Le Mois décolonial de retour à Grenoble : « On n'est pas là pour prêcher une vérité »

Événement / Le Mois décolonial revient pour une seconde édition. Il avait fait hurler une large frange politique l’an dernier, en pleine bataille électorale des régionales. Sans motif valable selon les organisateurs, qui y voient un déni du racisme en France. Cette fois-ci, l’événement, qui convie notamment Assa Traoré et Taha Bouhafs, tombe tout pile dans la dernière ligne droite de l’élection présidentielle.

Ce qui hérisse les antis de tous bords ? L’usage du terme "décolonial", qui suggère que les dominations des colons sur les colonisés subsistent, tant au niveau des nations que des individus. C’est le postulat de départ des organisateurs, qui cette année sont une vingtaine d’associations, contre quatre pour la première édition du Mois décolonial, en 2021. Le représentant de l’une d’elles, Mix’art, Fabien Givernaud, tranche : « Le racisme est très présent en France, et pour nous, ce racisme vient de la colonisation et de l’esclavage. » À partir de là, une série de tables rondes, conférences, débats et événements festifs thématiques sont organisées pour « déconstruire l’imaginaire colonial », le mot d’ordre du festival. Avec des personnalités clivantes, comme Taha Bouhafs ou Assa Traoré, et d'autres beaucoup moins : le conseiller départemental Pierre-Didier Tchétché-Apea, le journaliste et écrivain Philippe Baqué, les universitaires Malcom Ferdinand, Linda Boukhris, Mélissa Manglou ou encore l’artiste Nadège de Vaulx. « L’idée est de créer un socle commun autour d’idées, pour bâtir une réflexion. Nous-mêmes, l’an dernier, il est arrivé qu’on soit en désaccord avec certains intervenants ». D’ailleurs, il précise qu’il ne parle qu’en son nom, la multiplicité des organisateurs n’ayant pas des convictions uniformes. « On n’est pas là pour prêcher une vérité. »

« Au moins, on va parler d’identité française autrement »

Tout ce monde abordera des thèmes allant de la restitution de l’art africain à l’écologie politique dans les outre-mer, des luttes sociales dans les banlieues aux imaginaires touristiques coloniaux… Sans oublier les concerts, notamment à La Bobine en soutien à SOS Méditerranée, et à la Bifurk où se jouera un "concert décolonial". Quésaco ? « C’est plutôt multiculturel », corrige Fabien. « On veut surtout montrer que le multiculturalisme, c’est hyper positif. » Les accusations de renforcement du communautarisme, il les balaie : « On ne va jamais critiquer le communautarisme des bourgeois blancs entre eux. On appartient tous à des communautés ! On pense justement que pour ne pas fermer les communautés sur elles-mêmes, il ne faut pas les discriminer ; ce n’est pas en les mettant de côté qu’on va régler le problème. »

L’an dernier, le Mois décolonial avait attiré 1500 personnes, selon les organisateurs. « Le décolonialisme, la laïcité, pour toute une génération ça ne fait même plus débat. En 2021, on a surtout reçu des gens de moins de 40 ans. » Est-ce que des curieux sont venus sans être spécialement investis dans l’antiracisme ? « Ce n’était pas majoritaire, mais on a eu des gens grâce au buzz médiatique. Beaucoup sont venus et sont repartis, d’ailleurs, sans comprendre pourquoi il y avait eu un tel buzz. » Pour cette seconde édition ils espèrent une affluence de 2500 personnes.

Que l’on soit en phase ou pas avec la pensée décoloniale, et quels que soient les fondements et l'ampleur qu’on lui attribue, impossible de fermer les yeux sur le racisme dans notre société, chiffré par de multiples enquêtes on ne peut plus officielles (accès au logement, à l’emploi, niveau social, contrôles par les forces de l’ordre…). L’hystérisation autour de ces questions ne contribue pas à faire avancer les choses, on dirait même que c’est le contraire, vu la campagne électorale pré-guerre en Ukraine. « Au moins, on va parler d’identité française autrement, aborder le sujet par un autre prisme que "les noirs et les arabes sont méchants". On essaie de complexifier un peu le discours. »

Mois décolonial du 3 au 31 mars, programme complet sur moisdecolonial.fr/programme

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Actus...

Vendredi 22 avril 2022 Récemment enrichi de trois nouvelles sorties, le label grenoblois Stochastic Releases accueille depuis quinze ans divers projets musicaux pointus aux esthétiques musicales radicalement différentes, que seule réunit la sensibilité artistique de son...
Vendredi 22 avril 2022 Installées sur le glacis du fort de la Bastille, face à Belledonne, quatre petites cabanes conçues par des étudiants en architecture doivent permettre au public néophyte d’expérimenter le bivouac en montagne. Du 2 mai au 2 octobre, des gardiens se...
Vendredi 15 avril 2022 Les gentils rappeurs toulousains sont les têtes d’affiche du prochain Vercors Music Festival, qui se tiendra du 1er au 3 juillet. Pas seulement, parce qu’ils ont carrément composé eux-mêmes une partie de la programmation (encore inconnue). Sinon, on...
Lundi 9 mai 2022 Les équipes d'ARC-Nucléart, le laboratoire grenoblois qui met le rayonnement gamma au service du patrimoine, nous ont ouvert leurs portes pour une délicieuse immersion scientifique au sein de ce lieu expérimental grenoblois, unique en France, qui...
Mardi 12 avril 2022 Les personnes sont les mêmes, mais les statuts changent. Au lieu d’être exploitée en délégation de service public par l’association MixLab, la Belle Électrique sera gérée par une SCIC (Société coopérative d’intérêt collectif), Musiques Actuelles...
Mardi 29 mars 2022 Il faut souvent chercher loin pour trouver les propositions ou les déclarations des candidats à l'élection présidentielle sur la culture (et parfois, sans résultat). Tour d’horizon, à quelques jours du scrutin, des mesures promises par chacun des...
Lundi 28 mars 2022 Josiane Gouvernayre, octogénaire iséroise, était reçue à bras ouverts mardi 22 mars au musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère, à qui elle a fait don d’une série d’objets personnels datant de la Seconde Guerre mondiale.
Mardi 29 mars 2022 Avouons qu’il aura été vite plié, ce petit dossier sur les propositions des candidats à (...)
Lundi 14 mars 2022 C’est inédit, une aire de bivouac ouvre bientôt sur l’esplanade au-dessus du fort de la Bastille. Ce projet expérimental est un maillon important du programme concrétisant la distinction Grenoble Capitale Verte de l’Europe 2022. Le site le plus...
Vendredi 18 mars 2022 « S’il vous plaît, parlez de nous. » C’est par ces mots que le Ballet de Saint-Pétersbourg, conclut son mail. En tournée en France jusqu’en avril, (...)
Lundi 14 mars 2022 [MàJ 18/03 : l'événement est reporté à une date non encore précisée] Plateau inhabituel à l’Ampérage, dimanche 20 mars. Jocelyne, Maryse, Odile, Anne, Zohra, Pascale et Michèle forment les "mamies guitares", le temps d’un unique concert.
Lundi 7 mars 2022 Parfaitement compatible avec les traditionnelles manifestations du 8 mars, le Petit Bulletin vous introduit une action originale proposée par la Casemate de Grenoble pour la journée internationale de lutte pour les droits des femmes.
Mardi 1 mars 2022 L'édito du n°1186 du 2 mars 2022.

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter