L'Exercice de l'État

ECRANS | Avec "L’Exercice de l’État", Pierre Schoeller réussit à donner de la chair et un rythme à l’action politique, dans un film vif et rapide, magistralement mis en scène et interprété. Christophe Chabert

François Cau | Jeudi 20 octobre 2011

L'Exercice de l'État pose cette question : c'est quoi, aujourd'hui en France, faire de la politique ? Tel un philosophe étudiant précisément l'intitulé de la question, Pierre Schoeller ne s'intéresse d'abord qu'au «faire» ; cela implique un environnement, un rythme, des circulations, des gestes et des outils que le film, avec une précision tout à fait inédite dans le cinéma français, s'applique à rendre immédiatement crédibles.

Un exemple au début : quand le ministre des transports Bernard Saint-Jean monte dans sa voiture de fonction et y retrouve son attachée de communication, celle-ci lui lit les titres de la presse matinale en faisant défiler les Unes sur son IPad. Il n'est pas inutile de préciser que ce contact avec le monde, doublement médiatisé (l'écran tactile et la dir' com' exaltée), suit une séquence qui montrait exactement l'inverse : le Ministre, seul et solennel, dans une chapelle ardente où ont été regroupées les victimes d'un dramatique accident d'autocar. Levé du lit après un cauchemar ô combien signifiant (des hommes masqués installent un bureau ministériel pour assister à une cérémonie où une femme nue — la République ? se fera avalée par un énorme crocodile — la politique politicienne ?), Saint-Jean se rend sur les lieux en un battement de plan, et cela dit à quel point tout dans sa pratique est affaire de réactivité et de disponibilité. Sachant que cette capacité à être là où il faut quand il le faut est aussi une question de survie politique : à la moindre faille, au premier faux-pas, trente personnes attendent pour prendre sa place.

Excès de vitesse

Schoeller, avec une aisance remarquable, donne donc une forme à cet «exercice», mais aussi un visage, celui d'Olivier Gourmet, acteur incroyable qu'on a beaucoup vu ces dernières années sur les écrans et qui arrive ici encore à surprendre. Le choix est judicieux : Michel Saint-Jean, ministre qu'on imagine de centre-droit dans un gouvernement de droite, a tout du self-made-man transformé par sa fonction en animal politique habile mais attaché à ses convictions. Un homme ordinaire que les circonstances métamorphosent en figure publique, incarnation de la puissance de l'État.

Le film le fait naviguer entre deux eaux : celles du microcosme politique d'abord, avec un chef de cabinet dévoué, prêt à tout pour préserver la carrière de son ami (Michel Blanc, dans un emploi inédit qu'il assume avec le talent qu'on lui connaît), mais aussi une ronde de ministres, de parlementaires et même le Président (Schoeller n'a pas besoin de singer le réel façon La Conquête pour rendre sa représentation crédible) ; et celles du peuple, incarné par un chômeur taciturne qu'on engage pour servir de chauffeur au ministre. Magnifique personnage, complexe et passionnant, qui ramène Saint-Jean à sa dimension la plus humaine (une formidable scène de beuverie, moment de comédie dans un film qui ne s'interdit aucune rupture de ton), mais qui trouve aussi dans ce job providentiel une certaine fierté, grisé à son tour par la vitesse du pouvoir et ses privilèges.

Un peu à la manière des Dardenne ou de Jacques Audiard, Schoeller ne laisse jamais le discours déborder sur l'action ; celui-ci doit au contraire surgir de l'urgence dans laquelle est plongé le récit. L'Exercice de l'État a le parfum du thriller, notamment quand au cœur du film Saint-Jean se retrouve pris au piège d'une réforme dont il ne veut pas (la privatisation des gares), mais dont il a besoin pour poursuivre son ascension. Il suffit pour le cinéaste de suivre les vicissitudes, tergiversations et revers du personnage pour que le spectateur ressente ce qu'est la politique française contemporaine : un compromis nécessaire entre des idéaux et une ambition.

Sortie de route

Film d'action, disait-on. Il faut, sans trop en révéler, signaler que dans son dernier tiers, comme un cliffhanger brutal et inattendu, Schoeller pousse son récit jusqu'à une magistrale et littérale sortie de route. Deux choses frappent dans cette séquence paroxystique : sa logique interne (à force d'accélérer, le crash est inévitable), mais surtout la puissance hallucinante de la réalisation. Autrement dit, l'apparition d'un cinéaste français qui, dès son deuxième film, s'impose comme un regard singulier qui n'a pas peur de concilier point de vue critique et spectacle cinématographique, qui arrive à être à la fois entièrement dans la mise en scène et toujours spectateur de son propre travail. Comme Saint-Jean, Schoeller est dans le faire plus que dans la théorie, et L'Exercice de l'État ouvre des perspectives nouvelles pour que le cinéma d'ici se saisisse avec pertinence de son actualité la plus brûlante.

 

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Un peuple et son roi" : astre déchu

ECRANS | Dans cette fresque révolutionnaire entre épopée inspirée et film de procédure, Pierre Schoeller semble fusionner "Versailles" et "L’Exercice de l’État", titres de ses deux derniers longs-métrages de cinéma. Des moments de haute maîtrise, mais aussi d’étonnantes faiblesses. Fascinant et bancal à la fois.

Vincent Raymond | Mardi 25 septembre 2018

1789. La Bastille vient de tomber, et le roi quitte Versailles après avoir signé la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen soumise par l’Assemblée. Dans les rues de Paris, la famille d’un souffleur de verre est portée par ce vent d’espérance. Et si le peuple avait enfin voix au chapitre ? Moment-clé de notre histoire, tournant civilisationnel du fait de sa résonance sur les nations voisines, de son potentiel dramatique et de ses conséquences contemporaines, la Révolution française constitue un morceau de choix pour tout amateur de geste épique, de combats d’idées et d’élans tragiques. Filmer l’exaltation d’une guerre civile éclatant sous l’auspice des Lumières et la conquête de la liberté par le peuple a déjà galvanisé Abel Gance, Sacha Guitry ou Jean Renoir. Comme eux, Pierre Schoeller rallie ici la quintessence des comédiens de son époque : le moindre rôle parlé est donc confié à un·e interprète de premier plan – Gaspard Ulliel, Adèle Haenel, Olivier Gourmet, Louis Garrel, Izïa Higelin, Laurent Lafitte, Denis Lavant... Le défilé en est étourdissant, mais pas autant que celui des députés ayant à se prononcer par ordre alphabétique de circons

Continuer à lire

Rentrée cinéma 2018 : et voici les films qui feront les prochains mois

ECRANS | Quels sont les cinéastes et, surtout, les films à ne pas louper avant la fin de l'année ? Réponses en presque vingt coups – dix-neuf pour être précis.

La rédaction | Mardi 4 septembre 2018

Rentrée cinéma 2018 : et voici les films qui feront les prochains mois

Les Frères Sisters de Jacques Audiard Sortie le 19 septembre Escorté par son inséparable partenaire et coscénariste Thomas Bidegain, Jacques Audiard traverse l’Atlantique pour conter l’histoire de deux frères chasseurs de primes contaminés par la fièvre de l’or. Porté par l’inattendue fratrie John C. Reilly/Joaquin Phoenix (à l’œil puant le vice et la perversité), ce néo-western-pépite empli de sang et de traumas ne vaut pas le coup, non, mais le six-coups ! Climax de Gaspar Noé Sortie le 19 septembre Une chorégraphe a réuni une équipe internationale de danseurs pour son nouveau projet qu’elle achève de répéter dans une salle isolée. Après un ultime filage, la troupe s’octroie un réveillon festif sur la piste, s’enivrant de musique et de sangria. Mais après quelques verres, les convives se mettent à vriller sérieusement. Qu’y avait-il donc dans cette satanée sangria ? Noé compose un cocktail de survival et de transe écarlate à déguster séance hurlante.

Continuer à lire

« L’Histoire est stupéfiante »

ECRANS | Entretien / Réalisateur d’un premier film prometteur, Versailles, qui offrait à Guillaume Depardieu un de ses plus beaux (et hélas ! derniers) rôles, Pierre Schoeller s’affirme avec "L’Exercice de l’État" comme un véritable auteur, cherchant dans les institutions françaises des matières à fiction fortes et complexes. Propos recueillis par Christophe Chabert

François Cau | Jeudi 20 octobre 2011

« L’Histoire est stupéfiante »

Film(s) politique(s) Pierre Schoeller : « L’idée, c’est que mes films s’éclairent les uns les autres. Ce n’est pas un hasard si Versailles s’appelle Versailles et si le prochain, qui se déroulera pendant la Révolution française, se passera à Versailles ; ce n’est pas un hasard si dans Versailles on est tout en bas et dans L’Exercice de l’Etat tout en haut. De toute façon, c’est une étude du pays. Parler de l’État français, par exemple, c’est parler de l’état de la France. C’est comme ça que ça circule. J’ai d’abord fait un film pour arte sur la condition ouvrière dans l’automobile, et je me suis rendu compte que c’était passionnant de s’attaquer à une institution, c’était un sujet idéal. Je me suis dit qu’il serait intéressant de radicaliser les choses et d’être au cœur du pouvoir. Est venue l’idée de ce film politique. Je n’arrivais pas à l’écrire, j’ai abandonné le projet, et j’ai fait Versailles. Ensuite, il y a eu le film, Cannes, les salles, la mort de Guillaume Depardieu, des choses très fortes. J’en suis ressorti avec une envie de filmer et surtout une envie de faire quelque chose de plus spectaculaire, de plus rapide, de plus n

Continuer à lire

Cannes jour 9 : Dans sa peau

ECRANS | La piel que habito de Pedro Almodovar. L'Exercice de l'État de Pierre Schoeller.

François Cau | Vendredi 20 mai 2011

Cannes jour 9 : Dans sa peau

Hier, nous disions qu'il manquait à la compétition cannoise un film susceptible de rallier les suffrages des festivaliers autrement que par de la comédie nostalgique (The Artist et Le Havre sont pour l'instant les films les mieux notés par la presse étrangère). Mais ce jeudi, Almodovar est arrivé et c'est peu de dire que son nouveau film a fait son effet sur la Croisette. Vieil habitué du festival depuis Tout sur ma mère, mais jamais récompensé au-delà d'un prix de la mise en scène, Almodovar faisait face à un reproche justifié ces dernières années : ses films n'étaient jamais mauvais, mais ils répondaient un peu trop exactement à ce que l'on attend du cinéaste (un mélange de mélodrame et de réflexion sur l'illusion, qu'elle soit cinématographique ou amoureuse, dans un écrin élégant et précieux ). La Piel que habito réussit cette deterritorialisation devenue impérative : c'est un film de genre, un thriller aux relents fantastiques (pour se prémunir de tout reproche sur la crédibilité du pitch, il situe l'action à Tolède l'année prochaine). Almodovar était réticent à montrer le film à Cannes, de peur que l'on en révèle les secrets. On respectera donc sa v

Continuer à lire