Le Mois de la photo, évocation par l'image

Photographie / Bâtie autour de la thématique "photographies de l’intime, archives collectives", la dixième édition du Mois de la Photo, organisée par la Maison de l’image, propose à l’Ancien musée de peinture une sélection de projets artistiques absolument galvanisante.

À peine franchie l’enceinte, déjà le regard est captivé. Les photographies de la série Hom(m)es de Gérard Staron n’arborent pourtant pas d’atours spécialement spectaculaires. Mais en mettant en perspective des photos de maisons individuelles, vues de l’extérieur, un aperçu sommaire de quelques objets peuplant leur intérieur, et un court texte présentant le parcours de vie de leur propriétaire, c’est un vaste océan de possibles et de perplexité qui surgit soudain devant nos yeux. La vie d’un individu, sa personnalité, ses errances, ses accomplissements comme ses regrets, peuvent-ils être retranscrits à travers une simple photo de son habitat ? Une interrogation quasi-philosophique à laquelle la démarche de Staron ajoute encore une couche de complexité : incidemment, on découvre ainsi que les vues d’intérieur ont été réalisées chez le photographe et que les textes, s'ils sont en partie autobiographiques… sont aussi en partie inventés.

Composée de négatifs de vieilles photographies d’époque dont le caractère "imparfait" (flou, imprécision…) ne leur a pas permis de rejoindre les albums de famille, la série In Ars Memoriae de Cécile Pomier marque, à l’inverse, par son atmosphère profondément onirique. Comme si, quelque part, leur caractère inachevé avait in fine permis de faire ressurgir, subrepticement, quelques spectres oubliés du passé. Et de nouveau, une interrogation : en figeant partiellement nos souvenirs, les photographies ne contribuent-elles pas aussi à effacer de nos mémoires ce qui n’y figure pas ?

Entre chien et loup

Prenant la forme d’une « errance nocturne sur des territoires isolés à rebours de la cadence et de l’uniformisation contemporaines », la série Ora, d’Isabelle Scotta, frappe en premier lieu par la beauté quasi-surréelle qui se dégage de ses clairs-obscurs majestueux. Mais là encore, c’est tout un univers aux frontières du fantastique qui semble convoqué, celui qui naît quand l’obscurité et le calme teintent soudain les paysages diurnes familiers d’une atmosphère mystérieuse, où quiétude et inquiétude se retrouvent progressivement entremêlées au point de devenir indissociables.

Une puissance d’évocation qu’on retrouve également dans la fabuleuse série Saisons noires de Julien Coquentin, dont les incroyables photographies peuplent la salle du fond. De retour, des décennies plus tard, sur les paysages de son enfance, le photographe a en effet réussi à capter à travers ses clichés l’infinie gamme d’émotions douces-amères que l’on ressent lorsqu’on se retrouve, au détour d’une balade sur des lieux autrefois familiers, confronté inéluctablement aux souvenirs de son enfance. Tristesse, tendresse, mystères et nostalgie émanent ainsi de ces photographies d’une force peu commune, qui réussissent la gageure de rendre universelle l’expérience pourtant intime traversée par le photographe.

Le Mois de la Photo jusqu’au dimanche 11 décembre à l’Ancien musée de peinture, entrée libre


A découvrir aussi...

S’il est impossible de résumer ici l’intégralité des autres expositions présentées dans le cadre du Mois de la Photo, certaines d’entre elles ont cependant particulièrement retenu notre attention :

- Paysannes d’Alex Vettoretti,
jusqu’au 11 décembre à l’Ancien musée de peinture

- Exercices minimaux pour un Jardin d’hiver d’Inès Molina Navea,
jusqu’au 24 décembre à la galerie Ex-Nihilo

- L’Arcane sans nom de Sabrina Biancuzzi,
jusqu’au 3 décembre au Studio Spiral

- Un nouvel ailleurs de Karim Kal,
jusqu’au 21 janvier au VOG de Fontaine

- Tiens le coût ! de Paul Bouniot,
jusqu’au 4 décembre à la galerie Showcase

- Ukraine, guerre et exil (exposition collective),
jusqu’au 4 décembre à l’ESAD

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Expos...

Vendredi 22 avril 2022 Il y a deux ans, on avait découvert le travail de Marion Massip et on avait été plutôt emballés par la poésie qui émane de ses photos du trois fois rien. En effet, (...)
Vendredi 22 avril 2022 Avec l’exposition "Fait main, quand Grenoble gantait le monde" le musée Dauphinois revient sur une aventure locale de prestige international, celle de la ganterie grenobloise. Un parcours remarquable, riche de nombreuses pièces de collection et...
Lundi 28 mars 2022 Formée au Beaux-arts de Kyoto, Martine Rey s’est fait une spécialité de la laque, qu’elle décline de maintes manières ; Pierre Gallais, quant à lui, nourrit (...)
Lundi 28 mars 2022 Ce n’est pas tous les jours que la collection permanente du musée de Grenoble s’enrichit d’une œuvre nouvelle. En l’occurrence, un tableau du XVIIe siècle, signé du trop méconnu Reynaud Levieux, qui a bénéficié pour l’occasion d’un travail...
Mardi 15 mars 2022 Au fusain et à la pierre noire, Séverine Martinez dessine l’enfance. Un style classique et une technique impressionnante, à voir à la 1-10 Galerie, rue Marx-Dormoy à Grenoble.
Vendredi 11 mars 2022 Avec sa série "Gudi Dakar", Mabeye Deme propose une fascinante exploration photographique de la vie nocturne dans les boutiques dakaroises. Un travail remarquable à découvrir à la galerie Ex-Nihilo.
Mardi 15 février 2022 Les amateurs de surréalisme doux pourront éventuellement être séduits par les peintures de Tof Vanmarque exposées à la galerie Hébert. Peuplées de personnages étranges (...)
Mardi 15 février 2022 Autodidacte grenoblois, Nuvish n'a jamais eu jusque-là, dans la cuvette, d'exposition qui lui soit intégralement consacrée. La galerie Alter Art (qui a pour (...)
Mardi 15 février 2022 D’une grande cohérence et formellement très séduisante, la série photographique que Jean-Pierre Saez expose à la galerie Ex Nihilo est le fruit d’une approche conceptuelle qui ne renie pas le plaisir du regard.
Lundi 31 janvier 2022 Intitulée Stencil, une scène engagée, la nouvelle exposition de l’espace Spacejunk réunit des artistes qui ont pour point commun de balancer quelques (...)
Lundi 31 janvier 2022 Avec Yellow Collection, l’espace Vallès ne nous trompe pas sur la marchandise : l’artiste Roland Orépük y expose une série de tableaux dont la géométrie minimale est intégralement construite à partir d’aplats jaunes.
Mardi 18 janvier 2022 Voilà une exposition passionnante pour quiconque s’intéresse un tant soit peu à l’histoire de sa ville et à son urbanisme (tout le monde non ?). Prétextant (...)
Mardi 18 janvier 2022 Tandis que les stations de ski se remplissent (plus ou moins) de touristes, la galerie Alter-Art nous invite à aller voir ce qui se passe en hiver du côté (...)
Mardi 4 janvier 2022 Habitué à coller ses œuvres dans les rues, l’artiste Cobie Cobz expose ses affiches aux messages surprenants à la galerie SpaceJunk. Il se questionne (...)
Mardi 4 janvier 2022 Aussi luxuriante et foisonnante que la forêt à laquelle elle est consacrée, l’exposition "Amazonie[s], forêt-monde" au Musée dauphinois propose un parcours passionnant mêlant histoire, ethnographie et politique. À ne pas manquer !
Mercredi 12 janvier 2022 Une tripotée d'expositions sont prévues à Grenoble et alentour cette année, sans parler de celles qui sont encore ouvertes et immanquables (liste exhaustive dans notre numéro Panorama du 5 janvier). On vous donne quelques infos en avant-première sur...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter