Ces scientifiques grenoblois qui interpellent les candidats à l'Élysée

Environnement / On compte 70 Grenoblois parmi les 1400 scientifiques qui ont, dans une tribune, fermement interpellé les candidats à l’élection présidentielle et les médias : la question climatique est trop absente du débat public. Le dernier rapport du Giec*, publié depuis, n’y a rien changé ; la guerre en Europe n’arrange rien. On en parle avec les chercheurs de l’université Grenoble Alpes.

Les ONG environnementales tiennent désormais des comptes hebdomadaires : 2, 7%, c’est la part du sujet climat dans les débats politiques, la semaine du 8 au 13 février – avant la guerre en Ukraine. Paru le 28 février, le dernier rapport du Giec* (la seconde partie du 6e rapport, pour être exact), qui a franchi le seuil de l’urgence en listant des dégâts irréversibles, a été légèrement relayé par la presse écrite, peu à la radio, très peu à la télévision. Pourtant, même en temps de conflit européen, tous les médias ont trouvé l’espace pour commenter l’entrée en campagne du président Macron ou le décès de Jean-Pierre Pernaut. Côté politiques, le rapport du Giec a été souligné par quelques tweets à gauche appelant à l’action (Hidalgo, Mélenchon, Poutou, Jadot). Et c’est tout.

Le 1er février, 1400 scientifiques signaient sur franceinfo une tribune pour inciter politiques et médias à « sortir de l’inaction ». La catastrophe étant annoncée, pourquoi n’arrive-t-on pas à mettre au centre des débats ce sujet brûlant, qui nous concerne tous ? « Parce que les politiques sont obsédés par la notion de croissance, de société de consommation et le sentiment que si on "n'offre pas" aux gens l'espoir de toujours en avoir plus, ils ne seront pas satisfaits », condamne Antoine Rabatel, glaciologue à l’université Grenoble Alpes, signataire de la tribune. Un commentaire « à titre personnel », précise-t-il. Brice Boudevillain, hydrométéorologue, analyse : « Les débats électoraux voient souvent à très court terme. Les candidats pensent qu'apporter de nouvelles contraintes, à des électeurs se plaignant déjà d'en avoir trop, est bien trop dangereux pour eux ! Enfin et surtout, les enjeux écologiques sont complexes. Cette complexité n'est pas très "vendeuse" dans le discours d'un candidat à une élection, qui cherche souvent à convaincre de manière simple pour être percutant. » Constat partagé par Guillaume Chagnaud, climatologue à l’Institut des Géosciences de l'Environnement de Grenoble (« les mesures à prendre ne vont pas dans l’intérêt direct de ceux qui devraient les prendre »), ou encore l’hydrologue Jean-Pierre Vandervaere, qui résume : « La plupart des politiques cherchent à se faire élire, donc ils disent aux gens ce qu’ils ont envie d’entendre. »

Pas de messie

On peut taper sur les politiques, mais ils ne sont pas seuls responsables de cette omission. À leur décharge, nous citoyens français, qui nous disons en grande majorité très concernés par le sujet du climat, sommes beaucoup moins chauds dès qu’il s’agit d’accepter de nouvelles contraintes. Et là, on ne parle pas que de baisser le chauffage d’un degré. « Personne ne veut prendre de mesures impopulaires – surtout que l’on parle d’efforts importants et d’une infinité de mesures qui vont toucher à tous les secteurs », prédit Guillaume Chagnaud. « Les politiques ont un rôle à jouer, mais tout le monde a un rôle à jouer ; il ne faut pas attendre un messie qui va tout changer. » Attendre, c’est en fait la pire solution, à écouter Antoine Rabatel : « Plus une mesure sera prise tardivement, plus elle sera potentiellement "dure à prendre" (dans le sens où elle devra être plus fortement impactante sur nos sociétés) et moins elle sera efficace à court terme. En d'autres termes, mieux vaut prendre des mesures "faciles" le plus vite possible (limiter de 5% par an nos émissions de gaz à effet de serre) que d'attendre 2040 pour devoir les limiter de 20, 30 ou 50% par an. » Logique, non ? « C’est une urgence », martèle Jean-Pierre Vandervaere depuis le Cameroun, où il enseigne également. « Ce n’est pas seulement un réchauffement, on parle d’un bouleversement climatique. » Comme Guillaume Chagnaud, ce dernier étudie la pluviométrie en Afrique. « Une région beaucoup plus fragile que les Alpes, qui sont comme un château d’eau », note Jean-Pierre Vandervaere. Son confrère s’inquiète néanmoins de l’enneigement, qui, s’il continue de diminuer, accroîtra les tensions sur l’eau dans notre région. « Imaginez une saison de ski qui ne dure que deux semaines. Tout notre système repose sur un climat qui varie dans une fourchette constante. Il sera mis à mal si nous ne nous adaptons pas. » C’est la mission fondamentale de ces chercheurs : mettre à disposition des décideurs des données, des projections et des recommandations afin d’anticiper au mieux. Par exemple, l’inéluctable montée du niveau des océans va engendrer des flux migratoires importants de réfugiés climatiques. Comment s’y prépare-t-on ?

Ça compte !

Démoralisant ? Un peu, mais pour autant, il ne faut pas laisser tomber. « Nous avons déjà laissé une grosse empreinte et une dette pour les générations futures », admet Brice Boudevillain. « Mais plus on agira rapidement (c'est-à-dire maintenant et les quelques années qui viennent), plus la qualité de vie restera acceptable pour tous. » Si les politiques tardent à s’emparer franchement de la question (« parler de la redevance télé, aujourd’hui… c’est hors-sujet », soupire Jean-Pierre Vandervaere), c’est aux citoyens et aux leaders d’opinion de les y pousser. Les médias sont hélés dans la tribune des 1400 scientifiques. « Il y a un manque de pédagogie énorme », regrette Guillaume Chagnaud. « On s’est rendu compte avec la convention citoyenne – représentative de la société française – qu’au terme d’une rapide formation, les bonnes décisions étaient prises. Il y a une responsabilité des médias, et peut-être de l’Éducation nationale, pour que la société soit formée aux enjeux de ce sujet complexe. » « Pour beaucoup de gens, la difficulté à changer s'explique surtout par une difficulté à savoir exactement ce qu'il faut faire, ce qui est réellement efficace, et si ces actions individuelles compteront vraiment si les autres n'agissent pas dans le même sens », explique Brice Boudevillain. Oui, elles comptent ! « Sur chaque maison par exemple, vous pouvez apporter une petite contribution », assure Guillaume Chagnaud. « Si vous plantez un arbre ou que vous installez des panneaux solaires, vous en verrez le bénéfice bien mieux qu’en attendant le résultat d’un vote pour un tel ou un tel. »

* Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 11 avril 2022 Piochés dans une carrière où l’éclectisme des genres le dispute à la maîtrise formelle et à l’élégance visuelle, les trois films de Mankiewicz proposés par le Ciné-club rappellent combien moderne (et essentiel) demeure son cinéma. On fonce !
Mardi 12 avril 2022 Le Midi / Minuit propose une soirée électorale plutôt originale pour le second tour de la présidentielle. Un cabaret drag agrémenté de petits fours et de Prosecco, histoire de rire un bon coup, quel que soit le résultat…
Mardi 29 mars 2022 Il faut souvent chercher loin pour trouver les propositions ou les déclarations des candidats à l'élection présidentielle sur la culture (et parfois, sans résultat). Tour d’horizon, à quelques jours du scrutin, des mesures promises par chacun des...
Mardi 19 octobre 2021 Les fidèles de Détours de Babel ont pu découvrir à l’occasion des derniers brunchs du festival qu’il se passait des choses assez fascinantes dans le cloître du (...)
Mardi 8 juin 2021 Ouverture. Cette fois, ça y est : depuis quelques jours à peine, le Musée Champollion, à Vif, est ouvert au public (sur réservation). L’établissement nous invite à suivre le parcours du déchiffreur des hiéroglyphes de l’Égypte antique, mais...
Vendredi 26 février 2021 Si le public devra encore attendre quelques mois pour y être convié, le Musée Champollion rythme la vie de nombreuses personnes depuis déjà un bon moment ! Nous avons rencontré deux des parties prenantes d'un chantier plein de surprises,...
Lundi 9 septembre 2019 « Jeudi 12 septembre, l’Université Grenoble Alpes fête la rentrée et concocte pour ses étudiants une journée festive sur-mesure et unique en son genre : UGA c’est Party ! » Avec notamment un gros concert dont on vous cause ici.
Lundi 29 avril 2019 Ayant perturbé par accident une tradition religieuse masculine, une jeune femme a défié l’équilibre passéiste de son village macédonien. Prise en étau entre le sabre et le goupillon, elle ne renonce pourtant pas à son bon droit. Un conte moral...
Mardi 8 janvier 2019 Vous avez encore le goût de la bûche en fond de gorge, des chocolats gloutonnement engouffrés avant la nouvelle année et un embryon de culpabilité au moment (...)
Samedi 20 janvier 2018 Pour prouver la nocivité du sucre, le documentariste australien Damon Gameau s’est imposé le régime moyen de ses compatriotes et a observé les résultats sur son organisme. Une plongée terrifiante dans nos assiettes donnant envie de gourmander...
Mardi 17 janvier 2017 Après Carl Craig, Derrick May, Jeff Mills ou encore Octave One, c’est au tour d’une nouvelle figure tutélaire de la scène de Détroit de venir nous rendre visite à la Belle électrique. Rendez-vous samedi soir.
Mardi 4 octobre 2016 Aux antipodes du nombrilisme coutumier des cinéastes débutants, Sacha Wolff raconte le parcours initiatique d’un jeune rugbyman wallisien dans un film ample comme un chant, tragique comme un combat, exaltant comme un haka. Un essai largement...
Jeudi 21 juillet 2016 Après la prise de parole remarquée du metteur en scène français Joël Pommerat contre la politique culturelle de la Ville de Grenoble en juin dans "Libé", c’est au tour d’acteurs culturels grenoblois de prendre la plume, cette fois-ci dans...
Mardi 15 mars 2016 Star du mouvement écologiste, le petit homme à la peau tannée sort régulièrement des arides montagnes ardéchoises. Il sera jeudi soir sur le campus, à l’invitation de l'Université Grenoble Alpes et de la Ville de Grenoble, pour une conférence...
Jeudi 2 janvier 2014 Alex de la Iglesia fait de nouveau exploser sa colère dans un film baroque et échevelé, comédie fantastico-horrifique qui règle ses comptes avec la crise espagnole et aussi, mais là le bât blesse, avec la gent féminine. Christophe Chabert
Vendredi 20 décembre 2013 "Les Sorcières de Zugarramurdi" (Alex de la Iglesia), "Nymphomaniac volume 1" (Lars von Trier), "Ida" (Pawel Pawlikowski), "Tonnerre" (Guillaume Brac)
Mardi 27 ao?t 2013 Après un été en demi-teinte, les quatre prochains mois devraient confirmer le cru exceptionnel de cette année 2013. Avec les locomotives cannoises et une pléiade d’auteurs dont on trépigne de découvrir les nouveaux opus, la rentrée est en effet...
Dimanche 30 juin 2013 Attendu comme le Messie, le Sugar Man Rodriguez a déçu lors de ses récentes prestations parisiennes. Et si, à la veille de son concert à Jazz à Vienne, en première partie de Ben Harper, on attendait finalement un peu trop de cet extraordinaire...
Lundi 14 janvier 2013 C’est le phénomène musical et cinématographique de la rentrée : un documentaire qui part à la recherche de Sixto Rodriguez, folkeux américain génial et maudit dans les années 70, devenu sans le savoir une star en Afrique du Sud. Le film est une...
Jeudi 29 novembre 2012 Véritable casse-tête critique que ce film bicéphale de Miguel Gomes : une première partie ennuyeuse qui aligne les poncifs du cinéma d’auteur, une deuxième somptueuse en hommage aux grands mélodrames muets. Christophe Chabert
Vendredi 8 juin 2012 De Claudine Nougaret et Raymond Depardon (Fr, 1h45) documentaire
Jeudi 19 janvier 2012 De Dennis Dugan (EU, 1h40) avec Adam Sandler, Katie Holmes, Al Pacino…
Vendredi 1 juillet 2011 Trente-quatrième édition pour le Festival du film court de Grenoble, événement incontournable du début de l'été. Rencontre avec Guillaume Poulet, le directeur de la Cinémathèque, qui organise cette manifestation. Propos recueillis par Aurélien...
Vendredi 4 mars 2011 Diving with Andy
Lundi 7 avril 2008 Trois mois que la France connaît les effets de la loi anti-tabac. Chez les consommateurs, la discipline est de rigueur, mais de l’autre côté du comptoir, le ton oscille entre acceptation franche, conciliation, et quelques acrimonies restant malgré...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter