Frère et Soeur : Le sang de la veine

Retrouvailles entre Arnaud Desplechin, ses comédiens, ses thèmes, sa ville de naissance, mais aussi avec la Croisette, à l’occasion d’une tragédie familiale, où l’amour est étudié à travers son exact opposé. Où l’on mesure qu’une absence est aussi une douloureuse présence… En compétition Cannes 2022.

Frères et sœur jadis proches, Alice et Louis se vouent depuis vingt ans une haine furieuse, sans trêve ni repos : même la mort de l’enfant de Louis a déclenché un esclandre ; quant aux livres de ce dernier, ils abritent des réquisitoires contre sa sœur, devenue une célèbre comédienne. Tous deux vont cependant devoir se côtoyer après l’hospitalisation soudaine de leurs parents…

Qui est familier de l’œuvre d’Arnaud Desplechin se trouvera en terrain de connaissance avec cette histoire de haine et de rivalité (dont l’origine est incertaine) entre deux êtres jadis fusionnels. Mais aussi avec ce thème de la famille déchirée peinant à se recoudre malgré l’imminence d’un deuil ou à l’occasion de celui-ci. Ces coups de théâtre dramatiques forment les lignes de force, les piliers, les murs porteurs du cosmos intime du cinéaste roubaisien. C’est d’ailleurs par la grâce d’une veillée funèbre et d’une famille éclatée qu’il a vu le jour en tant qu’auteur et réalisateur — La Vie des morts (1990) — ; par un apprenti médecin-légiste autopsiant un crâne qu’il a connu les feux de la Croisette — La Sentinelle (1992) — ; par une saga chorale bâtie autour d’une violente rupture amicale qu’il a définitivement gagné ses galons de chef de file de la nouvelle génération du cinéma français — Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle) (1996). Et c’est enfin avec Un conte de Noël (2008) que la tragédie familiale s’est pleinement inscrite dans son foyer matriciel : Roubaix.

Naissance de la haine

Desplechin ne se cache pas (voir notre entretien) de donner une manière de suite, ou plutôt de prolongement indirect de la trajectoire de certains de ses personnages de Un conte de Noël — mais on pourrait tout aussi bien parler de synthèse générale car toute l’œuvre antérieure du cinéaste, dans son amour pour la littérature, la théâtralité, la psychanalyse, l’univers hospitalier, les liturgies religieuse, les lettres lues face caméra etc. peut trouver un écho ténu dans Frère et Sœur. Ce sont donc ici d’autres destins, d’autres marionnettes lui permettant d’effectuer une étude d’entomologiste sur le pourquoi de la séparation et sa mécanique, aussi forte et inexplicable que les lois de l’attraction peuvent l’être. Né dans la poussière de la futilité, la rivalité entre la sœur et son frère mute en ressentiment alimenté par de la jalousie entre artistes à succès, grossi par un sentiment de trahison — Brokman, le meilleur ami de Louis, va devenir l’époux d’Alice — puis d’une injustice infinie quand Louis va perdre son enfant alors que Alice voit grandir le sien. Étrangement, cette haine passionnelle paraît constructive et nécessaire : l’accord parfait de leur entente originelle ne pouvant s’accomplir dans la chair, se sublime dans le miroir inversé de l’amour. Il s’agit sans doute du plus bergmanien des films de Desplechin, même s’il répond également à l’épitaphe de La Femme d’à côté de Truffaut : « Ni avec toi, ni sans toi ».

De nouveau, deux nouveaux

La nature humaine étant à ce point prévisible, il y aura fatalement des étonnements ou des regards de biais quant à la présence Patrick Timsit, alias Zvy, dans la distribution. Fuyez les préjugés, et souvenez-vous de la diversité des rôle auxquels il a depuis trente ans accordé épaisseur et humanité, de La Crise (1992) à Marie-Francine (2017) en passant par Le Cousin (1997). Au pire, le percevoir comme une  “pièce rapportée“ peut presque être un atout puisque Zvy gravite autour de la famille de Alice et Louis et s’en distingue par ses origines. À la fois personnage-clef et satellite de l’histoire, intermédiaire et intercesseur, ambassadeur dans cette brouille, il possède autant d’assise que de fragilités. Et s’avère indispensable. En d’autres termes, c’est un personnage qui aurait pu échoir à Denis Podalydès mais qui avec l’incarnation bienvenue de Patrick Timsit permet de renouveler la troupe — ce que fait également le réalisateur en accueillant Golshifteh Farahni.

S’ouvrant sur un cri et un deuil comme Médée, Frères et Sœur se résout comme souvent chez Desplechin sur une élévation lumineuse et l’éloignement des corps. Un parcours de la mort à la renaissance, où le film tiendrait lieu de purgatoire pour les personnages qui s’y promènent. Et de paradis pour tous les autres.

★★★★☆ Frère et Sœur de Arnaud Desplechin (Fr., 1h48) avec Marion Cotillard, Melvil Poupaud, Golshifteh Farahni, Patrick Timsit…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 23 décembre 2021 Adaptation d’un roman de Philip Roth qui lui trottait depuis longtemps en tête, la tromperie d'Arnaud Desplechin est aussi un plaidoyer pro domo en faveur du droit de l’artiste à transmuter la vérité de son entourage dans ses œuvres....
Mercredi 7 juillet 2021 Espéré depuis un an, avec son titre qui est une quasi anagramme d'attente, le nouveau Carax tient davantage de la captation d’un projet scénique que de ses habituelles transes cinématographiques. Vraisemblablement nourrie de son histoire intime,...
Jeudi 25 juillet 2019 Arnaud Desplechin retourne dans son Nord natal pour saisir le quotidien d’un commissariat de police piloté par un chef intuitif et retenu. Un polar humaniste où la vérité tient de l’épiphanie, et la parole du remède. Le premier choc de la rentrée...
Mardi 18 juin 2019 En partie tourné à Grenoble, ce film culte du fameux réalisateur français sera repris jeudi 20 juin au Méliès. Immanquable.
Mardi 12 février 2019 D’une affaire sordide saignant encore l’actualité de ses blessures, François Ozon tire l’un de ses films les plus sobres et justes, explorant la douleur comme le mal sous des jours inattendus. Réalisation au cordeau, interprétation à l’avenant. En...
Lundi 29 mai 2017 Valérie Lemercier célèbre la rencontre de deux quinquas bouillis par la vie dans une comédie sentimentale touchante ranimant les braises d’une délicatesse désuète. Un beau couple de personnages qu’épouse un duo d’acteurs idéal : la cinéaste et...
Mardi 16 mai 2017 Avec ce nouveau film présenté en ouverture, hors compétition, au festival de Cannes, Arnaud Desplechin entraîne ses personnages dans un enchâssement de récits, les menant de l’ombre à la lumière, de l’égoïsme à la générosité. Un thriller romanesque...
Mardi 20 décembre 2016 Le jeu vidéo culte trouve une nouvelle vie au cinéma grâce à Justin Kurzel et des stars comme Michael Fassbender, Marion Cotillard ou encore Jeremy Irons. Sauf que cette vie-là tombe totalement à plat.
Lundi 19 septembre 2016 Ébauche de renouveau pour Xavier Dolan qui adapte ici une pièce du dramaturge français Jean-Luc Lagarce, où un homme vient annoncer son trépas prochain à sa famille dysfonctionnelle qu’il a fuie depuis une décennie. Du maniérisme en sourdine et...
Mardi 15 septembre 2015 ​Récemment muté dans un petit village, un curé charmeur et beau parleur fait perdre la tête à ses paroissiennes. La sienne finira par rouler au fond d’un panier... Justement récompensé au Festival des Films du Monde de Montréal, le nouveau...
Mardi 19 mai 2015 Paul Dédalus, les jeunes comédiens, Roubaix, Mathieu Amalric et l’appétit pour les autres : le cinéaste Arnaud Desplechin aborde avec nous les grands sujets de son œuvre et de son dernier film, le sublime "Trois souvenirs de ma jeunesse". Propos...
Mardi 19 mai 2015 Conçu comme un "prequel" à "Comment je me suis disputé...", le nouveau et magistral film d’Arnaud Desplechin est beaucoup plus que ça : un regard rétrospectif sur son œuvre dopé par une énergie juvénile, un souffle romanesque et des comédiens...
Mardi 23 décembre 2014 "Une fille dans chaque port" : c’est une devise des marins, et elle en dit long sur l’univers hautement viril qui règne au sein des équipages. Fidélio, (...)
Mardi 20 mai 2014 Nouvel uppercut des frères Dardenne, qui emprunte les voies du thriller social pour raconter comment une ouvrière tente de sauver son travail en persuadant ses collègues de renoncer à une prime, et interroger ce qui reste de solidarité dans la...
Mardi 19 novembre 2013 Les premiers plans de The Immigrant mettent l’Amérique au cœur de son sujet : la statue de la liberté, Ellis Island, une file d’immigrants européens (...)
Mercredi 11 septembre 2013 Rencontre avec Arnaud Desplechin autour de son dernier film, "Jimmy P." et des nombreux échos qu’il trouve avec le reste de son œuvre, une des plus passionnantes du cinéma français contemporain. Propos recueillis par Christophe Chabert
Mercredi 4 septembre 2013 Changement d’époque et de continent pour Arnaud Desplechin : dans l’Amérique des années 50, un ethnologue féru de psychanalyse tente de comprendre le mal-être d’un Indien taciturne. Beau film complexe, "Jimmy P." marque une rupture douce dans...
Lundi 22 octobre 2012 Projet improbable emmené par l’équipe d’"Astérix aux jeux olympiques" autour de la réunion de vieilles gloires du "Top 50", "Stars 80" fascine par son envie farouche d’être aussi médiocre que son pitch. Y avait-il une autre issue ?...
Mardi 17 juillet 2012 Bonne nouvelle : Xavier Dolan fait sa mue et commence à devenir le cinéaste qu’il prétend être. Si "Laurence anyways" est encore plein de scories, d’arrogances et de références mal digérées, on y trouve enfin de vraies visions de cinéma. Christophe...
Lundi 21 mai 2012 Définitivement dans le cercle des meilleurs cinéastes français en activité, Jacques Audiard arrive à ne presque pas décevoir après "Un prophète" tout en abordant, avec une intelligence constante de la mise en scène, les rivages du mélodrame. Un...
Samedi 10 juillet 2010 L’ambitieux projet de blockbuster onirico-philosophique de Christopher Nolan débouche sur un film prototype, qui passe du temps à expliquer son mode d’emploi avant de se lancer dans une pratique ébouriffante du cinéma comme montagne russe...
Jeudi 22 mai 2008 Avec cette tragi-comédie familiale aux accents mythologiques, Arnaud Desplechin démontre à nouveau qu’il est un immense cinéaste, entièrement tourné vers le plaisir, le romanesque et le spectacle. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter