Vimala Pons, fantasque reine de l'illusion

Le périmètre de Denver

MC2

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Performance / Voiture sur la tête et transformisme bluffant au cœur d’un Cluedo déjanté : "Le Périmètre de Denver", un spectacle complètement fou sorti de l’esprit fantasque de l’actrice-circassienne Vimala Pons, s’arrête pour quatre représentations à la MC2 de Grenoble.

Nous sommes dans un hôtel de thalassothérapie. Un homme est retrouvé mort dans sa baignoire. Les personnes présentes dans l’hôtel sont entendues les unes après les autres, et au cours de leurs dépositions, elles ont tendance à digresser et se raconter au-delà de l’heure du crime. Ainsi on découvre l’origine de la carrière de l’ex-chancelière Angela Merkel, on rencontre un hydrothérapeute canin, un assureur hollandais, une retraitée qui aime conduire… Et on pénètre le périmètre de Denver, cet espace d’incertitude créé par le mensonge. Finalement, qui a tué la victime Stéphane Dosis, cet être détestable qui exerce le métier de troll numérique ? Et quelle est l’arme du crime ? Un Cluedo barré qui mêle au théâtre des éléments de cirque ; chaque personnalité porte – littéralement – son bagage émotionnel intime. Vimala Pons aime installer des objets géants en équilibre sur sa tête… Du grand spectacle, avec odeur de poudre et surprises, dans une mise en scène ultra complexe millimétrée.

à lire aussi : La Fille du 14 juillet

Métamorphoses

Chacun des sept personnages de l’intrigue est interprété par Vimala Pons. En Inde, où l’actrice-circassienne est née et a grandi, Vimala signifie "la fête est permanente"… Seule au plateau, elle produit un incroyable travail de transformiste, laissant voir une partie de ses techniques de métamorphoses au public… Carrément bluffante ! Connue pour son travail d’actrice – elle a notamment joué dans La Fille du 14 juillet d’Antonin Peretjatko, Comme un avion de Denis Podalydès, ou encore Vincent n’a pas d’écailles de Thomas Salvador –, Vimala Pons montre ici tout son savoir-faire de performeuse ; concentrée, elle investit corps et âme dans cette pièce, termine assoiffée, en sueur et en larmes face au public qui l’ovationne.

Le Périmètre de Denver est classé dans la catégorie "cirque", mais pour nous, c’est bien de théâtre qu’il s’agit. Du théâtre augmenté de tas d’artifices, certes, mais le texte a bien toute son importance au milieu de ce chambardement sur scène. C’est drôle, par petites touches intelligentes et subtiles, ça observe sans les condamner les travers des uns et des autres. Vimala Pons invite le spectateur à s’interroger, à chaque nouvelle entrée fracassante d’un protagoniste. « Regardez-le. Est-ce que vous l’aimez bien ? Pourquoi ? Pensez-vous qu’il ait pu tuer quelqu’un ? » Alors on se sonde honnêtement : lui, sa tête ne me revient pas, mais pourquoi ? Le costume, la façon de marcher, la moustache ?

Vimala Pons propose avec Le Périmètre de Denver un spectacle fou mis sur pied avec Tsirihaka Harrivel, déjà présent (et sur scène) sur sa précédente pièce, Grande. Cette fois, elle occupe l’espace seule et laisse s’exprimer à plein sa personnalité délicieusement fantasque. Ces images de la confession quick-change de la chancelière, et d’une vieille dame portant une Fiat Panda en équilibre sur son crâne, tous phares allumés, nous suivront encore longtemps.

Le Périmètre de Denver du 17 au 20 mai à 20h et le 21 mai à 19h à la MC2, de 5€ à 28€

 

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 22 février 2018 Arty, élégant (quel splendide noir et blanc) et un peu agaçant, ce premier long-métrage de Bertrand Mandico a tout du manifeste pour un cinéma exacerbant les sens et la pellicule, osant pour ce faire être, parfois, sans tête ni queue.
Mardi 9 juin 2015 Bruno Podalydès retrouve le génie comique de "Dieu seul me voit" dans cette ode à la liberté où, à bord d’un kayak, le réalisateur et acteur principal s’offre une partie de campagne renoirienne et s’assume enfin comme le grand cinéaste populaire...
Mardi 17 février 2015 Devant et derrière la caméra, Thomas Salvador relève le défi d’inventer un super-héros français sans perdre de vue les rives du cinéma hexagonal, réalistes et intimistes. Et ça marche ! Christophe Chabert
Vendredi 7 juin 2013 Premier long-métrage d’Antonin Peretjatko, cette comédie qui tente de réunir l’esthétique des nanars et le souvenir nostalgique de la Nouvelle Vague sonne comme une impasse pour un cinéma d’auteur français gangrené par l’entre soi. Qui mérite, du...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter