Constance Meyer : « Depardieu met en valeur l'instinct dans l'art »

Robuste / Parmi les premiers longs-métrages présentés lors du dernier festival de Sarlat figure celui de Constance Meyer, "Robuste", qui met face à face un Depardieu presque autobiographique et une Déborah Lukumuena peu impressionnée. Deux acteurs colossaux bien servis par une réalisation subtile.

Vos courts métrages mettaient déjà en scène Gérard Depardieu en situation de fragilité. Sont-ils peu ou prou des prologues à Robuste ?

Constance Meyer : Il y a une forme de continuité qui n’est pas forcément voulue. J’ai toujours écrit des rencontres qui modifient un peu les trajectoires des deux personnages. Ce n’étaient jamais des films complètement flamboyants avec des retournements de situation très forts, plutôt une forme de choses sous-jacentes, d’intimité. En cela, je pense que Robuste ressemble aussi aux courts-métrages que j’ai faits, qui sont toujours des face-à-face, la rencontre de deux univers, de deux solitudes et de deux personnages qui s'apportent quelque chose et se font grandir.

Dans Robuste, Georges (Gérard Depardieu) vit en vase clos, souffre de tachycardie, est harcelé par des avocats, collectionne les poissons de hauts fonds dans des aquariums pressurisés ; sa garde du corps Aïssa (Deborah Lukumuena) subit le stress de sa versatilité, de ses caprices mais aussi de sa vie personnelle et de ses combats de lutte. C’est un film sur la pression…

Je pense que c’est par imprégnation le monde dans lequel on vit : il y a une pression ambiante, qui doit probablement transparaître dans le film. Après, ce qui m’intéressait c’était la confrontation entre ce qu’on vit intérieurement et physiquement et ce qui se passe autour. Pour le personnage de Georges, il est à un moment donné de sa vie ; il a eu une carrière, il est célèbre mais il y a un manque d’envie, une fuite permanente de ses responsabilités de père, d’acteur. La rencontre avec Aïssa va lui permettre de renouer avec une envie de vivre – un retour à la vie qui est en fait un retour à son art, ce qui le tient debout.

Vous avez écrit les rôles pour vos acteurs ; or l’alchimie aurait pu ne pas fonctionner à l’écran entre les deux comédiens…

Tout à fait. Ça, c’est toujours un risque. Mais j’ai organisé deux rencontres entre Déborah et Gérard et je les observés. Ils ont lu le scénario, je ne leur ai pas demandé de jouer, et pendant ce temps-là, j’ai fait semblant de les écouter mais en fait je les regardais. Et je trouvais que c’était magnifique, que ça marchait, qu’il y avait quelque chose. En plus, ils avaient tous les deux cette intelligence de rester eux-mêmes, de ne pas chercher à exposer quoi que ce soit. Ils se regardaient, ils se parlaient… C’était déjà mes personnages ; je n’avais besoin de rien d’autre.

Il y a une part d’animalité chez Georges qui, sur le plateau, renifle sa partenaire de jeu. Est-ce quelque chose que vous aviez déjà observé chez Gérard Depardieu ou que vous avez surpris dans cette séquence ?

En fait, avec Depardieu, je crée des situations dans lesquelles, comme je le connais bien, je sais qu’il va probablement faire certaines choses. Je répète avec les autres acteurs ; lui arrive au dernier moment et je lui dit : « Voilà, il va se passer ça, ça et ça. » Et souvent, il se passe ce que je crois qu’il va se passer (ou pas, d'ailleurs), ou des choses complètement plus folles, ou beaucoup plus pudiques, ou beaucoup plus poétiques. On n’est jamais à l’abri d’une surprise ! C’est quelqu’un qui met énormément en valeur l’instinct dans son art, dans l’art en général. Il n’aime pas dire qu’il faut travailler avant ; ça l’énerve. Peut-être que ça l’énerve parce qu’en fait, il travaille malgré lui, mais la réflexion, le côté un peu prise de tête des réalisateurs, ça peut certainement l’énerver.

Comment avez-vous travaillé avec BabX, qui a signé la B.O. ?

C’est un génie, lui aussi : il fait tout. Il écrit, il compose, il produit, il chante. Il est souvent dans l’ombre et il est incroyable. Alors on a travaillé en entonnoir, vraiment : on a commencé par se dire : « Vu que ça s’appelle Robuste, on va faire une bande originale avec des instruments robustes. » On voulait des tubas, des fanfares, des trucs dingues ; on s’était imaginé des choses "fortes". Et puis, je suis revenu à un truc qui me tient vachement à cœur : la voix et le chœur, par élimination, à mesure que je montais le film. Parce qu’il fallait quelque chose de très épuré. On a d’abord demandé à une amie de BabX de faire un gospel – j’adore le gospel – donc pendant toute une période, j’ai monté le début du film avec ce gospel, qui m’a énormément bercée et accompagnée. Ensuite, je l’ai enlevé et il a créé, grâce un logiciel, des chœurs avec des voix synthétiques ; on a enregistré avec de vrais chanteurs certains chœurs – le madrigal, toutes les musiques un peu médiévales anglaises inspirées de poètes anglais – et puis on a gardé pour d’autres les voix synthétiques, qu’on a mixées et qui donnent un effet étrange.

Le cinéma est-il pour vous une forme de sport de combat ?

C’est un sport de combat dans le sens où il y a des corps qui se regardent et s’affrontent, mais pas dans le côté forcément combatif du processus. Même si je n’aime pas trop le voir comme ça, il faut quelque chose de très déterminé. On peut aussi choisir de ne pas voir les choses comme des obstacles ou comme des batailles à mener. Pour préserver la créativité, il faut être entouré de gens, d’alliés qui ont envie de faire la même chose. Du coup, ça ressemble beaucoup moins à une bataille ou à un combat qu’à une entreprise collective où tout le monde s’accorde sur la même envie. Il y a toujours un peu cette image du chef de guerre, que je n’aime pas trop…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 30 ao?t 2016 Oubliez son discours survolté lors de la remise de sa Caméra d’Or lors du dernier Festival de Cannes et considérez le film de Houda Benyamina pour ce qu’il est : le portrait vif d’une ambitieuse, la chronique cinglante d’une cité ordinaire en...
Mardi 1 mars 2016 Le millésime 2016 de Benoît Delépine et Gustave Kervern, les plus illustres cinéastes grolandais, est arrivé et il n’a rien d’une pochade : derrière son nez rouge de clown, "Saint Amour" dissimule une histoire d’amour(s) tout en sobriété… Notre film...
Mardi 16 juin 2015 De Guillaume Nicloux (Fr, 1h32) avec Gérard Depardieu, Isabelle Huppert…
Jeudi 20 décembre 2012 De Jean-Pierre Améris (Fr, 1h33) avec Gérard Depardieu, Marc-André Grondin, Christa Theret…
Jeudi 11 octobre 2012 Passant après le calamiteux épisode Langmann, Laurent Tirard redonne un peu de lustre à une franchise inégale en misant sur un scénario solide et un casting soigné. Mais la direction artistique (affreuse) et la mise en scène (bancale) prouvent que...
Jeudi 4 novembre 2010 Acteurs / Le cinéma de François Ozon affiche ouvertement son fétichisme cinéphile ; chez lui, la citation doit être littérale, incarnée, et les acteurs doivent (...)
Jeudi 4 novembre 2010 Cinéma / Pour son déjà douzième long-métrage, l’insaisissable François Ozon s’empare d’une pièce de boulevard signée Barillet et Grédy, pour en tirer une adaptation très libre, politique, drôle et mélancolique, au casting parfait et à la mise en...
Vendredi 28 mai 2010 Après "Deux jours à tuer", Jean Becker revient en Province avec ce joli film à l’humanisme sincère, porté par un très grand Gérard Depardieu. CC
Mercredi 14 avril 2010 Portrait / L’année 2010 permet à Gérard Depardieu de retrouver de grands rôles dans de bons films. CC
Mercredi 14 avril 2010 Quelles traces laisse un homme dans un monde où le travail est devenu la vraie mesure de la vie ? Des bulletins de salaire, des attestations de (...)
Mercredi 14 avril 2010 Pour "Mammuth", leur quatrième film en tant que réalisateurs, les Grolandais Benoît Delépine et Gustave Kervern ont embarqué un monstre désacralisé, Gérard Depardieu, dans un road movie drôle et mélancolique. Rencontre avec Gustave Kervern, artisan...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter