Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

Junk Head de Takahide Hori : robot, après tout

Le film coup de cœur / Fruit du travail de bénédictin d’un homme seul durant sept années,   "Junk Head" décrit en stop motion un futur post-apocalyptique où l’humanité aurait atteint l’immortalité mais perdu le sens (et l’essence) de la vie. Un conte de science-fiction avec monstres et robots, dieux et mutants, qui n’aurait pas déplu à Jean-Claude Mézières. Un chef-d’œuvre.

Dans un futur indistinct, les Hommes ont triomphé de la mort grâce à la génétique et survivent encapsulés à la surface d’un globe pollué. Ne sachant plus enfanter, ils dépêchent une mission d’exploration au centre de la Terre, là où sont relégués les résultats d’expériences de clonages et de mutations. Malheureusement, leur messager est intercepté et gravement blessé, au point que sa tête est greffée sur le corps d’un robot par “ceux du bas“ qui le prennent pour un dieu…

On pourrait croire à un gag, mais il n’en est rien. Le générique de fin de Junk Head se pose parmi les plus stupéfiants de ces dernières années puisque le nom de Takahide Hori s’y déchiffre un nombre incalculable de fois : concepteur et exécutant absolu, l’auteur occupe quasiment tous les postes de ce monumental chantier d’animation en stop motion.

Une performance technique au service d’un projet artistique hors du commun, le résultat étant esthétiquement grandiose et le propos d’une somptueuse gravité, rappelant autant les cauchemars faits romans de Philip K. Dick, Bradbury, Matheson, Asimov ou Lovecraft, leurs adaptations comme la foule des œuvres qu’ils ont inspirées de Ridley Scott aux Wachowski en passant par Nolan. Mais aussi l’aventure de Valérian et Laureline L’Empire des mille planètes de Christin et Mézières, où des humains sont divinisés – à l’instar du héros de Junk Head.

 

La tête et les jambes

Film d’aventures haletant, foisonnant de plans inventifs et peuplé de monstres chimériques semblant échappés des toiles de Jérôme Bosch, Junk Head est aussi une vertigineuse métaphore de la quête identitaire. Une quête collective, puis individuelle au fur et à mesure que le protagoniste déchoit dans les tréfonds du monde.

Parti retrouver des mécanismes physiques permettant à l’Homme d’interagir avec ses semblables (et avoir une descendance), il perd (plusieurs fois) son propre corps, temporairement sa propre mémoire et jusqu’à sa propre conscience – quasiment dissoute dans des recombinaisons cybernétiques de moins en moins évoluées.

Son ultime avatar androïde, semi-détritique, le condamne d’ailleurs aux tâches les plus ingrates de cette lie de la société, ainsi aux quolibets et tourments de ceux qui la peuplent. Les créatures des abysses ont des bas instincts fort peu éloignés des nôtres.

Le méticuleux Takahide Hori livre ici une réflexion à propos sur ce transhumanisme surexcitant actuellement des milliardaires plus effrayés par leur inéluctable finitude que par l’état de la planète. Ceux-ci espèrent s’acheter une fraction d’éternité en pactisant avec l’intelligence artificielle. Une transaction illusoire risquant d’obérer l’avenir commun pour un résultat égoïste et dérisoire.

À moins que la perspective de se retrouver emprisonnés dans un poumon d’acier H24 ou recyclés en robot balayeur ne les fasse rêver…

Un mot pour finir sur l’interdiction aux moins de douze ans frappant ce film. Elle comblera les amateurs de paradoxes à la Schrödinger puisqu’elle est à la fois saugrenue et justifiée. Ironiquement absurde d’abord, car rien dans ce qui est raconté ou montré ne saurait être de nature à choquer un jeune public, soumis ordinairement à de plus graves images ou concepts – sans que les instances de régulation ne s’en émeuvent outre mesure.

Tristement compréhensible ensuite, car le propos politico-philosophique et la poésie du chaos que file cette fable dystopique risqueraient hélas de leur passer au-dessus de… la tête. À tous les autres revient donc l’enviable privilège d’élever cet objet cinématographique si singulier au rang de succès, puis de classique.

★★★★☆ Junk Head de Takahide Hori (Jap., int.-12 ans 1h41) avec les voix de Takahide Hori,  Yuji Sugiyama,  Atsuko Miyake…(sortie le 18 mai)

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Ecrans...

Lundi 9 mai 2022 Trois ans après sa dernière “édition normale“, le Festival du cinéma italien de Voiron est enfin de retour au printemps en salle. Avec un programme dense, des invités et… sa désormais célèbre pizza géante. A tavola !
Vendredi 22 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers ("Ce sentiment de l’été", "Amanda"…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Lundi 11 avril 2022 Alors que quelques-unes de ses œuvres de jeunesse bénéficient actuellement d’une ressortie dans des copies restaurées en 4K grâce au travail toujours (...)
Mardi 12 avril 2022 Un film de 8 heures qui raconte l'histoire d'activistes débutants, qui s'attaquent, à Grenoble, à des sites techno-industriels... C'est la projection que propose le 102, dimanche 17 avril.
Lundi 11 avril 2022 Piochés dans une carrière où l’éclectisme des genres le dispute à la maîtrise formelle et à l’élégance visuelle, les trois films de Mankiewicz proposés par le Ciné-club rappellent combien moderne (et essentiel) demeure son cinéma. On fonce !
Mardi 12 avril 2022 Né sous les auspices de la Cinéfondation cannoise, coproduit par Scorsese, primé à Avignon, "Murina" est reparti de la Croisette avec la Caméra d’Or. Une pêche pas si miraculeuse que cela pour ce premier long-métrage croate brûlé par le sel, le...
Mardi 29 mars 2022 Il s’agit désormais d’une tradition bien établie : chaque année, le festival Ojo Loco rend hommage au cinéma de genre le temps d’une nuit (agitée !) à (...)
Mardi 29 mars 2022 Aussi singulière soit l’histoire d’un voyage, il y a toujours un fond d’universel qui parle à chacun. Le festival isérois Les clefs de l’aventure n’existe (...)
Lundi 28 mars 2022 La nature comme vous l’avez rarement vue au cinéma : le Pathé Chavant consacre une soirée aux deux derniers documentaires de Cyril Barbançon, "Ouragan" et "Neige". Des films courts présentés en 3D, qui seront suivis d’un échange avec des...
Lundi 14 mars 2022 La course à perdre haleine d’une mère célibataire jonglant entre découvert chronique, problèmes domestiques, boulot à Paris et espoir d’un meilleur job. Ou comment derrière une vie quotidienne se dissimule le plus impitoyable des thrillers...
Lundi 14 mars 2022 "L'Ombre d'un mensonge", "De nos frères blessés", "Seule la terre est éternelle", "Le Grand jour du lièvre", "Plumes"...
Vendredi 11 mars 2022 Signé par la prodige Domee Shi, le nouveau Pixar, "Alerte Rouge", confirme la suprématie du studio satellite de Disney mais hélas ne bénéficie pas d’une sortie en salle : à l’instar de "Soul" et de "Luca", il n'est visible que sur la plateforme...
Lundi 14 mars 2022 « Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde ». On rappelle souvent ce mot de Camus qui s’y connaissait au moins autant en (...)
Mardi 1 mars 2022 Dans le cadre de son luxuriant cycle "L’invitation au voyage", la cinémathèque de Grenoble propose de découvrir deux perles rares amplement passées inaperçues à leur sortie : "Les Naufragés de l’île de la Tortue" de Jacques Rozier, et...
Mardi 1 mars 2022 Pour faire cesser les coups de son mari, une fan de kung-fu s’initie auprès d’un maître. Mabrouk El Mechri signe une proposition culottée (et forcément clivante) mêlant son amour du cinéma de genre à son intérêt pour les personnages déclassés. Un...
Mardi 1 mars 2022 Mise en abyme majuscule, ou un coup de billard à trois bandes imprévu, Close Up (1990) est un cas d’école. Kiarostami met en scène dans ce film les (...)
Mardi 1 mars 2022 Après deux années calamiteuses pour l’exploitation cinématographique, les festivals thématiques disposent d’un bénéfice collatéral bienvenu : ils peuvent composer (...)
Mardi 15 février 2022 Réalisés à seulement une année d’intervalle, en 2005 et 2006, les films Élection 1 et Élection 2 occupent une place singulière dans la carrière du prolifique (...)
Mardi 15 février 2022 Les trois volets de la fresque grandiose de Francis Ford Coppola sont projetés dans les cinémas Pathé de Grenoble et d'Echirolles.
Mardi 15 février 2022 Avec un regard de sociologue (et non de militant), Emmanuel Gras suit des Gilets jaunes à Chartres tout au long de leur engagement, signant un document édifiant sur les mécanismes paradoxaux animant n’importe quel groupe. Une étude de cas, une leçon...
Lundi 31 janvier 2022 Un ancien acteur X retourne dans son Texas natal et navigue entre son ex et une jeune serveuse. Une métaphore douce-amère d’une Amérique vivant dans la dèche, sur sa réputation et l’espoir permanent de se refaire la cerise sur le dos des autres…
Lundi 31 janvier 2022 Quand Anatole Dauman (qui a déjà à son catalogue Resnais, Chris Marker ou Bresson) propose à Nagisa Ōshima de signer un film érotique, le genre s’apprête à (...)
Lundi 31 janvier 2022 Six jours pour les sixièmes rencontres cinématographiques de Saint-Égrève, le festival "A vous de voir" ; quarante films (dont un bon quart d’avant-premières) et une foultitude d’animations. Parfait pour commencer les vacances…
Lundi 17 janvier 2022 C’est l’histoire d’un cinéaste presque assuré de décrocher sa seconde Palme d’Or mais qui, en sortant une provoc’ débile durant sa conférence de presse (...)
Mardi 18 janvier 2022 Ne comptez pas sur la Cinémathèque pour cultiver une nostalgie émolliente ! Voyez son invitation au Maudit Festival : parmi les six films programmés, trois renvoient à la problématique de la mémoire vécue comme une énigme, voire une hantise. Preuve...
Jeudi 23 décembre 2021 Adaptation d’un roman de Philip Roth qui lui trottait depuis longtemps en tête, la tromperie d'Arnaud Desplechin est aussi un plaidoyer pro domo en faveur du droit de l’artiste à transmuter la vérité de son entourage dans ses œuvres....
Mardi 21 décembre 2021 Vingt ans et des poussières après que les Wachowski ont anticipé le principe du métavers en extrapolant les babils d’Internet et les écrits de Philip K. Dick, Lana Wachowski remet le couvert en solo pour un nouvel opus tenant à la fois du...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter