Les Crimes de Snowtown

ECRANS | Sorte de pendant crapoteux d’Animal Kingdom, le premier film de Justin Kurzel revient sur une série de meurtres ayant traumatisé l’Australie des années 90, et enfonce douloureusement le clou de son contexte social hardcore. François Cau

François Cau | Vendredi 16 décembre 2011

Bienvenue dans la banlieue d'Adelaide, ses taudis à peine vivables, son climat tout en nuances de gris, ses parents absents, ses voisins pédophiles, sa violence toujours prête à exploser… Dans ce no man's land peuplé de laissés-pour-compte aigris, l'arrivée de John, figure paternelle brutale mais rassurante, va dans un premier temps réconforter Jamie, un ado mutique jusque-là condamné à subir les abus répétés de son entourage. Mais au fil de leçons de morale de plus en plus radicales, John révèle rapidement sa nature d'odieux sociopathe. Hasard des calendriers de tournage et de distribution, Animal Kingdom et le film de Justin Kurzel, à quelques mois d'écart, revisitent l'histoire criminelle australienne récente en adoptant le même point de vue, celui d'un jeune adulte pas tout à fait sorti de l'enfance, surface émotionnellement plane sur laquelle se reflète des exactions de plus en plus inconfortables. Mais là où le film de David Michôd instaurait de ce fait une balise d'identification au spectateur avant de la détourner, la démarche de Kurzel est toute autre, et sert un dessein cinématographique totalement différent.  

Quelque chose de pourri…

Dès les premières séquences, on vivote dans un naturalisme social putride, dans un désœuvrement où les rares réunions de voisinage ne servent qu'à ressasser les frustrations ambiantes. Images poisseuses, cadres étalant la souillure, scènes choc nauséeuses… Les Crimes de Snowtown est une plongée dans un quotidien sordide, à la merci du sens tortueux de la justice de John et de ses attitudes ambiguës. Partant, Justin Kurzel est toujours sur le fil de la complaisance pour appuyer son portrait d'une classe sociale désespérée et prompte à se laisser manipuler. Heureusement, il ne se contente pas de laisser tourner la caméra à chaque nouvel étalage de déviance, et ses partis pris de mise en scène, notamment lors de ses impressionnantes scènes de transition suspendues, donnent du sens à ce qui n'aurait pu être qu'un objet filmique provocateur et roublard de plus. Le malaise qu'il suscite tient de la cohérence entre la caractérisation des personnages et leur ancrage dans une réalité aliénante. Les Crimes de Snowtown, film peu aimable et éprouvant, vous happe dans son gouffre pour mieux vous hanter.

Les crimes de Snowtown
De Justin Kurzel (Australie, 2h) avec Lucas Pittaway, Daniel Henshall…

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Assassin’s Creed" : game over

ECRANS | Le jeu vidéo culte trouve une nouvelle vie au cinéma grâce à Justin Kurzel et des stars comme Michael Fassbender, Marion Cotillard ou encore Jeremy Irons. Sauf que cette vie-là tombe totalement à plat.

Vincent Raymond | Mardi 20 décembre 2016

Censé être exécuté par injection, Cal se réveille dans une étrange institution où des scientifiques l’incitent à plonger dans sa mémoire génétique afin de trouver le moyen d’éradiquer à jamais toute pulsion de violence chez l’Homme. Héritier d’une séculaire guilde, les Assassins, adversaires immémoriaux des Templiers, Cal va affronter son passé… et le présent. Dans cette histoire où deux vilaines sectes s’entretuent à travers les âges pour contrôler l’humanité, difficile de comprendre laquelle est la moins pire – laissons aux complotistes le soin de les évaluer selon leurs critères tordus. Difficile aussi, d’y trouver son content en terme d’originalité spectaculaire : à force d’en garder sous la pédale pour alimenter d’hypothétiques suites, les films d’action peinent à se suffire à eux-mêmes ; d’épiques, ils deviennent elliptiques. Badaboum Son origine vidéoludique devrait irriguer Assassin’s Creed de trouvailles visuelles, le rendre aussi innovant et immersif qu’un Christopher Nolan des familles. Las ! Justin Kurzel ne fait qu’enquiller bastons chorégraphiées et combats de sabres pour yamakasi en toile d

Continuer à lire

Cannes jour 7 : Du nouveau

ECRANS | Le Havre d'Aki Kaurismaki. Take shelter de Jeff Nichols. Snowtown de Justin Kurzel.

François Cau | Mercredi 18 mai 2011

Cannes jour 7 : Du nouveau

La vision au saut du lit de Le Havre, le nouveau Kaurismaki qui concourt sous bannière finlandaise alors qu'il a été tourné en France et en français, nous a ramené une année en arrière, quand la compétition cannoise alignait des œuvres faibles de cinéastes mineurs, peu soucieux de soigner la forme et paresseux dans leur propos. Le Havre a une odeur de fin de règne pour Kaurismaki. Son comique neurasthénique, sa direction artistique ringarde, ses acteurs monocordes, son absence de rythme, tout devient plus flagrant une fois transposé dans un contexte français et une langue qu'il ne maîtrise visiblement pas. Les comédiens, dont on ne doute pas du talent (André Wilms ou Jean-Pierre Darroussin, quand même), sont ici livrés à eux-mêmes, se débattant avec un texte impossible à base de « as-tu », « veux-tu » et « peux-tu ». Le film cherche à se raccrocher aux branches en brodant une fable très contemporaine autour d'un jeune noir sans-papier qui veut traverser la Manche pour se rendre en Angleterre. Mais Kaurismaki commet un contresens total en filmant son histoire dans une France purement folklorique faite de bistrots, d'épiciers de quartier et de flic en long imper noir et chapeau Stets

Continuer à lire

Animal Kingdom

ECRANS | Regard trouble d’un “innocent“ sur sa famille de criminels, Animal Kingdom, première réalisation de l’australien David Michôd, frappe l’inconscient du spectateur en le sortant de ses habitudes. Attention, grand film. François Cau

François Cau | Jeudi 21 avril 2011

Animal Kingdom

Un ado de 17 ans, Josh, regarde un jeu télévisé quelconque, sa mère dans les vapes à côté de lui sur le canapé. Les pompiers débarquent, tentent de la réanimer ; Josh continue à suivre l’émission. Apparemment, la routine ; sauf que cette fois-ci, la junkie trépasse. Toujours aussi impassible, l’ado appelle sa grand-mère pour lui annoncer la nouvelle et lui demander de l’héberger. Et Josh de rallier cette famille dont sa mère l’avait préservé : la fratrie de ses oncles criminels, chaperonnée avec une bienveillance équivoque par une effrayante matriarche (l’incroyable Jacki Weaver). Comme le montre cette introduction déstabilisante, le personnage auquel le spectateur est censé s’identifier est une surface plane, un miroir vide d’émotions, dont le jeu tout en réserve de l’étonnant James Frecheville traduit à merveille la retenue. Une carapace naturelle contre un vécu qu’on devine chaotique, et que la suite des événements ne va pas apaiser. Ce retrait assumé de notre principal repère, plongé au beau milieu de figures infiniment plus charismatiques, pourrait plomber le récit : il en deviendra au contraire la véritable raison d’être. Lions et agneaux

Continuer à lire