"Sans filtre - Triangle of Sadness" : non mais à l'eau ?

Le film de la quinzaine / En recyclant "Le Bûcher des vanités", "Titanic" et "Sa Majesté des Mouches", Ruben Östlund (re)découvre la vacuité des apparences et la tyrannie du capitalisme. Le triomphe de la bonne morale consensuelle emballée dans une esthétique papier glacé, plus inoffensif que subversif, visiblement en adéquation avec le besoin de purification morale de festivaliers endimanchés sur la Croisette.

Jeunes mannequins très actifs sur les réseaux sociaux, Yaya et Carl sont invités à participer à une croisière de luxe en échange d’une “couverture médiatique“ de leurs vacances. Mais à l’insouciance initiale de leur voyage, vont succéder la panique puis l’horreur lorsqu’une tempête frappe leur yacht, faisant échouer les survivants sur une île déserte. Une nouvelle hiérarchie sociale s’instaure entre passagers et équipage…

à lire aussi : Rentrée ciné 2022 : À manger, à boire… et à vomir aussi

La ficelle du concept de Sans filtre est un peu grosse, au point que – le sympathique – Ruben Östlund pourrait placer en épigraphe cet extrait de Molière : « De l'amour sans scandale et du plaisir sans peur » (Tartuffe, acte III, scène 3). Car de scandale, de peur (ou de prise de risque), il n’est point question ici : qui diable trouverait à redire de taper sur la vanité, l’égoïsme, l’avidité, la laideur, l’intempérance, le mensonge, la luxure, en bref, sur tous les péchés capitaux et véniels apparaissant à l’écran – surtout si ce sont de riches privilégiés occidentaux satisfaits d’eux-mêmes qui s’en rendent coupables ? Avec une plaisante complaisance, des puissants sont dépourvus de leurs atours scintillants et des symboles matériels de leur empire terrestre. Longuement étrillés par les éléments, enlaidis pour correspondre à leur intériorité (coucou Dorian Gray), recouverts d’un flot de merde et de vomi, ravalés à leur animalité.

L’intention est politique ? L’effet seulement comique, et bien anodin là où Daumier risquait sa liberté en croquant avec férocité les puissants de son temps ; là où Pasolini faisait frémir en métaphorisant le fascisme ; là où Ferreri tendait à ses spectateurs le miroir déplaisant de leur embourgeoisement durant les Trente glorieuses. Dans cette croisière en forme de parabole – où « les premiers seront les derniers et les derniers seront les premiers » –, Östlund ne dépasse guère le niveau de la punition ou de la pénitence judéo-chrétienne. Le fait que ce soit à nouveau autour d’une table qu’il fasse cristalliser le drame (le naufrage intervient ici après l’avalanche sur la terrasse de Snow Therapy et le happening au banquet de The Square) interroge sur ses rapports avec le cérémoniel de l’alimentation : il y a plus d’ascèse que de plaisir chabrolien au menu du cinéaste.

à lire aussi :  Revoir Paris : Et la vie continue

Spectacle à la gorge

Si son propos manque de cruauté et se dilue, Sans filtre  effectue toutefois une mise à jour – ou paraphrase – des constats de Debord : Östlund fixe ici une « Société du spectacle » superlativée agrégeant ceux qui, depuis une trentaine d’années, en sont les promoteurs successifs : super-modèles, candidats/aventuriers de la télé-réalité, influenceurs de réseaux sociaux…

Autant de coquilles vides et de nouveaux opiums dispensés au peuple ; de marchandises humaines à consommer comme spectacle. Autant de diversions abrutissantes qui prolifèrent alors que la culture recule et que l’École n’est plus ce lieu sacralisé dont on sort, d’où que l’on vienne, assuré d'avoir reçu les mêmes bases. De quoi rire jaune, à défaut d’en pleurer ; on conservera les larmes pour les proches de Charlbi Dean Kriek.

La soudaine disparition de la comédienne fin août a en effet déchaîné des rumeurs malsaines de la part de vautours numériques pour qui chaque événement – peu leur chaut qu’il soit tragique ou qu’ils n’en aient qu’une vision biaisée – peut s’instrumentaliser au profit de leur intérêt. Dans la « Société du spectacle », tout fait ventre. À vomir.

★★☆☆☆ De Ruben Östlund (Su.-G.-B.-É.-U.-Fr.-Gr., 2h29) avec Harris Dickinson, Charlbi Dean Kriek, Woody Harrelson… En salle le 28 septembre

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Cinéma...

Lundi 9 mai 2022 Trois ans après sa dernière “édition normale“, le Festival du cinéma italien de Voiron est enfin de retour au printemps en salle. Avec un programme dense, des invités et… sa désormais célèbre pizza géante. A tavola !
Vendredi 22 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers ("Ce sentiment de l’été", "Amanda"…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Lundi 11 avril 2022 Alors que quelques-unes de ses œuvres de jeunesse bénéficient actuellement d’une ressortie dans des copies restaurées en 4K grâce au travail toujours (...)
Mardi 12 avril 2022 Un film de 8 heures qui raconte l'histoire d'activistes débutants, qui s'attaquent, à Grenoble, à des sites techno-industriels... C'est la projection que propose le 102, dimanche 17 avril.
Lundi 11 avril 2022 Piochés dans une carrière où l’éclectisme des genres le dispute à la maîtrise formelle et à l’élégance visuelle, les trois films de Mankiewicz proposés par le Ciné-club rappellent combien moderne (et essentiel) demeure son cinéma. On fonce !
Mardi 12 avril 2022 Né sous les auspices de la Cinéfondation cannoise, coproduit par Scorsese, primé à Avignon, "Murina" est reparti de la Croisette avec la Caméra d’Or. Une pêche pas si miraculeuse que cela pour ce premier long-métrage croate brûlé par le sel, le...
Mardi 29 mars 2022 Il s’agit désormais d’une tradition bien établie : chaque année, le festival Ojo Loco rend hommage au cinéma de genre le temps d’une nuit (agitée !) à (...)
Mardi 29 mars 2022 Aussi singulière soit l’histoire d’un voyage, il y a toujours un fond d’universel qui parle à chacun. Le festival isérois Les clefs de l’aventure n’existe (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter