Mon pote

ECRANS | De Marc Esposito (Fr, 1h45) avec Edouard Baer, Benoît Magimel…

François Cau | Lundi 29 novembre 2010

Il le dit lui-même en conférence de presse : Marc Esposito est un gentil. D'ailleurs, quand il évoque la base autobiographique de son nouveau film, voyant un directeur de publication engager un taulard repentant dans une rédaction pour le sortir du mitard, il précise même qu'à l'époque, à Studio Magazine, il ne pouvait bosser qu'avec des gentils. Vous l'aurez donc compris, le meilleur compliment et en même temps la pire insulte qu'on puisse faire à Mon pote, c'est de dire que c'est un film gentil. Au sens “bien brave“, inoffensif, totalement inconséquent. On ne va même pas pinailler sur l'absence totale de mise en scène (qu'Esposito assume, en toute gentillesse), sur la fin du film et sa maladresse toute pataude, ce serait inutile. Ça reviendrait à tirer non pas sur l'ambulance, mais sur un stand de barbe à papa qui écoule toute sa marchandise gratos. FC

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter