Monsieur Papa

ECRANS | De et avec Kad Merad (Fr, 1h30) avec Michèle Laroque…

François Cau | Mercredi 25 mai 2011

Kad Merad est partout, dans tous les films français populaires, à la télé… Le voilà en plus derrière la caméra, et on affûtait déjà nos plumes pour lui tailler un beau costard. Raté ! Monsieur Papa, sans être un grand film (loin de là, Kad ayant une confiance très limitée dans la mise en scène), étonne par sa modestie et, surtout, par son désir de ne pas suivre le diktat embarrassant de la comédie à tout prix. Les qualités principales sont à chercher dans un scénario qui prend soin de ne jamais aller tout à fait là où on l'attend (de la supercherie montée par une mère pour faire croire à son fils qu'un type ordinaire est son père et le dégoûter ainsi de vouloir le connaître, on découvre assez vite que le gamin n'est pas dupe, renvoyant ainsi la balle vers les adultes et leurs préjugés) et dans l'atmosphère flottante et triste avec laquelle Kad le filme. Situé dans le 13e arrondissement (le quartier chinois), Monsieur Papa montre un Paris rarement vu à l'écran, populaire mais pas banlieusard, aux lignes de fuite étranges et à l'exotisme terne. Intéressant, tout comme la manière, parfois, de vider le cadre autour des personnages, de laisser durer un plan, de refuser l'efficacité au profit de l'incertitude. Les défauts sont là (des personnages secondaires fonctionnels que le film se traîne sur ses trois actes), mais Kad fait mieux ici que la plupart des acteurs français qui s'improvisent réalisateurs. Christophe Chabert

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter