I'm still here – the lost year of Joaquin Phoenix

ECRANS | De Casey Affleck (EU, 1h47) avec Joaquin Phoenix, Ben Stiller…

François Cau | Mardi 12 juillet 2011

Dans la foulée du tournage de Two Lovers, Joaquin Phoenix craque, renonce à sa carrière d'acteur pour se lancer dans le hip-hop, en dépit d'un manque criant de talent dans cette discipline, et de la dépression qui semble le dévorer peu à peu. On le sait à présent, tout cela n'était qu'un canular, confectionné avec la complicité de Casey Affleck, beau-frère de Phoenix. On peut applaudir la performance de l'acteur, qui sera resté plus d'un an dans un rôle qu'on devine lourdement destructeur. On peut aussi se demander, face au résultat final, si le jeu en valait vraiment la chandelle. En fait de scènes trash (Joaquin prend plein de drogues, fréquente des prostituées, a un ego surdimensionné…), I'm still here accumule les clichés ronflants sur le star-system et n'en dit rien, s'enfonçant dans une sombre entreprise de voyeurisme autour d'une star échouée dans une dérive sans sens. Les seules scènes qui fonctionnent sont celles où Phoenix voit son déclin se refléter dans les yeux de ses interlocuteurs : qui d'un Ben Stiller moqué de façon gênante alors qu'il venait lui proposer un rôle dans Greenberg, d'un Puff Daddy effondré à l'écoute de ses pathétiques bandes démo, mais surtout d'un Edward James Olmos, d'une patience infinie face aux gesticulations de Phoenix, qui le gratifiera d'un monologue sur les choix qui s'offrent à lui. Deux minutes de grâce dans cet océan de vide, portrait de l'artiste en connard dépressif qui ne devrait pas passionner grand monde. FC

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter