"The Fabelmans" de Steven Spielberg : Portrait de (et par) l'artiste en jeune homme

Le film coup de cœur / La genèse d’une vocation artistique, fruit d’un émerveillement absolu et d’une volonté de transfigurer en beauté la grisaille de son existence. Contant son enfance et sa découverte du spectacle cinématographique, Steven Spielberg dédie sa plus belle lettre d’amour à un parent d’adoption, voire de substitution : le 7e art.

Âgé de 5 ans, le petit Sammy Fabelman assiste avec ses parents à une projection de Sous le plus grand chapiteau du monde de Cecil B. DeMille. Fasciné par cette expérience, il va chercher à en reproduire le miracle au fil de son enfance, puis de son adolescence jusqu’à en faire son métier. En parallèle, l’histoire sentimentale teintée de mélo entre son père ingénieur et sa mère dévorée par le spleen, autour desquels gravite Bernie, le meilleur ami de l’un, amant de l’autre…

à lire aussi : Février : Va, vis et deviens

Steven Spielberg aura attendu un âge vénérable pour livrer ses secrets de “fabrication” – comprenez, ceux présidant à son édification en tant qu’homme et artiste, ainsi que la manière dont il conçoit ses œuvres. Histoire d’un éveil à la beauté via le regard, ce récit de jeunesse peut se prendre comme une sorte de prétexte, de support illustrant par l’exemple au moins deux cours de cinéma mémorables, valant tous les enseignements universitaires au monde… ou tous les commentaires abscons des critiques.

Le premier ouvre le film sur le petit Sammy-Steven, à quelques secondes d’entrer pour la première fois dans une salle, écoutant son scientifique de père lui expliquer le fonctionnement physiologico-mécanique du cinéma, puis sa mère la fonction émotionnelle du 7e art. Chacun énonçant une vérité incomplète, il faudra que leur fils effectue une synthèse additive de leurs définitions (et soit donc fidèle à ses deux parents conjointement) en tournant des films s’adressant à l’intellect comme au cœur. Le second clôt The Fabelmans avec une extraordinaire – et décomplexante – leçon de réalisation prodiguée par un maître du cinéma (John Ford) incarné par un autre maître (David Lynch). Entre les deux ? Deux manières de considérer ce que Spielberg nous mont(r)e.

à lire aussi : Babylon : Tour de force

Merci Bernard ?

À l’instar de toute autobiographie, The Fabelmans dévide une collection de souvenirs en prenant des raccourcis ou des accommodements avec les faits. Non pour les embellir, mais à des fins d’efficacité dramaturgique : ce qui importe en l’occurrence, c’est moins l’authenticité absolue de l’histoire que le fait qu’elle soit bien racontée. On suit donc cet étrange "trouple" constitué entre le père (qui fait semblant de ne rien voir), la mère mélancolique et le si prévenant "oncle" Bernie. Si cette relation paraît le comble de la transgression dans les si lisses années 1950 – en cette époque où le rêve américain s’envisageait dans le fantasme d’une abondance infinie –, le chromo Technicolor va être davantage encore égratigné par la fracture familiale assortie d’un sentiment de trahison, les déménagements ressentis comme des arrachements, l’antisémitisme et la cruauté des rapports adolescents ayant cours au college.

The Fabelmans est aussi un film gigogne, où des désagréments et de la contrainte naît la créativité. Où la caméra permet de voir a posteriori ce que l’instant n’a pas eu le temps de percevoir (comme dans le film Zapruder) ; où la compréhension du principe du montage (quand faire une ellipse, comment raccorder des plans ensemble et pour quelle plus-value…) confère au cinéaste débutant un pouvoir de conquérant sur ses contemporains ainsi qu’une supériorité absolue sur ses ennemis. Il n’est pas anodin que le patronyme Spielberg ("montagne de jeu") se soit transformé en Fabelman, "homme (à) fable" ; après tout, Sammy F. est ici celui qui apprend à maîtriser le récit dans un terrain de jeu échafaudé par Steven S. Un terrain à la fois intime et monumental, tombant à point nommé pour rappeler la singularité nécessaire du grand écran pour produire de telles épiphanies.

★★★★☆ De Steven Spielberg (E.-U., 2h31) avec Gabriel LaBelle, Michelle Williams, Paul Dano…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 3 janvier 2023 Des lauréats de festivals en veux-tu en voilà, du blockbuster encore plus prometteur que "Top Gun" ; des films annoncés aux sorties promises à modifications multiples en fonction de Cannes, de la concurrence ou des imprévus… Bienvenue dans l’ébauche...
Mardi 1 décembre 2015 Quand deux super-puissances artistiques (les Coen et Steven Spielberg) décident de s’atteler à un projet cinématographique commun, comment imaginer que le résultat puisse être autre chose qu’une réussite ?
Mercredi 15 janvier 2014 Après "Hunger" et "Shame", Steve McQueen adapte l’histoire vraie de Solomon Northup, homme libre devenu esclave, mais hésite entre grande forme hollywoodienne et effets de signature, entre son héros au parcours édifiant et l’esclavagiste fascinant...
Mercredi 2 octobre 2013 Deux enfants kidnappés, un père prêt à tout pour les retrouver, un suspect tout trouvé, un détective tatoué et solitaire : les ingrédients d’un film noir très noir sur la contagion du mal signé Denis Villeneuve qui, après "Incendies", réussit haut...
Jeudi 7 mars 2013 La rencontre entre Disney et Sam Raimi autour d’une ingénieuse genèse au "Magicien d’Oz" débouche sur un film schizo, où la déclaration d’amour au cinéma du metteur en scène doit cohabiter avec un discours de croisade post-Narnia. Christophe Chabert
Lundi 28 janvier 2013 Qu'est-ce qui peut hanter Spielberg pour revenir plusieurs fois sur l'esclavage ? Bien avant Lincoln, La Couleur pourpre puis Amistad annonçaient déjà un (...)
Vendredi 25 janvier 2013 On pouvait craindre un film hagiographique sur un Président mythique ou une œuvre pleine de bonne conscience sur un grand sujet. Mais le "Lincoln" de Spielberg est beaucoup plus surprenant et enthousiasmant, tant il pose un regard vif, mordant et...
Lundi 7 janvier 2013 Qu’on se le dise : les quatre prochains mois dans les salles obscures vont être riches de films attendus, de cinéastes majeurs et de découvertes passionnantes. En gros, il va falloir trouver de la place dans ses emplois du temps. Christophe Chabert
Vendredi 30 mars 2012 De Simon Curtis (EU/GB, 1h42) avec Michelle Williams, Eddie Redmayne…
Jeudi 16 février 2012 Comme s’il avait fait de cette odyssée d’un cheval du Devon à travers la première guerre mondiale le prétexte à une relecture de tout son cinéma, Steven Spielberg signe avec "Cheval de guerre" un film somptueux, ample, bouleversant, lumineux et...
Jeudi 20 octobre 2011 A l’instar de James Cameron avec Avatar, Steven Spielberg s’empare d’une innovation technologique au potentiel énorme, et la plie à son imagination toujours fertile pour mieux la sublimer, au gré d’une véritable leçon de mise en scène. François...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X