Clément Pellissier : "J'avais surtout observé le Japon par le prisme des mangas et des jeux vidéo"

Manga / Auteur-conférencier, Docteur en littérature spécialisé dans les cultures de l’imaginaire, créateur de l’émission de pop culture « Pop en Stock France » sur Radio Campus Grenoble, Clément Pellissier sera l'invité du Japan Alpes Festival 2022. Discussion autour de l'univers manga, d'un certain Death Note cultissime entre autres.

La première fournée de mangas japonais à avoir débarqué en France est arrivée par le biais de Jacques Glénat, fondateur de Glénat Éditions. Grenoble a en quelque sorte été la porte d’entrée des mangas dans le pays. Aujourd'hui, une bande dessinée vendue sur deux est un manga. Des ventes qui ont plus que doublé en France en trois ans. De quel œil voyez-vous ce phénomène en France ?

 lire aussi : Japan Alpes Festival : japophilie de rentrée

Pour moi c'est une excellente chose, parce que le manga permet de découvrir énormément de terrains de l’imaginaire, d'histoires et univers différents. Et je pense que chacun peut trouver ce qui lui correspond là-dedans. 

Quelle a été votre porte d’entrée à vous dans l’univers manga ?

Je dirais que je suis un enfant de la fin de DBZ (Dragon Ball Z) et du Club Dorothée. Ce sont surtout mes grands frères qui les ont connus, mais en gros, je suis entré là-dedans par les animés de DBZ notamment. Puis, quand j'ai commencé à m'intéresser aux mangas, c'était Naruto qui débarquait en France. J’ai donc commencé par plonger tête première dans un shōnen (type de manga destiné à un lectorat de sexe masculin et adolescent) tel que Naruto, avant que ne sorte Death Note directement après. Autant dire que Death Note c'était une tout autre ambiance, qui m'a également transportée dans cet univers-là.

C’est d’ailleurs, ce même Death Note à partir duquel vous avez publié à l’été 2022 Entre les lignes du Death Note : Écrire un nouveau monde (Third Editions), et qui vous vaut une invitation au Japan Alpes Festival 2022. Avant ce livre, vous vous intéressiez à Kaamelott. Comment expliquez-vous ce grand écart ?

Je suis très éclectique et j’ai besoin d’aller voir d’autres théâtres car je m’ennuie très vite. Il se trouve que lorsque j’aime une œuvre, généralement, ce n’est pas à moitié. Death Note fait partie de ma vie, au même titre que Kaamelott à une autre époque.

Revenons au manga cultissime de Tsugumi Ohba et Takeshi Obata, Death Note, qui occupe la 10e place au classement des meilleurs mangas de l’histoire dans un sondage mené en 2007 par le Ministère de la Culture du Japon. Est-ce que c’est un shōnen comme les autres ? 

Pour rappel, le shōnen désigne à gros traits un manga d’aventure, où le héros et son groupe d’amis vont accomplir une grande quête avec des épreuves d’un genre initiatique. C’est une ligne éditoriale et un type de manga très codifié au Japon. Death Note respecte effectivement un ensemble de code propre au shōnen. On a un héros, Light Yagami, qui va accomplir une grande quête et se mettre en tête de changer le monde avec un carnet magique. Carnet qui lui donne le pouvoir de tuer toute personne dont le nom est écrit dedans. Son rival, c’est Ryûzaki, le détective qui va le traquer et en installant un intense combat psychologique. Comme l'ambiance peut déjà l'indiquer, on est plutôt dans un seinen, un manga qui se caractérise fortement par son atmosphère horrifique. Mais ça n'empêche pas que Death Note ait été publié à la base dans un magazine de shōnen au Japon, bien qu’il en casse justement les codes.

Autre tour de force de Death Note ?

Ce qui dénote d’une très grande force, aussi, c’est qu'il parle du Japon. Il parle de la société japonaise du début des années 2000. C’est une société frappée par la crise économique très grave qui dure depuis les années 90 notamment. En fait, Light Yagami est un produit de sa culture et de son pays. C'est un jeune homme très optimiste, employant des méthodes certes contestables parce qu'il assassine des gens, mais il a vraiment la volonté de changer le monde. Ce désir de changer de monde, désir de renouveau, c'est quelque chose qui imprègne fortement la culture japonaise et par quoi le héros a été bercé.

Ce travail sur ce manga vous a-t-il rapproché de la culture japonaise ?

J'avais surtout observé le Japon par le prisme des mangas et des jeux vidéo, ce qui est une porte d'entrée comme une autre, mais qui ne suffit pas cependant à connaître sa culture, évidemment. Ne soyons pas bêtes. C’était une porte d'entrée dans une partie du folklore et de la fiction. Après, j'ai eu un intérêt intellectuel à découvrir l'Asie et le Japon autrement que par la pop culture. Par la spiritualité qui est extrêmement riche et différente de la nôtre. C'est ce qui fait tout son intérêt, justement. J'avais une base de pop culture, mais au niveau strictement culturel, j'ai dû beaucoup me documenter, discuter avec beaucoup de gens et lire. Ne serait-ce que le thème des kamis, les divinités ou esprits vénérés au Japon. On pourrait en faire des thèses entières, c'est d'une richesse absolument incroyable. J'ai dû énormément réfléchir pour essayer au maximum de dire le chose juste si possible et qui soient intéressantes pour les lecteurs.

Après Batman, Kaamelott et Death Note, sur quel morceau de pop culture allez-vous jeter votre dévolu ?

Je n’ai pas le droit de dire sur quoi je travaille avec ma maison d’édition... Par contre, je peux vous dire que je travaille beaucoup avec le K fée des jeux, avec qui j’organise ce qu’on appelle des Lundis imaginaires, des micro conférences sur un sujet de pop culture. En septembre, ça va être chaud avec Rambo !

Japan Alpes Festival, 17 et 18 septembre à EVE, Saint-Martin d'Hères ; conférence "Entre les lignes du Death Note" dimanche à 16h50, 8€ pass un jour, 12€ les deux, gratuit pour les -12 ans

 

pour aller plus loin

vous serez sans doute intress par...

Lundi 9 mai 2022 Déjà en terrain conquis lorsqu’on entend pâtes fraîches fabriquées sur place, alors imaginez quand ce savoir-faire est offert en continu à la vue d’une clientèle (...)
Lundi 14 mars 2022 Revue de bande dessinée "bizarre", inspirée par le versant le plus expérimental du manga, Hikikomori est née de l’imagination de Gabriel Hernandez : « (...)
Lundi 29 novembre 2021 À cette lointaine époque où l’offre en longs-métrages d’animation se résumait grosso modo au Disney (...)
Mardi 21 septembre 2021 Retour sur le plateau pour le Ballet de l’Opéra de Lyon qui reprend deux classiques (de Mats Ek et Keersmaeker) et fait entrer à son répertoire le déroutant et silencieux N.N.N.N. de William Forsythe.
Mardi 18 février 2020 Présente dans la programmation des festivals de cinéma Voir Ensemble, À vous de voir et Plein les yeux, l’animation japonaise jeune public n’a pas toujours profité d’une telle reconnaissance. Retour sur les raisons de ce (tardif) changement de...
Mardi 21 janvier 2020 Attention, Mon Ciné, à Saint-Martin-d'Hères, propose une séance unique pour Les Enfants du temps, le nouveau long métrage signé par le réalisateur de Your Name, (...)
Mardi 17 septembre 2019 Après ses travaux estivaux, Mon Ciné a bien repris et multiplie les animations – en particulier les films d’animation. Deux d’entre eux seront projetés (...)
Mercredi 19 décembre 2018 Ce futur classique, où un enfant unique apprend à aimer sa petite sœur nouvelle-née en voyageant dans le futur et le passé familial, comptera autant que "Totoro" ou "Le Tombeau des Lucioles" au panthéon de la japanimation, dont Mamoru Hosoda est...
Mardi 19 juin 2018 Le réalisateur, à qui l'on doit le fameux Kirikou, sera samedi 23 juin au Méliès pour dévoiler son nouveau film "Dilili à Paris". Et célébrer par la même occasion les 20 ans de son succès 'Kirikou et la Sorcière".
Mardi 6 décembre 2016 Sortir des sentiers battus et apporter un regard sensible sur la création visuelle, tels sont les leitmotivs du Mois du Graphisme organisé par le Centre du graphisme d’Échirolles depuis 1990. Placée sous le signe du Japon, cette nouvelle...
Mardi 29 mars 2016 de Vanja d’Alcantara (Fr./Bel., 1h30) avec Isabelle Carré, Jun Kunimura, Niels Schneider…
Mardi 24 novembre 2015 Sixième édition pour Le Tympan dans l’œil, fameux festival grenoblois dédié à cette forme artistique hybride qu’est le ciné-concert. On y verra quoi cette fois-ci ? Du bon ! On fait le point. Aurélien Martinez
Mardi 7 avril 2015 Jusqu’ici, le témoignage cinématographique de référence concernant la Grotte Chauvet restait celui de Werner Herzog. Ce grand aventurier des images avait (...)
Mardi 29 avril 2014 Superbe documentaire de Michel Gondry où il va à la rencontre du linguiste Noam Chomsky. Et transforme ainsi leurs échanges en petit laboratoire animé où se dessine un portrait de Chomsky mais aussi un autoportrait touchant de Gondry en candide...
Mercredi 6 juillet 2011 ThÉÂtre/ Pourquoi donc convoquer le dramaturge norvégien Henrik Ibsen pour une création japonisante ? Le metteur en scène Benjamin Forel souhaitait (...)
Lundi 6 septembre 2010 Alain Finkielkraut et consorts, s’ils lisaient ces quelques lignes, bondiraient à coup sûr. Oui, EVE, l’Espace Vie Etudiante du campus, organise jeudi (...)
Mercredi 31 mars 2010 Figure insaisissable du rock français, activiste musical de l’ombre derrière les instants d’apesanteur d’Alain Bashung ou de Jacques Higelin, Rodolphe Burger vient honorer la Source d’une visite avec son singulier “concert de dessins“. Rencontre....
Jeudi 4 février 2010 Un texte contemporain barré sur les Hikikomori qui oblige à un véritable parti pris artistique ; un décor minuscule (un grenier) qui impose une vision des (...)
Vendredi 18 décembre 2009 JEUNE PUBLIC / Que faire avec les plus jeunes en ces temps de fêtes ? Emplis de générosité, nous vous soumettons ici plusieurs propositions, parce qu’au PB, (...)
Lundi 30 novembre 2009 Chronique / Ces derniers temps, une flopée d’ouvrages liés de près ou de loin à la bande à Charlie vient squatter les étals de nos innocentes librairies. On écarte (...)
Vendredi 9 janvier 2009 Lové confortablement en plein site sommital, le Centre d’Art Bastille poursuit fort logiquement sa mission de défricheur de territoires peu connus de (...)
Mercredi 5 décembre 2007 Il sera décortiqué sous toutes les coutures ce mercredi 28 novembre dans le cadre d’une soirée se déroulant à l’amphithéâtre 1 de l’Université Stendhal, de 18h30 à (...)
Mercredi 5 juillet 2006 animation / Cette année, dans son habituelle largesse, le Festival du Court fait honneur à la discipline animée au-delà de sa seule sélection officielle. Un (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter