Et soudain tout le monde me manque…

ECRANS | De Jennifer Devoldere (Fr, 1h38) avec Mélanie Laurent, Michel Blanc…

François Cau | Mercredi 13 avril 2011

Le matérialisme dans lequel évoluent les personnages du deuxième film de Jennifer Devoldere vaut métaphore de sa production. Une fois de plus, voilà une comédie air du temps, mais qu'on pourrait qualifier sans injure de banale (doit-on faire semblant de n'avoir jamais vu un film sur les angoisses d'une trentenaire parisienne et célibataire ?), qui s'est laissée grignoter par son mode de financement. Une star dans le premier rôle ? Mélanie Laurent tient plutôt de la starlette, refusant sans raison crédible de montrer ses seins dans une scène d'amour… Mais elle est bankable ! Des marques à presque tous les plans, et même dans les dialogues ? Ce n'est pas de la pub, voyons, c'est du réalisme urbain chic ! Des chansons branchées pour illustrer toutes les dix minutes les clips censés résumer les récits parallèles ? Ça ne dissipe pas le déjà vu. Reste Michel Blanc ; après Une petite zone de turbulences, on sent bien qu'il cherche à parler de son angoisse face au temps qui passe et à la mort qui rôde. Dommage qu'il le fasse dans des comédies sans envergure, car il le fait franchement bien. CC

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter