Biennale de design graphique : triple expo à Échirolles

Design / Tirant parti de la spécificité des trois sites désormais rassemblés sous l’entité commune du TRACé, la Biennale de design graphique d’Échirolles ambitionne de témoigner d’une certaine diversité de ce que peut recouvrir la discipline, à travers des choix scénographiques contrastés.

Pas évident de trouver le musée de la Viscose ! Installé dans le dernier bâtiment résiduel des usines qui lui ont donné son nom ; coincé entre les travaux de la bretelle d’autoroute du Rondeau et une flopée de hangars, il est peu probable de passer ici par hasard. Une fois franchie la porte, le premier étage du musée où s’est installé la Biennale nous plonge dans un univers qui rompt radicalement avec l’extérieur. Tandis que l’intense blancheur des graviers du parking nous fait plisser les yeux, la pénombre de la scénographie adoptée par Martial Barrault nous dilate les pupilles.

Les trois artistes présentés ici travaillent l’animation, souvent le numérique, parfois même le code, et leurs œuvres sont à découvrir sur des écrans encastrés dans les cimaises. Adepte du travail à partir de logiciel, l’illustratrice Léa Zhang déploie un univers graphique expressif qui semble souvent le fruit d’un travail analogique. Librement nourrie de références cinématographiques, son œuvre se trouve ici exposée par thématiques (le temps idéal, le temps qui passe...).

S’ensuit l’accrochage de Benjamin Bardou, qui ne laisse pas de doute sur la part essentielle de bidouillages numériques nécessaires à la création de ces images. Aux visions futuristes d’une mégalopole à l’urbanisme délirant, il oppose une série de petits films dont les images semblent se dissoudre sous nos yeux. Ces mini-travellings réalisés dans des villes bien réelles apparaissent comme les souvenirs évanescents d’une époque révolue... Enfin, bercé depuis les années 1980 par le codage informatique, Julien Gachadoat en explore la dimension poétique en composant sur les écrans des chorégraphies hypnotiques et sur le papier de subtiles compositions graphiques.    

Retour vers le papier

Après l’immatérialité propre à la création numérique sur écran, la biennale nous fait palper la matérialité de la création éditoriale artisanale grâce à une carte blanche à la maison d’édition Marchialy. Fondée en 2016, spécialisée dans la « littérature sans fiction » (des récits véridiques donc), Marchialy a la particularité de ne travailler qu’avec un seul artiste : le graveur Guillaume Guilpart. Stimulé par le parcours détonnant des personnages de ces récits improbables (un sérial-killer cannibale au Venezuela ou un militaire travesti prisonnier des Farc en Colombie…), Guillaume Guilpart se livre à un travail graphique dont l’exposition nous fait part des allers-retours avec l’éditeur. On découvre ainsi le matériel de gravure, les dessins originaux, les éditions, ainsi que les maquettes de couvertures non retenues, ou refusées par Marchialy. Un univers graphique foisonnant présenté dans les espaces aérés et lumineux du musée Géo-Charles, dont la scénographe Mathilde Gullaud a su habilement tirer parti – un accrochage tout à l’opposé de celui du musée de la Viscose qui est volontairement obscur, exigu et oppressant.  

Réchauffement climatique un peu tiède  

Enfin, au Centre du graphisme, les scénographes Yann Moreaux et Emmanuel Mille tentent de donner une forme " exposition " à un projet en ligne créé en 2018 par Thierry Sarfis et Arnaud Corbin – à savoir une banque d’images libres de droit  consacrées à l’urgence climatique. Ainsi, des réalisations de stars du graphisme côtoient des contributions anonymes et sont indifféremment présentées sur des pancartes plantées dans des sortes de barricades faites de matériaux recyclés (histoire d’être en accord avec le propos). L’ensemble n’est pas franchement convaincant. Quitte à causer d’un sujet de société particulièrement brûlant, on aurait aimé voir tout cela investir les rues de la métropole et rappeler que le graphisme est avant tout au service de la communication (pour le pire et le meilleur) et pas initialement destiné à être présenté dans la bulle aseptisée d’un centre d’art.   

Biennale de design graphique jusqu'au 30 octobre au TRACé Echirolles, entrée libre  

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 17 novembre 2021 L'association Solidarité pour l'emploi à Échirolles-Ouest (SOLEEO) a inauguré mardi 16 novembre ses nouveaux locaux dans l'ancienne maison de l'égalité femmes/hommes dans le quartier de la Luire. Tête de pont du dispositif national Territoire...
Mardi 4 février 2020 Toulouse le 28 janvier, Bordeaux le lendemain, Nantes, Nancy, Dijon… les dates s’enchaînent à un rythme soutenu pour l’humoriste. Le public grenoblois ne s’en plaindra pas : l’humoriste doit débarquer au Summum jeudi 6 février.
Mardi 20 novembre 2018 Après le Japon en 2016, le Mois du graphisme nous invite cette année à découvrir, au Centre du graphisme (qui l'organise) comme dans d'autres lieux partenaires, et pendant plus d'un mois, la folle créativité des affichistes polonais des années 1950...
Mardi 23 mai 2017 Le photographe Jean-Pierre Angei quitte l’univers du textile pour pénétrer dans la brume de la montagne. Avec "Éphéméride", il sublime une neige montagneuse par un camaïeux gris voilé et offre une nouvelle vision de cette matière éphémère, traçant...
Mardi 25 avril 2017 Il y a comme une volonté de renforcer la visibilité des institutions muséales du côté d’Échirolles. Un projet est ainsi en train de se dessiner entre le Musée Géo-Charles, consacré aux collections et aux archives du poète et écrivain français, et...
Mardi 6 décembre 2016 Sortir des sentiers battus et apporter un regard sensible sur la création visuelle, tels sont les leitmotivs du Mois du Graphisme organisé par le Centre du graphisme d’Échirolles depuis 1990. Placée sous le signe du Japon, cette nouvelle...
Mardi 15 novembre 2016 Dans les cartons depuis de nombreuses années, le Centre du graphisme d’Échirolles va officiellement voir le jour ce samedi 19 novembre, jour du lancement de la nouvelle édition du Mois du graphisme, pour mener des actions tout au long de...
Mardi 18 octobre 2016 Mécaniques ou humains, les pas de Jeremy Wood sont art. Muni d’un GPS, l’artiste londonien sillonne la ville et la campagne, afin d’esquisser une cartographie sensorielle intime ou collective, qui s’affiche actuellement au Vog de Fontaine. De...
Vendredi 22 avril 2016 C’est parti pour la troisième édition du festival Ciné-BD organisée à l’Espace vie étudiante du campus. On détaille le programme, qui dépasse le simple cadre de projections de films adaptés de bandes dessinées. Noémie Le Page
Mardi 15 décembre 2015 C'est l'un des auteurs de théâtre les plus connus de l'histoire. Si William Shakespeare, auteur de "Roméo et Juliette" ou encore "Macbeth", a raccroché la plume depuis maintenant 400 ans, il ne cesse pourtant d'inspirer les artistes d'aujourd'hui....
Mardi 3 novembre 2015 Rarement l'art contemporain aura connu si grand mystère : Vivian Maier (1926-2009), nourrice et photographe durant une vie entière, est récemment sortie de l'anonymat grâce à un certain John Maloof. Une découverte rocambolesque qui a mis à jour...
Mardi 9 décembre 2014 Derrière le trait épais de certaines couvertures du "New York Times" se cache le graphiste français Yann Legendre. Tête d'affiche du Mois du graphisme d’Échirolles, il dévoile un pan varié et stimulant de son travail qui bascule ces dernières années...
Mardi 9 décembre 2014 Véritable institution depuis maintenant vingt-cinq ans, le Mois du graphisme d’Échirolles, fondé par Diego Zaccaria, actuel directeur des affaires (...)
Mercredi 12 novembre 2014 Samedi 15 novembre, ce n'est pas seulement la Saint Albert, c'est également le coup d'envoi d'une manifestation consacrée au graphisme bien connue des (...)
Lundi 13 janvier 2014 "Traces", nom de la nouvelle exposition à la galerie Alter-Art, manifeste dès le titre la volonté de tisser un lien. Derrière cette ambition photographique se cache Benoît Capponi, dont le travail trouve sa genèse dans une somme d’écrits et de...
Vendredi 3 janvier 2014 On a énormément écrit sur le Turak Théâtre dans les colonnes de ce journal. Il faut dire que le travail du génialement barré Michel Laubu plaît beaucoup aux (...)
Lundi 19 novembre 2012 Le mois du graphisme dure plus de deux mois… On le sait, ça peut paraître étrange, mais c’est comme ça ! La question serait plutôt : qu’est-ce que ce fameux mois propose ? Bribes de réponse ci-dessous, avec un focus sur la jolie exposition...
Mardi 10 janvier 2012 Aramram. Ce n’est pas une formule magique, mais bien le nom d’une œuvre de Jean-Christophe Norman et par extension de l’exposition consacrée à cet artiste (...)
Vendredi 17 décembre 2010 Sur les plus belles images de ma ville », sur les expositions à voir pendant les vacances, avant qu’elles ne ferment pour toujours ? Oui, avec comme alléchant programme un zoom sur une œuvre présente dans chacune. Pas plus, pas moins : une mise au...
Mardi 30 novembre 2010 Le Mois du graphisme s’achèvera en janvier prochain, d’ici là, libre à chacun d’aller apprécier la richesse des expositions organisées à l’occasion. Chanceux que nous sommes, nous avons eu droit à une poly-visite, allant d’expo en expo (donc de lieu...
Lundi 15 novembre 2010 Comme d’autres, le Mois du Graphisme a 20 ans cette année. L’occasion pour lui, vaillant gaillard, de jeter un œil du côté des Etats-Unis, du Japon et de la Russie. LG
Jeudi 4 mars 2010 De Grégoire Vigneron (Fr, 1h35) avec Benoît Magimel, François-Xavier Demaison…
Jeudi 11 septembre 2008 Jean Lacornerie met en scène pour la première fois en France "Lady in the dark", une comédie musicale qui révolutionna Broadway en… 1941. Pascale Clavel
Mercredi 24 octobre 2007 Les nouvelles expositions du CNAC réunissent (notamment) des travaux d’artistes américains. Le très questionnant travail de Kelley Walker a particulièrement retenu notre attention. Séverine Delrieu

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter