Les Crimes du futur de David Cronenberg : bloc party

Cannes 2022 / De retour sur la Croisette, David Cronenberg n’étonne pas mais confirme en remalaxant des thèmes et thèses développées dans ses films précédents portant sur des mutations organiques et des addictions voyeuristes. La différence, c’est que son futur semble à chaque fois plus proche. En compétition Cannes 2022.

Dans un futur indistinct, où la douleur et les infections ont disparu, le corps humain est l’objet d’étranges évolutions, comme le développement de nouveaux organes. Saul Tenser s’est fait une spécialité artistique de se les faire opérer et retirer en public par son assistante, Caprice. Si d’autres “performers” se font greffer ou charcuter, il est une dernière variété qui accepte ces mutations les éloignant de “l’humanité“, ce qui gêne une police des mœurs récemment créée…

Cronenberg n’aura vraisemblablement pas la Palme. Parce qu’il aurait dû l’avoir il y a bien trop longtemps (au moins en 2005 pour A History of violence ou pour Crash en 1996) ; parce que Mortensen a dit tout le “bien“ qu’il pensait de Titane (et que le président du jury est vous-savez-qui) ; parce que Titane, justement, l’a reçue l’an dernier. Et parce qu’il est, ici, trop cohérent avec lui-même – à l’instar de Desplechin dans Frère et Sœur. Le cinéaste canadien opère en effet pour Les Crimes du futur une forme de synthèse logique de près d’un demi-siècle d’obsessions chirurgicales, de mutations pathogènes et/ou d’invasions organiques à coup de bistouris bizarres et de branchements curieux donnant à ce film une allure sinon de parachèvement, de somme. Le corps, cette ultime frontière, dont l’Homme cherche à percer les mystères et l’enveloppe, qu’il hybride avec d’autres formes vivantes (parfois à son insu) ou avec des cyber-technologies fusionne dans le  cinéma cronenbergien vers un transhumanisme toujours effrayant.

C’est déjà demain

Ce n’est pas seulement l’hybridation que Saul incarne ici, c’est le processus de changement et la frontière ; le moment de bascule d’un état à l’autre ; et ce, même s’il le retarde irrésistiblement en se faisant ôter les attributs de ses métamorphoses. Figure de l’ombre et des lisières, Saul se promène de nuit vêtu d’une capuche noire lui mangeant le visage ; a des fréquentations inattendues, joue double voire triple-jeu, appartient à l’ancien monde et à celui d’après “à son corps défendant“ et pour finir, ne s’appartient plus : œuvre d’art vivante, produit d’une évolution messianique, il accouche de lui-même comme Seth Brundle de la mouche qui avait pris l’ascendant génétique (La Mouche, 1986), ou Rose après son “traitement“ (Rage, 1977).

Malgré le sujet et le recours inévitable aux bistouris, aux gestes d’ouvertures, de tritures d’entrailles et d’ablations, Les Crimes du futur contient objectivement moins de gore et de séquences psychologiquement choquantes que la plupart des films d’épouvante du cinéaste. A-t-on atteint un tel degré d’accoutumance aux violences ? Est-on dans une description d’un futur immédiat alternatif si proche, façon Black Mirror ? Le décor, celui d’une vague Grèce ressemble, pour son côté déliquescent et fin de règne décadent, à celui de La Havane (ou d’un Marienbad hanté), avec ses façades décrépites, où la vie mondaine se poursuit indifférente aux lézardes des appartements défraîchis, dans les caves ou hangars. Au reste, pourquoi manifesteraient-ils quelque émotion : dans ce monde sans douleur, s’étonner devient incongru. Le choix de Léa Seydoux et Kristen Stewart s’avère à ce propos assez amusant, puisqu’elles ne sont pas réputées pour leur expressivité transcendante ; Viggo Mortensen quant à lui intériorise pleinement son rôle, donnant l’impression d’être en permanence sur le point de subir l’attaque d’un chestburster. Et même si son costume ressemble à un mélange de Musidora habillée de Servante écarlate portant le deuil, on y croit.

★★★☆☆ Les Crimes du futur de David Cronenberg (Can-Gr.-Fr., int-12 ans, 1h47) avec Viggo Mortensen, Léa Seydoux, Kristen Stewart…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 23 décembre 2021 Adaptation d’un roman de Philip Roth qui lui trottait depuis longtemps en tête, la tromperie d'Arnaud Desplechin est aussi un plaidoyer pro domo en faveur du droit de l’artiste à transmuter la vérité de son entourage dans ses œuvres....
Jeudi 25 juillet 2019 Arnaud Desplechin retourne dans son Nord natal pour saisir le quotidien d’un commissariat de police piloté par un chef intuitif et retenu. Un polar humaniste où la vérité tient de l’épiphanie, et la parole du remède. Le premier choc de la rentrée...
Lundi 21 janvier 2019 Un dur à cuire devient le garde du corps d’un pianiste noir gay en tournée dans les états du Sud d’avant les droits civiques. Version alternative du "Ebony and Ivory" de Paul McCartney et Stevie Wonder, cette traversée de l’Amérique profonde (et...
Mardi 31 janvier 2017 De ses dommages collatéraux en Irak à ses ravages muets sur un soldat texan rentré au bercail pour y être exhibé comme un héros, la guerre… et tout ce qui s’ensuit. 24 h de paradoxes étasuniens synthétisés par un patron du cinéma mondial, le...
Lundi 19 septembre 2016 Ébauche de renouveau pour Xavier Dolan qui adapte ici une pièce du dramaturge français Jean-Luc Lagarce, où un homme vient annoncer son trépas prochain à sa famille dysfonctionnelle qu’il a fuie depuis une décennie. Du maniérisme en sourdine et...
Mercredi 11 mai 2016 Le 47e opus de Woody Allen-réalisateur semble avoir été taillé sur mesure pour effectuer l’ouverture de la 69e édition du festival de Cannes : glamour, artifices et nostalgie des vieilles bobines s’y bousculent. On passe un charmant moment, sans...
Mardi 21 avril 2015 De Lisandro Alonso (Arg-Dan-Fr, 1h50) avec Viggo Mortensen, Ghita Norby…
Mardi 31 mars 2015 Même si elle traduit un certain regain de forme de la part de Benoît Jacquot, cette nouvelle version du roman d’Octave Mirbeau a du mal à tenir ses promesses initiales, à l’inverse d’une Léa Seydoux épatante de bout en bout. Christophe Chabert
Mardi 13 janvier 2015 Adapté d’Albert Camus, le deuxième film de David Oelhoffen plonge un Viggo Mortensen francophone dans les premiers feux de la guerre d’Algérie, pour une œuvre classique et humaniste dans le meilleur sens du terme. Christophe Chabert
Mardi 23 septembre 2014 En dépassant l’exercice du biopic poli, Bertrand Bonello dépeint un Saint Laurent en gosse paumé au centre d’une ruche en constante ébullition. Et s’intéresse uniquement aux difficultés qu’a eues le couturier à accepter son statut d’icône.
Mardi 19 ao?t 2014 D’Olivier Assayas (Fr, 2h03) avec Juliette Binoche, Kristen Stewart…
Mardi 17 juin 2014 D’Hossein Amini (EU-Ang-Fr, 1h37) avec Viggo Mortensen, Kirsten Dunst, Oscar Isaac…
Mardi 20 mai 2014 David Cronenberg signe une farce noire et drôle sur les turpitudes incestueuses d’Hollywood et la décadence d’un Los Angeles rutilant et obscène. Un choc ! Christophe Chabert
Jeudi 3 octobre 2013 Pendant solaire de son précédent "Vénus Noire", "La Vie d’Adèle" est pour Abdellatif Kechiche l’opportunité de faire se rencontrer son sens du naturalisme avec un matériau romanesque qui emmène son cinéma vers de nouveaux horizons poétiques. Ce...
Mercredi 10 juillet 2013 Après "Belle épine", Rebecca Zlotowski affirme son désir de greffer le romanesque à la française sur des territoires encore inexplorés, comme ici un triangle amoureux dans le milieu des travailleurs du nucléaire. Encore imparfait, mais souvent...
Vendredi 13 avril 2012 Sur la piste des frères Dardenne, Ursula Meier invente un récit où un gamin choisit de résoudre à sa manière, radicale, la fracture sociale. La fiction est pertinente, même si elle est rattrapée par un excès de scénario et quelques scories...
Vendredi 16 mars 2012 À la fois crépuscule de la monarchie française et triangle amoureux entre la Reine, sa maîtresse et sa liseuse, le nouveau film de Benoît Jacquot réussit à secouer l’académisme qui le guette en se rapprochant au plus près du désir de ses...
Vendredi 16 décembre 2011 La rivalité entre Freud et son disciple Carl Gustav Jung, un sujet complexe mais idéal pour David Cronenberg, qu’il rend passionnant pendant 45 minutes, avant de laisser la main à son scénariste, l’académique Christopher Hampton. Christophe Chabert
Jeudi 4 novembre 2010 De Jake Scott (ÉU, 1h50) avec James Gandolfini, Kristen Stewart…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter