Jimmy Rivière

ECRANS | De Teddy Lussi-Modeste (Fr, 1h30) avec Guillaume Gouix, Hafsia Herzi…

François Cau | Vendredi 4 mars 2011

Ça y est, à force de nous imposer ses crises de foi en série, le cinéma d'auteur français nous a soulevé le bide. Malgré ses maigres bonnes intentions, ce chemin de croix d'un jeune gitan tiraillé entre sa nouvelle confession pentecôtiste et ses passions pour la boxe et le corps de sa copine est aussi incertain que son héros, semble même pétrifié à l'idée de traiter véritablement son sujet. La mise en scène hésite en permanence entre naturalisme et esthétisation, pour un rendu tout sauf immersif. Le scénario, tout en boucles mal fermées et répétitions pénibles, s'enfonce dans le sol à force de piétiner, et la direction d'acteurs chaotique (même Hafsia Herzi en devient insupportable) achève malheureusement de rendre la vision de ce premier film assez douloureuse. FC

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter