À Grenoble, la biennale Expérimenta se met au vert

Biennale Expérimenta

Grenoble et son agglomération

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Arts sciences / Présentant des travaux menés conjointement par des artistes et des scientifiques, la biennale Expérimenta fait son retour dans l’agglomération du 12 au 22 octobre. Au programme, des expos, des conférences et des spectacles qui, cette année, se consacrent en grande partie aux enjeux climatiques et environnementaux.

Des records de chaleur en pagaille, le mois de juillet le plus sec jamais mesuré dans le pays, plus de 62 000 hectares brûlés, y compris dans des régions moins coutumières de ce genre de brasiers comme la Gironde ou la Bretagne… Les données de Météo France sont sans appel : l’été 2022 est historique et « emblématique des conséquences observées et futures du changement climatique en France ». Comprendre : on n’a sûrement pas fini d’étouffer dans les années à venir, l’été perdant petit à petit son statut traditionnel de "belle saison" pour devenir une période redoutée, à laquelle il faudra bien se préparer. Cela ne devrait surprendre personne, tant le scénario vécu en juillet-août ressemble en de nombreux points aux conclusions des rapports du Giec, qui s’égosille depuis des décennies dans un silence immobile. Pourtant, il y a encore des surpris, et surtout des "sceptiques" capables de partager en masse sur Twitter des cartes météo bidonnées, censées démontrer que les scientifiques, les médias (et tout ce que le pays peut compter d’engeances troubles pour le conspi moyen) exagèrent, mentent, falsifient.

à lire aussi : Experimenta : ouvrir de nouveaux chemins

Dans ce contexte, la biennale Expérimenta, qui organise à Grenoble des rencontres entre artistes et scientifiques, n’a peut-être jamais eu autant de signification. Depuis une quinzaine d’années en France, plusieurs événements "arts sciences" fleurissent et gagnent en visibilité, répondant à un double besoin. Celui, pour les scientifiques, de sortir de leur tour d’ivoire afin de faire connaître et comprendre leurs travaux et leurs méthodes au grand public. Pour les artistes, c’est un moyen d’expérimenter de nouvelles choses mais aussi de porter un regard neuf – alternatif sinon critique – sur le travail scientifique, ses applications, son utilité concrète.

Une expo à la Bastille

Sur le volet du réchauffement climatique, la symbiose entre les deux semble toute naturelle : « Aujourd’hui, il est clair qu’un grand nombre d’artistes s’empare de ces questions. En proportion de ce qui nous a été proposé pour cette édition, c’est évident. Et l’un de nos objectifs est de rendre visible cette masse critique », constate Jérôme Villeneuve, directeur depuis un peu moins d’un an de l’Hexagone de Meylan, qui coordonne Expérimenta en partenariat avec le CEA. Mu par la volonté de porter un fort discours écologique, il impulse quelques nouveautés pour sa première biennale. D’abord en proposant, en plus du traditionnel salon Minatec où sont compilées pendant trois jours plusieurs installations réalisées par des binômes artistes/scientifiques, une exposition à part entière dans les salles Dutrievoz et Lesdiguières du fort de la Bastille : « Je voulais identifier un lieu tiers, un terrain relativement neutre, afin de présenter sur un temps plus long des œuvres plus abouties, qui ne trouveraient pas leur place dans le salon. Car celui-ci rassemble surtout des prototypes. Et puis, cela nous permet de sortir l’événement de ses lieux habituels. Les promeneurs de la Bastille pourront ainsi tomber dans la biennale de manière naturelle. »

à lire aussi : Critical Climate Machine

Urine, abeilles et nuages (entre autres)

Sur les huit œuvres présentées dans cette exposition, six évoquent directement la nature, l’environnement ou l’écologie. Ainsi d’Homogenitus, une installation interrogeant avec ironie l’une des solutions envisagées pour réduire l’effet de serre : produire des nuages artificiels. Moins nébuleuses et plus esthétiques sont les sphères imparfaites de Supraorganism qui matérialisent de possibles futurs, en convoquant l’intelligence des abeilles… Ça vous paraît flou ? Alors direction le salon Minatec et l’une de ses installations beaucoup plus… prosaïque. L’Urinotron, ou comment produire de l’électricité avec notre inépuisable pisse. Farouchement d’actualité. On est également fort intrigués par la Critical Climate Machine qui s’intéresse à la désinformation autour du climat sur les réseaux sociaux, « invitant le public à mieux comprendre et à réfuter les discours fallacieux ».

La biennale Expérimenta investit aussi largement le domaine du spectacle vivant avec une vingtaine de propositions dans différentes salles de l’agglo, dont la MC2, le TMG, la Belle Électrique ou encore l’espace Paul-Jargot. « Mais on organise rien à l’Hexagone qui sera fermé pendant les 10 jours, on en profite pour aller rencontrer les publics. C’est également l’occasion d’engager des discussions avec l’ensemble des acteurs culturels afin de questionner nos pratiques vis-à-vis des enjeux climatiques », explique Jérôme Villeneuve. Parmi les spectacles programmés, La Machine de Turing (sur la vie romanesque du mathématicien britannique), La Boum d’Ola Bonny d’Or (un bal immersif à destination des enfants) et, pour revenir à notre sujet, Auréliens, adaptation théâtrale d’une conférence de l’astrophysicien grenoblois Aurélien Barrau, iconique défenseur de la prise de conscience écologique.

L’avion, c’est non

Si l’on ajoute les journées professionnelles, le forum proposant un cycle de conférences et l’installation (encore une nouveauté) d’une œuvre lumineuse monumentale sur le campus, on saisit l’ampleur de cette biennale Expérimenta, une nouvelle fois pléthorique. Serait-ce en contradiction avec une certaine sobriété énergétique ? « On a dressé le bilan carbone de l’activité de l’Hexagone et de la biennale. Et on a déjà pris des engagements. Par exemple, nous refusons que les différents intervenants voyagent en avion, ce qui nous empêche d’ailleurs de programmer certains artistes internationaux. De même, les leds nécessaires à la grande installation sur le campus viennent en train depuis la Chine, soit un mois et demi de voyage ! » En outre, le catering est entièrement végétarien et une plateforme de covoiturage a été mise en place pour le public. Bien sûr, Jérôme Villeneuve reconnaît que ce n’est là qu’un début : « On a encore de belles questions à se poser. » Puisse cette biennale foisonnante contribuer à l’émergence de belles réponses.   

Biennale Expérimenta du 12 au 22 octobre dans plusieurs salles de l’agglo, programme complet sur www.experimenta.fr

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 9 mai 2022 Déjà en terrain conquis lorsqu’on entend pâtes fraîches fabriquées sur place, alors imaginez quand ce savoir-faire est offert en continu à la vue d’une clientèle (...)
Vendredi 22 avril 2022 Installées sur le glacis du fort de la Bastille, face à Belledonne, quatre petites cabanes conçues par des étudiants en architecture doivent permettre au public néophyte d’expérimenter le bivouac en montagne. Du 2 mai au 2 octobre, des gardiens se...
Vendredi 22 avril 2022 La Cinémathèque de Grenoble propose une visite guidée passionnante sur les traces des anciennes salles obscures du centre-ville. Place Grenette, avenue Alsace-Lorraine, rue de Palanka… une petite promenade instructive mêlée d’anecdotes amusantes.
Lundi 11 avril 2022 Alors que quelques-unes de ses œuvres de jeunesse bénéficient actuellement d’une ressortie dans des copies restaurées en 4K grâce au travail toujours (...)
Mardi 12 avril 2022 Les personnes sont les mêmes, mais les statuts changent. Au lieu d’être exploitée en délégation de service public par l’association MixLab, la Belle Électrique sera gérée par une SCIC (Société coopérative d’intérêt collectif), Musiques Actuelles...
Mardi 12 avril 2022 Le Midi / Minuit propose une soirée électorale plutôt originale pour le second tour de la présidentielle. Un cabaret drag agrémenté de petits fours et de Prosecco, histoire de rire un bon coup, quel que soit le résultat…
Lundi 4 avril 2022 Travailleurs, forces de l’ordre, fêtards, établissements culturels et festifs, riverains… Lundi 21 mars, des dizaines d’acteurs de la nuit étaient réunis en mairie pour entendre le résultat de six mois d’enquête sur la nuit à Grenoble.
Lundi 28 mars 2022 Ce n’est pas tous les jours que la collection permanente du musée de Grenoble s’enrichit d’une œuvre nouvelle. En l’occurrence, un tableau du XVIIe siècle, signé du trop méconnu Reynaud Levieux, qui a bénéficié pour l’occasion d’un travail...
Lundi 28 mars 2022 La nature comme vous l’avez rarement vue au cinéma : le Pathé Chavant consacre une soirée aux deux derniers documentaires de Cyril Barbançon, "Ouragan" et "Neige". Des films courts présentés en 3D, qui seront suivis d’un échange avec des...
Lundi 14 mars 2022 C’est inédit, une aire de bivouac ouvre bientôt sur l’esplanade au-dessus du fort de la Bastille. Ce projet expérimental est un maillon important du programme concrétisant la distinction Grenoble Capitale Verte de l’Europe 2022. Le site le plus...
Lundi 14 mars 2022 Revue de bande dessinée "bizarre", inspirée par le versant le plus expérimental du manga, Hikikomori est née de l’imagination de Gabriel Hernandez : « (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter