’ils ont peur encore de se dire « j’achète une place et je vais la garder trois ans dans mon sac à main »… Nous aussi, ça fait deux ans qu’on ne travaille pas et qu’on se pose des questions sur le sens de ce qu’on fait. Donc venez, on vous promet que la date va avoir lieu ! Spectacle familial, évidemment, on peut venir avec des enfants… Mes enfants l’ont vu et ils ont 6 ans. Je précise car souvent, les gens me posent la question !

Jarry. Titre samedi 12 février au Summum, 35€ à 38€

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 9 mai 2022 Déjà en terrain conquis lorsqu’on entend pâtes fraîches fabriquées sur place, alors imaginez quand ce savoir-faire est offert en continu à la vue d’une clientèle (...)
Vendredi 22 avril 2022 Installées sur le glacis du fort de la Bastille, face à Belledonne, quatre petites cabanes conçues par des étudiants en architecture doivent permettre au public néophyte d’expérimenter le bivouac en montagne. Du 2 mai au 2 octobre, des gardiens se...
Vendredi 22 avril 2022 La Cinémathèque de Grenoble propose une visite guidée passionnante sur les traces des anciennes salles obscures du centre-ville. Place Grenette, avenue Alsace-Lorraine, rue de Palanka… une petite promenade instructive mêlée d’anecdotes amusantes.
Lundi 11 avril 2022 Alors que quelques-unes de ses œuvres de jeunesse bénéficient actuellement d’une ressortie dans des copies restaurées en 4K grâce au travail toujours (...)
Mardi 12 avril 2022 Les personnes sont les mêmes, mais les statuts changent. Au lieu d’être exploitée en délégation de service public par l’association MixLab, la Belle Électrique sera gérée par une SCIC (Société coopérative d’intérêt collectif), Musiques Actuelles...
Mardi 12 avril 2022 Le Midi / Minuit propose une soirée électorale plutôt originale pour le second tour de la présidentielle. Un cabaret drag agrémenté de petits fours et de Prosecco, histoire de rire un bon coup, quel que soit le résultat…
Lundi 4 avril 2022 Travailleurs, forces de l’ordre, fêtards, établissements culturels et festifs, riverains… Lundi 21 mars, des dizaines d’acteurs de la nuit étaient réunis en mairie pour entendre le résultat de six mois d’enquête sur la nuit à Grenoble.
Lundi 28 mars 2022 Ce n’est pas tous les jours que la collection permanente du musée de Grenoble s’enrichit d’une œuvre nouvelle. En l’occurrence, un tableau du XVIIe siècle, signé du trop méconnu Reynaud Levieux, qui a bénéficié pour l’occasion d’un travail...
Lundi 28 mars 2022 La nature comme vous l’avez rarement vue au cinéma : le Pathé Chavant consacre une soirée aux deux derniers documentaires de Cyril Barbançon, "Ouragan" et "Neige". Des films courts présentés en 3D, qui seront suivis d’un échange avec des...
Lundi 14 mars 2022 C’est inédit, une aire de bivouac ouvre bientôt sur l’esplanade au-dessus du fort de la Bastille. Ce projet expérimental est un maillon important du programme concrétisant la distinction Grenoble Capitale Verte de l’Europe 2022. Le site le plus...
Lundi 14 mars 2022 À l’occasion de son passage à la Bobine le 19 mars dans le cadre du Mois décolonial de Grenoble, on a filé un coup de fil à Rocé pour discuter de ses différents projets mais également de son rapport à l’Histoire et de son intérêt pour les musiques...
Lundi 14 mars 2022 Il faut monter 33 fois la Bastille pour équivaloir au sommet de l'Everest. Certains vont s'y atteler, ce week-end.
Mercredi 9 mars 2022 Événement à la Belle avec la venue du commandant en chef de feu Sonic Youth, qui depuis la séparation du groupe phare de l'indie rock américain multiplie les saillies solo comme pour mieux combler et dérouter ses fans éplorés.
Lundi 14 mars 2022 Ne vous fiez pas au nom de cette enseigne, ni à la relative nonchalance de ceux qui la font tourner. Le Trankilou est une affaire qui marche et Samuel, (...)
Mardi 1 mars 2022 Dans le cadre de son luxuriant cycle "L’invitation au voyage", la cinémathèque de Grenoble propose de découvrir deux perles rares amplement passées inaperçues à leur sortie : "Les Naufragés de l’île de la Tortue" de Jacques Rozier, et...
Mardi 1 mars 2022 Pourquoi notre cerveau aime – chez les gens normalement constitués – le riff d’intro de "Whole Lotta Love", mais déteste le bruit du marteau-piqueur ? L’effet de la musique sur nos ciboulots est le thème de la Semaine du cerveau,...
Mardi 15 février 2022 Une esquisse très graphique sur le mur, une dose outrecuidante d’orange, une petite pile de magazines à disposition, un rideau dans l’esprit seventies (...)
Lundi 14 février 2022 Inutile de dire qu'on profitera des éclaircies pour apprécier l'environnement naturel de Grenoble. Quelques idées d'activités gratuites à pratiquer en montagne : y a pas que le ski !  
Mercredi 9 février 2022 Froissé, plié, enroulé, déchiré, cartonné… Le papier se décline sous toutes ses formes dans Peau de papier, un spectacle jeune public (dès 5 ans) imaginé par le Colectivo Terrón.
Mardi 15 février 2022 Il ne faudra pas prolonger le before outre mesure ces soirs-là sous peine de se faire refouler fermement à l’entrée. Pour sa réouverture (pardon, sa (...)
Lundi 7 février 2022 La mairie de Grenoble rebat les cartes de la Belle Electrique et la Clé de Sol, deux équipements qu’elle compte mettre à disposition d’un gestionnaire non plus via une délégation de service public, mais via une convention d’occupation du domaine...
Mardi 15 février 2022 À l’âge de 5 ans, Mathieu Renouard avait déjà pris sa décision : plus tard, il serait cuisinier. « Quand on allait au restaurant avec mes parents, (...)
Lundi 31 janvier 2022 À ses débuts en janvier 2021, la Centrale jardinerie était un site internet offrant une jolie proposition végétale consultable en un clic. À défaut d’avoir un (...)
Lundi 31 janvier 2022 Les épisodes du nouveau podcast "Le camp de base" sont en passe d’être diffusés partout, à compter du 7 février. Le Petit Bulletin vous parle de cette production indépendante, imaginée par une passionnée de son et de montagne.
Lundi 31 janvier 2022 Nouvelle agora et décor à couper le souffle : Emmanuel Meirieu adapte Les Naufragés de Patrick Declerck qui a écouté, soigné, pansé les clochards que la société efface. Spectacle hors normes.
Mardi 18 janvier 2022 L’association Retour de Scène a annoncé la programmation de son festival Magic Bus 2022. Après l’hiver et le grand froid, cette 21e édition du festival de musiques actuelles en plein air promet un dégel exaltant ! De retour sur le site de...
Mardi 18 janvier 2022 Si la marque Belle de Jupe est née en 2018, elle n’est grenobloise que depuis un an : « De Paris, j’ai décidé de revenir dans ma région (...)
Mardi 4 janvier 2022 Les salles de concert commencent 2022 avec un nouveau coup d’assommoir, douloureux même si elles l’avaient vu venir. Spectateurs assis, interdits de consommation au bar et jauge limitée : les structures sont en première ligne des mesures de...
Mardi 4 janvier 2022 À l’occasion du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes, l’égyptologue Karine Madrigal donne une conférence le 17 janvier à l’auditorium du musée de Grenoble. Le public grenoblois sera mis au parfum des récentes découvertes issues du fonds...
Mardi 4 janvier 2022 Quand on rentre dans un restaurant de fondues et raclettes, il faut s’attendre à supporter la décoration folklorique de rigueur : nappes ou rideaux (...)
Mardi 4 janvier 2022 On peut aimer l’esprit de Noël et être fatigué des recettes fantaisistes de tante Suze, qui pousse toujours le bouchon un peu (...)
Mardi 4 janvier 2022 Habitué à coller ses œuvres dans les rues, l’artiste Cobie Cobz expose ses affiches aux messages surprenants à la galerie SpaceJunk. Il se questionne (...)
Mardi 4 janvier 2022 S’il y a une discipline qu’on ne s’attendait pas à voir débarquer massivement dans les stations, c’est bien le ski de randonnée. À tel point que l’agence Isère Attractivité a dû impulser une politique de structuration de l’activité. Pour des...
Mardi 4 janvier 2022 De toutes les idoles féminines de la Nouvelle Vague, elle est celle dont l’aura a toujours été accompagnée d’un mystère aussi paradoxal qu’insondable ; celle aussi qu’une mort prématurée aura vitrifiée dans ses légendes précoces et successives, à...
Mardi 4 janvier 2022 Si vous êtes âgés de 13 à 26 ans, et que vous avez envie de développer vos talents d’orateur ou oratrice, le dispositif Emergences piloté par la ville de (...)
Mardi 4 janvier 2022 [REPORT en 2023] Oui, aller voir un tribute band, ça a toujours un côté un peu pâle copie, second couteau, roue de secours. Surtout qu’il en fleurit de (...)
Mardi 4 janvier 2022 Le Maudit Festival est l’un des rendez-vous incontournables de la cinéphilie grenobloise, avec une sélection pointue de films qui ne laissent personne indifférent. Pour cette édition, l’équipe du festival a choisi pour thème l’onirisme, entre rêves...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter