Aurélien Martinez : « Concrètement, les Verts n'y connaissent pas grand-chose en politique culturelle »

Politique / Pas facile pour la rédac’ chef du Petit Bulletin Grenoble d’interviewer son prédécesseur ; mais on assume sans sourciller le côté auto-promo, parce qu’après lecture, on vous recommande en toute objectivité le livre d’Aurélien Martinez, "Quand les Verts arrivent en ville". Lyon, Strasbourg, Bordeaux, Annecy, Poitiers, Besançon, Tours… Il a enquêté sur les premiers pas des maires écologistes de ladite vague verte des municipales de 2020, dans le sillage de l’élection en 2014 d’Éric Piolle à Grenoble.

L’impression générale, en refermant le livre, est que malgré leur appartenance au même parti, les disparités politiques sont énormes entre les différents maires écologistes de grandes villes. On a même l’impression qu’ils ne communiquent pas : c’est toi qui leur apprends, parfois, ce qui se fait chez leurs homologues… 

L’idée de "vague verte" donne l’impression d’un collectif. Mais quand on va dans les villes, on voit que finalement, un maire Vert comme Éric Piolle est très social, très ancré à gauche ; 100 km plus loin à Annecy, on a François Astorg qui gouverne avec une dissidente macroniste. Pierre Hurmic, à Bordeaux, est un politique aguerri qui était au conseil municipal, dans l’opposition, depuis 1995 ; Grégory Doucet, à Lyon, est novice en politique – il vient de la société civile et militante… Quand on dresse un panel, on constate que les maires Verts sont très différents les uns des autres, et le terme "vague verte" masque ça.

Il y a aussi la notion de surprise qui accentue ces disparités. Certes, avant les municipales, quelques villes étaient repérées comme possiblement gagnables par EÉLV, notamment Besançon. Mais dans d’autres, personne ne pensait que les Verts allaient gagner. Donc beaucoup sont arrivés au pouvoir sans qu’il y ait eu un immense travail en amont. Ils ont dû se mettre directement à la tâche dans leur ville, d'où le fait qu'ils soient aujourd'hui chacun dans leur sillon.

Même si, quand on creuse, certains se sentent tout de même proches les uns des autres. Par exemple, Gregory Doucet à Lyon m’a clairement dit qu’il se sentait très proche de Léonore Moncond'huy à Poitiers et de Jeanne Barseghian à Strasbourg ; c’est surprenant parce que géographiquement, il est beaucoup plus proche d’Éric Piolle !

Le maire de Grenoble est l’un des rares à avoir refusé de te parler pour ce livre. 

Je le connais bien pour l’avoir suivi quand j’étais rédacteur en chef du Petit Bulletin Grenoble. On a souvent échangé. Et là, c’est vrai qu’il m’a laissé mariner pendant quatre mois avec cette histoire de primaire écologiste, en sous-entendant qu’il verrait ce qu’il ferait selon les résultats.

Il a perdu, donc il avait logiquement plus de temps ; mais quinze jours après, son attachée de presse m’a dit qu’il ne répondrait pas. Pourquoi ? C’est la grande question ! Cela étant, une autre maire ne m’a pas parlé, Jeanne Barseghian (maire de Strasbourg) ; elle m’a même fermé la porte de tous ses adjoints, je n’ai pu rencontrer personne. Éric Piolle n’est pas allé jusque-là.

Beaucoup des nouveaux élus sont issus de la société civile, de milieux associatifs, militants… Que donne ce mélange de vent de fraîcheur, mais aussi d’inexpérience ? 

Il y a quand même des politiques expérimentés : les maires Pierre Hurmic à Bordeaux et Anne Vignot à Besançon, pour ne citer qu'eux, étaient déjà élus – Anne Vignot était même adjointe. En revanche, c’est vrai que certains arrivent pour changer les choses et ne sont pas très familiers de la chose politique. Leurs adversaires leur reprochent fortement cette inexpérience, mais eux considèrent que c’est un atout de ne pas être des professionnels de la politique. 

Après, ils le deviendront sans doute pendant leur mandat en gagnant en expérience ! À ce titre, l’exemple grenoblois est frappant. En 2014, beaucoup de nouveaux élus inexpérimentés sont arrivés au pouvoir puisque pendant la campagne, Éric Piolle pensait peut-être pouvoir gagner, mais sûrement pas seul. Il pensait fusionner au second tour avec la liste socialiste et s’entourer alors d’adjoints préparés. Ça ne s'est pas passé comme ça. En 2020, c’est très différent, avec des gens qui sont venus pour des postes, des alliances ont été faites, des débauchages… La liste de 2020 était beaucoup plus politique, pensée pour la victoire et l'exercice du pouvoir.

Grenoble a été pionnière, première ville écologiste de plus de 100 000 habitants en 2014. Cette expérience a-t-elle été une référence pour les maires élus en 2020, en matière d’exemples à suivre ou, au contraire, de choses à ne pas faire ? 

C’est assez surprenant, vraiment... J’ai commencé mon enquête en pleine primaire écologiste. Je pensais que tout le monde allait me parler d’Éric Piolle, qu’il serait naturellement le leader des maires Verts. Finalement, on ne m’en a pas parlé tant que ça, et plus souvent en contre-exemple sur le sujet de la culture.

Sincèrement, je n’ai pas senti d’élan autour d’Éric Piolle. Ça s’est traduit au moment de la primaire. Il aurait pu dire : regardez ce que je fais à Grenoble, voilà ce que je ferai demain pour la France. Il a tous les leviers. Finalement, il finit quatrième… Ça montre clairement qu’il n’est pas arrivé à imprimer sa patte durant son premier mandat, au niveau national, malgré tous ses efforts. Diriger une ville de la taille de Grenoble, et surtout la seule grande ville écolo entre 2014 et 2020, logiquement ça aurait dû lui ouvrir pas mal de portes.

La culture, c’est l’un des secteurs qui avait de fortes attentes en voyant les Verts arriver, et qui a eu beaucoup de déceptions, voire d’accrochages, avec les majorités écolos. On le sait à Grenoble, notamment sur le premier mandat, est-ce le cas dans toutes les villes ? 

J’ai beaucoup parlé avec les représentants des milieux culturels de chaque ville, et en grande partie, ils avaient voté pour ces listes vertes. Donc oui, il y avait une forte attente. Mais il y avait le contre-modèle grenoblois : tout le monde se disait, il faut qu’on soit vigilant à ce que nos élus ne suivent pas l’exemple grenoblois. Clairement, les premières années de l’expérience grenobloise ont fortement marqué le milieu culturel français.

On parle ici de la suppression de la subvention aux Musiciens du Louvre, de la baisse de celle de la MC2, et de la fermeture de plusieurs bibliothèques, au début du premier mandat d’Éric Piolle. 

C’est ça. Il y a eu une série de décisions, mais c’est surtout une politique culturelle assez illisible qui pouvait faire peur. Venant de la gauche, c’était surprenant. Après, Grenoble, à mi-mandat, a essayé de redresser la barre, d’être plus lisible et de rassurer. Ça a sans doute marché. Alors qu’à l’approche des municipales de 2020, dans une partie du milieu culturel comme dans d’autres – économique notamment –, beaucoup disaient « Piolle, plus jamais », Éric Piolle a finalement été réélu plutôt confortablement. Donc c’est un peu plus compliqué que ça.

Bordeaux a aussi eu sa part dans la relation houleuse d’EÉLV avec le monde culturel… 

À Bordeaux, ils ont commencé à suivre les pas grenoblois, et se sont vite rendu compte que la question culturelle pouvait leur pourrir le mandat. Ils organisaient un forum culturel, qu’ils ont voulu promouvoir au grand public en faisant des affiches un peu provoc’ – par exemple "artiste, c’est un métier ?" ou encore "la culture, ça coûte trop cher ?". C’était en pleine crise du Covid, c’est très mal passé. Après, ils ont fait marche arrière, c’est resté plus calme qu’à Grenoble.

L’une des conclusions de mon chapitre consacré à la culture, c’est que concrètement, les Verts n’y connaissent pas grand-chose en politique culturelle. Ils sont beaucoup en contre – contre le modèle Malraux-Lang, contre une certaine culture élitiste –, mais ils ont un peu plus de mal à être en pour, à proposer des choses. Alors soit, clairement, ils abandonnent le volet culturel. C’est ce qui s’est fait habilement à Lyon : les Verts ont fait alliance entre les deux tours avec une candidate de gauche, Nathalie Perrin-Gilbert, très référencée dans le milieu culturel lyonnais, très appréciée, et ils lui ont donné les clés de la délégation culture. Soit, comme dans d’autres villes, ils cherchent d’autres directions. Par exemple, à Poitiers, ils ont un élu "aux droits culturels". C’est la marotte de quelques Verts qui s’intéressent à la culture, un sujet assez complexe. Reste à voir ce qu’ils en feront.

Finalement, il y a une volonté de remise en cause profonde du modèle culturel en vigueur, mais derrière, il n’y a pas de projet ou de vision à long terme. 

C’est ce que me dit de façon assez intelligente Salvador Garcia, le directeur de la scène nationale Bonlieu à Annecy. Les Verts pointent sans doute quelque chose de sensé ; le modèle culturel français est en crise, il y a de moins en moins de gens dans les salles, on a l’impression que la culture est de plus en plus renfermée sur elle-même. Mais s’il s’agit de baisser de 400 000 euros la subvention d’un orchestre, sans dire où sont réinvestis ces 400 000 euros, ce n’est pas une politique culturelle, c’est simplement une coupe budgétaire. 

Les élus verts apprennent aussi à conjuguer leur politique avec la réalité, ce qui n’est pas toujours sans heurts, notamment en matière d’urbanisme. Deux ans après, est-ce mieux intégré ? 

Ce qui pose problème aux Verts, c’est qu’ils ont été élus sur des programmes très séduisants pour leur électorat, mais qui étaient parfois imaginés comme des programmes d’opposition. L’adjoint à l’urbanisme de Bordeaux me le dit clairement : ils ont employé des mots forts comme "zéro artificialisation des sols" ou "moratoire sur les grands projets urbains", en imaginant pousser ces idées sur le devant de la scène. Sauf qu’ils se retrouvent au pouvoir, et là, ils sont confrontés à la mise en place de mesures très compliquées à réaliser. 

Il y a aussi cette quête de démocratie participative. Qu’est-ce que ça donne ?

La démocratie participative, c’est à la mode, et les Verts portent fortement cette idée. C’est assez balbutiant, mais eux l’investissent à fond. Parfois, ça fait un peu vernis ; on l’a vu pendant le premier mandat grenoblois. Il y a eu beaucoup de dispositifs, parfois retoqués par la Préfecture… De nouveaux arrivent, mais ils sont assez complexes à comprendre. Pour l’instant, ça donne un peu une impression de verbiage. À part des dispositifs très clairs et identifiables, comme le budget participatif, le reste est compliqué. Ce sera un gros enjeu du premier mandat des nouveaux élus.

Le 14 juin, Éric Piolle brandissait des burkinis devant le Conseil d’État, nouvelle étape de son combat pour l’autoriser dans les piscines municipales. Comment les autres maires EÉLV voient ça ? 

Là, ça montre bien qu’il n’y a pas d’uniformité… Piolle, là-dessus, est contesté jusque dans sa propre majorité. J’ai tout un chapitre sur les questions d’identité et de laïcité, compliquées chez les Verts. D’un côté, il y a la volonté de promouvoir une laïcité inclusive. Et de l’autre, les maires verts ne veulent pas se faire critiquer avec ces mots que beaucoup emploient, islamo-gauchistes et compagnie. Leur position est très difficile à tenir.

D’ailleurs, Éric Piolle a essayé de la tenir pendant des mois, durant la première partie de la crise burkini, en demandant à l’État de légiférer. Finalement, il a décidé de prendre parti. Mais sur ces sujets, les maires Verts restent en équilibre et ne savent pas exactement comment se positionner. C’est compliqué notamment parce qu’ils ont des gens très différents dans leurs majorités, ils sont tiraillés entre des visions opposées. 

Selon toi, l’intégration d’EÉLV à la Nupes peut-elle les renforcer, ou au contraire les noyer ? 

C’est compliqué de prévoir la politique, et ça l’est encore plus chez les Verts. Chez eux, ça peut être différent du jour au lendemain, ils sont assez rock’n’roll, et il n’y a pas de chef. Chez LFI, si Mélenchon dit « ce sera ça », c’est difficile de s’y opposer. Chez les Verts, tout le monde peut s’opposer à tout le monde, c’est même un sport national.

Après, vu leurs scores décevants aux régionales et départementales de 2021, et à la présidentielle de 2022, peut-être qu'avec la Nupes, les Verts se rendront compte qu’ils sont un groupe dans un groupe, qu’ils devront être plus cohérents, qu’ils devront bosser ensemble. Et là, les maires auraient une carte à jouer à gauche, en disant : on administre presque deux millions de Français, peut-être qu’on a un modèle de société à promouvoir.

Quand les Verts arrivent en ville d’Aurélien Martinez, Bouquins éditions

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 4 avril 2022 Travailleurs, forces de l’ordre, fêtards, établissements culturels et festifs, riverains… Lundi 21 mars, des dizaines d’acteurs de la nuit étaient réunis en mairie pour entendre le résultat de six mois d’enquête sur la nuit à Grenoble.
Lundi 29 novembre 2021 Après le signalement à la justice effectué par Grenoble Ecole de Management sur la circulation de GHB dans les soirées étudiantes, fin octobre, le mouvement Balance ton Bar est une déferlante. Secoués, les acteurs grenoblois du secteur tentent de...
Mardi 20 novembre 2018 La Ville de Grenoble vient d'inaugurer ce nouveau lieu « dédié à la jeunesse et à l’engagement ». On y était.
Mardi 5 juin 2018 La quatrième édition de la Fête des Tuiles est prévue ce samedi 9 juin sur les cours Jean-Jaurès et de la Libération. Un temps festif « pour partager et se rassembler » comme le souhaite Éric Piolle, le maire de Grenoble.
Mardi 24 octobre 2017 En février 1968, Grenoble accueillait les Jeux olympiques d’hiver après s’être grandiosement transformée pour l’occasion. 50 ans plus tard, la Ville et ses partenaires célèbrent cet anniversaire en grande pompe avec une apogée prévue début février....
Mardi 4 juillet 2017 Jeudi 22 juin, le maire de Grenoble Éric Piolle présentait à Paris, au ministère de la culture, un dossier pour soutenir la candidature de la ville au label national "ville d’art et d’histoire". À peine sorti de son oral, il annonçait sa réussite...
Mardi 27 juin 2017 Le festival Textes en l’air, qui a lieu depuis 12 ans à Saint-Antoine-l’Abbaye, ça n’est pas que des spectacles et des concerts ; c’est aussi des gens qui se bougent pour le faire exister. Jacques Puech, directeur artistique de l’événement,...
Lundi 13 février 2017 Après les coupures du fameux "plan de sauvegarde" (comme l’annonce de la fermeture de certaines bibliothèques), Corinne Bernard, adjointe aux cultures à la Ville de Grenoble, tente de reprendre la main. Lors du conseil municipal du lundi 6 février,...
Lundi 31 octobre 2016 Fini le temps où les politiques culturelles étaient construites main dans la main avec les artistes et les professionnels ? Aujourd’hui, les élus semblent de plus en plus vouloir se réapproprier ce secteur avec, parfois, des méthodes abruptes et des...
Jeudi 21 juillet 2016 Après la prise de parole remarquée du metteur en scène français Joël Pommerat contre la politique culturelle de la Ville de Grenoble en juin dans "Libé", c’est au tour d’acteurs culturels grenoblois de prendre la plume, cette fois-ci dans...
Vendredi 10 juin 2016 Jeudi 9 juin, Éric Piolle et plusieurs de ses élus ont annoncé publiquement les contours de leur plan dit de « sauvegarde des services publics locaux ». Son but ? Faire des économies, dans tous les domaines.
Jeudi 2 juin 2016 Le metteur en scène qui vient de présenter son fabuleux "Ça ira (1) Fin de Louis" à la MC2 (c'était notre une du numéro du 18 mai) publie une tribune dans le quotidien "Libération". Son titre ? « Grenoble, la déception de l’écologie...
Mardi 26 avril 2016 Le bruit courrait depuis quelque temps, des couloirs de l’Hôtel de Ville à ceux du conseil d’administration de la MC2 : le maire de Grenoble Éric Piolle et son équipe vont baisser de 100 000 € la subvention de la fameuse scène...
Lundi 21 mars 2016 Cette semaine grâce à Sophie Vaude et Philippe Renard, on pourra découvrir une adaptation théâtrale de "Cheval de guerre", roman que Spielberg a déjà porté à l'écran.
Mardi 8 mars 2016 Avant son concert à guichets fermés, on se pose une question : et si on avait mal jugé Jeanne Cherhal ?
Mardi 23 février 2016 Le musicien grenoblois Jean-Marie Gonzales s'empare d'un classique du cinéma muet signé Buster Keaton.
Mardi 26 janvier 2016 L'humoriste engagée donnera deux représentations à guichets fermés de son nouveau one-woman-show que l'on a vu cet automne.
Mardi 22 décembre 2015 Cette année à Grenoble, on a notamment eu droit à de la politique culturelle difficile à suivre et de l'art contemporain dans la tourmente.
Mardi 15 décembre 2015 Le film de Géraldine Nakache et Hervé Mimran sorti en 2010 est programmé ce vendredi soir à Seyssins. Une nouvelle occasion de se rendre compte qu'on est face à une des grandes comédies françaises de ces dernières années.
Mardi 3 novembre 2015 Avec "La Crasse du tympan", le chorégraphe grenoblois Nicolas Hubert s'attaque au mythique "Sacre du printemps" en s'éloignant du simple hommage. Le résultat est visible ce jeudi à la Rampe (et début février au Grand Angle).
Mardi 22 septembre 2015 Un an après la sortie de "Viva", l'auteur français coutumier des « romans d’aventure sans fiction » viendra parler du Mexique, de Trostky et de forcément plein d'autres choses.
Mardi 22 septembre 2015 Avec "Naufrage", Barthélémy Bompard a construit un spectacle choc sur une société qui court à sa perte. À découvrir à Échirolles (programmation hors les murs de la Rampe).
Mercredi 16 septembre 2015 Il y aura du monde les prochains mois dans les différentes salles de l'agglo grenobloise, dont beaucoup de très bons musiciens. Comme Jay Jay Johanson, Kraftwerk, Christophe, The Jon Spencer Blues Explosion, Socalled...
Mardi 8 septembre 2015 En spectacle vivant, il y a quelques noms à Grenoble qui se sont imposés au fil des ans. La compagnie « de théâtre, marionnettes et métamorphoses (...)
Mardi 30 juin 2015 Zoom sur les vingt-septième Rencontres du jeune théâtre européen, qui auront lieu pendant dix jours dans plusieurs lieux de Grenoble. Et toujours en VO.
Mardi 2 juin 2015 C’était dans le programme du candidat à la mairie de Grenoble Éric Piolle : mettre en place « une fête de la Journée des Tuiles afin d’associer toute la population et de créer un événement festif, populaire et fédérateur ». La première édition a...
Mardi 26 mai 2015 Un lundi dédié aux écritures théâtrales pour la jeunesse. Rendez-vous au Musée de Grenoble.
Mardi 21 avril 2015 Le Festin des Idiots s'offre trois jours de théâtre à Seyssins pour dévoiler plusieurs de ses facettes.
Mardi 7 avril 2015 On vous en disait déjà un bien fou l’an passé dans notre panorama de rentrée culturelle – article toujours disponible ici. On en remet une couche cette (...)
Lundi 30 mars 2015 Ambiance pesante pour Choco Bé, le nouveau spectacle du metteur en scène grenoblois Benjamin Moreau. Dans la chaleur guyanaise, une famille passe le temps (...)
Mardi 10 mars 2015 Kaori Ito est une danseuse littéralement exceptionnelle, à la technique remarquable. Elle a ainsi étudié le ballet classique au Japon dès ses cinq ans avant de (...)
Mardi 27 janvier 2015 « Un temps fort pour faire frémir la danse pendant dix jours dans cinq lieux de l’agglomération grenobloise » dixit le flyer du Concentré de danses. « La (...)
Mardi 9 décembre 2014 D’Ivano de Matteo (Ita, 1h32) avec Alessandro Gassman, Giovanna Mezzogiorno, Luigi Lo Cascio…
Mardi 2 décembre 2014 Il y a du Flaubert dans L’Amour et les forêts, nouveau roman d’Éric Reinhardt qui fait suite à quelques hits de la littérature des années 2000 – Le Moral des (...)
Mardi 2 décembre 2014 On ne saurait faire boire un âne qui n’a pas soif. On ne saurait non plus convaincre un réfractaire à la voix d’Olivia Merilahti, moitié du duo parisien The (...)
Mardi 25 novembre 2014 C'est une drôle de pièce que livrera le chorégraphe franco-autrichien Christian Ubl jeudi 27 et vendredi 28 novembre à l'Hexagone de Meylan. Un cri rageur pour (...)
Mardi 14 octobre 2014 Il y aura des beaux noms du journalisme à Grenoble pour la soirée de lancement de Particité, nouveau « site d'information locale et participative » (...)
Mardi 30 septembre 2014 The Promise you made du groupe américain Cock Robin, ça c’est du tube. Le morceau étant sorti en 1986, il s’écoute forcément avec un vieux baladeur et un casque (...)
Mardi 23 septembre 2014 Trois pièces en une, tel est le menu concocté par les comédiens Pierre David-Cavaz et Stéphane Müh, deux figures bien connues de la scène théâtrale grenobloise. (...)
Jeudi 24 juillet 2014 Mercredi soir, Tricky, ancien Massive Attack et légende du trip hop, était attendu sous un chapiteau blindé. Sauf qu'il a oublié de venir (au sens figuré bien sûr). Sinon, on a aussi croisé Éric Piolle, le maire de Grenoble, qui a lâché quelques...
Mardi 10 juin 2014 Depuis sa création il y a un an à Paris, S’il se passe quelque chose, le seul-en-scène du jeune comédien Vincent Dedienne, fait beaucoup parler de lui – en (...)
Mardi 15 avril 2014 Alexandre Tharaud est une star du piano, que l’on a notamment pu voir dans le film Amour de Michael Haneke. Un musicien inclassable au style (...)
Mardi 8 avril 2014 On aurait dû assister aux représentations de Forever young, c’est finalement le spectacle La Ronde de nuit que présentera Jean-François Matignon du jeudi 10 (...)
Mercredi 19 mars 2014 C’est l’histoire d’un ancien trader arrogant venu faire une conférence pour expliquer comment exercer le même métier que lui. C’est l’histoire d’un mec révolté (...)
Lundi 17 mars 2014 Disons-le d’entrée : Et pourquoi pas la Lune ?, le spectacle présenté cette semaine au Tricycle, est le meilleur de la saison du lieu, car le plus abouti, (...)
Mardi 18 mars 2014 Les dimanches 23 et 30 mars se tiendront les élections municipales. Zoom en trois points sur la situation grenobloise, et plus précisément sur le sujet de la culture.
Lundi 10 février 2014 « Pourquoi que chacun il ne viderait pas sa poubelle ? Pourquoi faut-il qu’il y en ait qu’une seule qui vide les chiures de cinquante autres ?  » Bah (...)
Lundi 30 septembre 2013 Il est bon de le rappeler de temps en temps : le département de l’Isère est riche en lieux d’exposition, notamment grâce à un impressionnant réseau de musées (...)
Vendredi 27 septembre 2013 Que la septième édition du festival L’Échappée noire ait lieu la semaine de la sortie de notre numéro rentrée littéraire est un signe du destin trop évident pour ne (...)
Lundi 23 septembre 2013 Il y a un an, la Basse cour, café-théâtre situé quartier de l’Estacade, voyait le jour. Avec l’idée « d’essayer de jongler entre de l’humour accessible et des (...)
Vendredi 20 septembre 2013 Grenoble, c’est le post-rock, le théâtre... Et les jeux vidéo maintenant. Vendredi 27 septembre à 17h sera ainsi présenté à l’Espace vie étudiant, sur le campus, (...)
Vendredi 5 juillet 2013 On en a pour l’instant listé une bonne vingtaine, "in" et "off" confondus : car oui, le Festival d’Avignon (du 5 au 26 juillet) est le temps fort de (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter