"Sans soleil" et "Petit à petit", le monde sur grand écran

Cinéma / Deux regards singuliers sur la notion de civilisation, portés par des approches narratives radicalement différentes : avec "Sans soleil" de Chris Marker et "Petit à petit" de Jean Rouch, ce sont les œuvres de deux des francs-tireurs les plus passionnants du cinéma français que nous propose de redécouvrir la Cinémathèque de Grenoble.

N’y allons pas par quatre chemins : d’une modernité et d’une beauté éblouissantes, Sans Soleil est une expérience immersive sidérante comme on n’en croise que peu souvent au cinéma. Documentaire atypique et poétique, prenant la forme d’une plongée dans la correspondance d’un caméraman fictif dont le flux de pensée nous mène du Japon au Cap-Vert en passant par la Guinée-Bissau, le film de Chris Marker est ainsi avant tout une œuvre de ressenti dans laquelle on s’abandonne, laissant son inconscient vaguer au fil des mots et des images. Naviguant sans cesse d’un lieu à un autre, d’une culture à une autre, d’une période à une autre au gré des réflexions du réalisateur, le long-métrage ne laisse ainsi volontairement que peu de répit au spectateur, le plongeant dans un état second propice à la contemplation des "choses qui font battre le cœur". En dépit de son impressionnante ambition formelle et narrative et de la richesse et la diversité des thématiques abordées, Sans Soleil est aussi paradoxalement une œuvre très... généreuse. Pour reprendre les mots du narrateur Sandor Krasna, « je salue le miracle économique, mais ce que j’ai envie de vous montrer, ce sont les fêtes de quartier ».

à lire aussi : De la litote en temps de guerre

Lettres nigériennes

Moins populaire que ses films phares des années 50 et 60 (Les Maîtres fous, Moi, un noir, La Pyramide humaine, Chronique d’un été…), Petit à petit, sorti en 1970, est une œuvre à part dans la filmographie de Jean Rouch, figure majeure du cinéma ethnographique qui livre ici un long-métrage en bonne partie improvisé. Sorte de variation ironique des Lettres Persanes de Montesquieu, le film suit ainsi les pérégrinations de deux responsables d’une société d’import-export nigérienne, Damouré et Lam, venus à Paris dans le but de faire construire dans leur village un imposant building de plusieurs étages. Une trame qui, derrière sa simplicité absolue, permet bien sûr au cinéaste de mettre en parallèle les différences culturelles séparant la France et le Niger avec une liberté de ton mordante, aux antipodes de tout didactisme pontifiant.

Sans soleil de Chris Marker, vendredi 18 mars à 20h au cinéma Juliet-Berto, 4€/5, 50€/6, 50€

Petit à petit de Jean Rouch, jeudi 24 mars à 20h au cinéma Juliet-Berto, 4€/5, 50€/6, 50€

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Cinéma...

Lundi 9 mai 2022 Trois ans après sa dernière “édition normale“, le Festival du cinéma italien de Voiron est enfin de retour au printemps en salle. Avec un programme dense, des invités et… sa désormais célèbre pizza géante. A tavola !
Vendredi 22 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers ("Ce sentiment de l’été", "Amanda"…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Lundi 11 avril 2022 Alors que quelques-unes de ses œuvres de jeunesse bénéficient actuellement d’une ressortie dans des copies restaurées en 4K grâce au travail toujours (...)
Mardi 12 avril 2022 Un film de 8 heures qui raconte l'histoire d'activistes débutants, qui s'attaquent, à Grenoble, à des sites techno-industriels... C'est la projection que propose le 102, dimanche 17 avril.
Lundi 11 avril 2022 Piochés dans une carrière où l’éclectisme des genres le dispute à la maîtrise formelle et à l’élégance visuelle, les trois films de Mankiewicz proposés par le Ciné-club rappellent combien moderne (et essentiel) demeure son cinéma. On fonce !
Mardi 12 avril 2022 Né sous les auspices de la Cinéfondation cannoise, coproduit par Scorsese, primé à Avignon, "Murina" est reparti de la Croisette avec la Caméra d’Or. Une pêche pas si miraculeuse que cela pour ce premier long-métrage croate brûlé par le sel, le...
Mardi 29 mars 2022 Il s’agit désormais d’une tradition bien établie : chaque année, le festival Ojo Loco rend hommage au cinéma de genre le temps d’une nuit (agitée !) à (...)
Mardi 29 mars 2022 Aussi singulière soit l’histoire d’un voyage, il y a toujours un fond d’universel qui parle à chacun. Le festival isérois Les clefs de l’aventure n’existe (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter