Largo Winch II

ECRANS | De Jérôme Salles (Fr-All-Belg, 1h59) avec Tomer Sisley, Sharon Stone…

François Cau | Jeudi 10 février 2011

Dans cette suite, Largo Winch voyage à travers le monde, joue au milliardaire philanthrope, démasque des complots internationaux impliquant oligarques russes et junte birmane, fait de l'humanitaire et tombe une belle asiate… Ce James Bond des riches est cinématographiquement un James Bond du pauvre, avec des incohérences de scénario constantes, des scènes d'action où la caméra est tellement secouée qu'on se demande s'il y a vraiment de l'action dedans, des dialogues nanardesques et un manque d'imagination coupable (Sharon Stone porte la même robe que dans Basic instinct). Quant à Tomer Sisley, il semble ne plus jouer du tout ; il balance ses répliques avec un sourire charmeur, point. Enfin, le film piétine un mythe : pour sa dernière apparition à l'écran, Laurent Terzieff doit se coltiner un personnage ridicule conduisant à un twist minable. Triste fin pour un immense acteur ! CC

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter