Le Monde au coin de la rue, intimités partagées

Festival / Chaque année, l’association À Bientôt J’espère transforme, l’espace d’une semaine, la Maison des habitants du quartier Alma-Très-Cloîtres en cinéma éphémère, pour accueillir des documentaires de création en forme d’"histoires de vie". Décryptage.

C’est l’histoire d’un voisin dont le mode de fonctionnement, un peu en marge, rentre en conflit avec celui des autres habitants de son immeuble. De deux sœurs adolescentes qui partagent depuis des années la même chambre au sein de la maison familiale. D’anciens chefs de gang des quartiers sud de Chicago, qui tentent d’interrompre le cycle de violence endémique qui les entoure. D’un amour entre deux jeunes filles dans la France des années 20. D’une femme qui envisage une opération chirurgicale pour mettre fin à son obésité. D’une jeune mère de famille décidée à sortir d’une relation conjugale violente. Du combat de femmes transgenres en proie à la violence patriarcale en Argentine… Des histoires de vie, des histoires intimes, des histoires de lutte, que le cinéma documentaire, par son format libéré des contingences d’écriture habituelles, permet seul de traiter avec le temps, la profondeur et la justesse nécessaire. Des histoires enfin, qui nécessitent d’être projetées au bon endroit de manière à pouvoir entrer en résonance avec leur public. Et c’est là qu'intervient le festival Le Monde au coin de la rue.

Faire tomber les barrières

Fruit d’un travail au long cours dans le quartier Alma-Très-Cloîtres, en collaboration avec des travailleurs sociaux, des associations de terrain et divers acteurs du quartier, la programmation du Monde au coin de la rue prend ainsi forme dans un cadre inhabituel, celui d’une Maison des habitants transformée en cinéma éphémère. Comme l’explique Loïc Cloez, « le lieu de projection n’est jamais neutre : installer un cinéma ici, ça permet de toucher un public différent, qui est habitué à fréquenter l’endroit pour d’autres raisons ». Tôt le matin, à 8h45, le "café du doc" propose ainsi un film court accompagné de café et de chouquettes. À 20h30 (ainsi qu’à 18h le jeudi et vendredi), ce sont les formats longs qui prennent le relais, le plus souvent en présence des réalisateurs… qui sont généralement des réalisatrices : « On constate leur prépondérance dans nos programmations chaque année, et ça n'est pas un hasard : il y a dans leurs films une manière de dire le monde qui vient toucher juste. Peut-être que c'est ça qu'on vient chercher, au fond, quand on voit un film : avoir un choc, vivre une expérience qui va changer notre regard sur les situations. Et peut-être que leurs regards, leurs manières de faire le récit du réel sont aujourd'hui les plus percutants. »

Le Monde au coin de la rue  du lundi 17 au vendredi 21 octobre à la Maison des habitants du centre-ville, entrée libre


Le documentaire de création, une passion grenobloise

Est-ce un particularisme local ? Toujours est-il qu’à Grenoble, le documentaire de création, une frange cinématographique pourtant peu connue du grand public, est particulièrement bien représenté. Aux côtés d’À Bientôt J’espère, plusieurs associations jouent ainsi un rôle actif dans sa diffusion, comme O.A.S.I.S., qui après avoir organisé pendant de nombreuses années Les Rencontres autour du film ethnographique, collabore aujourd’hui fréquemment avec le collectif Ici-Même pour « créer des dispositifs de projection hors des salles, là où le cinéma n'existe pas encore », explique Nina Moro. Même volonté de relier le sujet des films aux lieux où ils sont projetés chez le collectif de cinéastes Cinex, qui fabrique et diffuse du cinéma documentaire de création depuis 30 ans et organise l’Excentrique Cinéma, dont la prochaine édition se déroulera du 15 au 18 novembre dans différents lieux grenoblois (on y reviendra). Un tissu fertile donc, pour un cinéma hors-norme et « très loin du documentaire classique ou du reportage », comme l’explique Yoann Demoz de Cinex : « L’idée, c’est de créer à partir du réel, de faire du réalisateur, de sa place et de son point de vue quelque chose d’inédit, et de raconter ainsi des choses de manière singulière et personnelle. »

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Cinéma...

Lundi 9 mai 2022 Trois ans après sa dernière “édition normale“, le Festival du cinéma italien de Voiron est enfin de retour au printemps en salle. Avec un programme dense, des invités et… sa désormais célèbre pizza géante. A tavola !
Vendredi 22 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers ("Ce sentiment de l’été", "Amanda"…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Lundi 11 avril 2022 Alors que quelques-unes de ses œuvres de jeunesse bénéficient actuellement d’une ressortie dans des copies restaurées en 4K grâce au travail toujours (...)
Mardi 12 avril 2022 Un film de 8 heures qui raconte l'histoire d'activistes débutants, qui s'attaquent, à Grenoble, à des sites techno-industriels... C'est la projection que propose le 102, dimanche 17 avril.
Lundi 11 avril 2022 Piochés dans une carrière où l’éclectisme des genres le dispute à la maîtrise formelle et à l’élégance visuelle, les trois films de Mankiewicz proposés par le Ciné-club rappellent combien moderne (et essentiel) demeure son cinéma. On fonce !
Mardi 12 avril 2022 Né sous les auspices de la Cinéfondation cannoise, coproduit par Scorsese, primé à Avignon, "Murina" est reparti de la Croisette avec la Caméra d’Or. Une pêche pas si miraculeuse que cela pour ce premier long-métrage croate brûlé par le sel, le...
Mardi 29 mars 2022 Il s’agit désormais d’une tradition bien établie : chaque année, le festival Ojo Loco rend hommage au cinéma de genre le temps d’une nuit (agitée !) à (...)
Mardi 29 mars 2022 Aussi singulière soit l’histoire d’un voyage, il y a toujours un fond d’universel qui parle à chacun. Le festival isérois Les clefs de l’aventure n’existe (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter