Jack et Julie

ECRANS | De Dennis Dugan (EU, 1h40) avec Adam Sandler, Katie Holmes, Al Pacino…

François Cau | Jeudi 19 janvier 2012

Jack (Adam Sandler), publicitaire florissant, doit supporter l'arrivée impromptue de sa volcanique sœur jumelle Julie (Adam Sandler – gags !) dans son paisible foyer. Surtout quand il réalise qu'elle est son unique chance de convaincre Al Pacino, énamouré de la donzelle (gags !), de tourner un spot pour une grosse chaîne de Donuts (… gag ?). Objet d'une parodie féroce mais dûment méritée dans la dernière saison de South Park, cette livraison annuelle d'Adam Sandler confirme son statut de comique en préretraite, pivot d'objets pantouflards, commis avec ses potes et une poignée de guests improbables dans des lieux de tournage idylliques, propices au farniente tant humoristique qu'artistique. Le film, d'une mollesse à se pendre, aligne les blagues éculées qui au mieux ne sont pas drôles, au pire affreusement gênantes, avant de se confondre dans une overdose de bons sentiments. Et entraîne dans sa chute son invité principal, monsieur Pacino, qui en une seule scène (la pub en question) flingue plus sa carrière que Robert De Niro dans ses vingt derniers films. Une sorte d'exploit. FC

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

The Humbling

ECRANS | Tiré d’un livre de Philip Roth, le calvaire d’un acteur vieillissant entre dépression et passion amoureuse pour une lesbienne insaisissable. L’adaptation de Barry Levinson est ratée mais le portrait qu’Al Pacino fait de lui-même est, à l’image du comédien, fascinant. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 7 avril 2015

The Humbling

Visiblement, transposer l’univers de Philip Roth à l’écran relève de la mission impossible. Arnaud Desplechin s’est cassé les dents pour adapter Tromperie et les films tirés de La Tâche et La Bête qui meurt (La Couleur du mensonge et Lovers) ne valent pas tripette. Même si The Humbling n’est pas un mauvais film, Barry Levinson se heurte aux mêmes écueils que ses prédécesseurs : l’ironie de Roth est avant tout une politesse du désespoir, surtout dans ses dernières œuvres hantées par le spectre de la maladie et de la mort. Or, The Humbling ne sait jamais quel ton adopter face à cette matière romanesque : d’une scène à l’autre, on passe du gag un peu lourd à l’amertume tragique, ce que la mise en scène, hachée menu par un montage frénétique, souligne cruellement. Levinson est pourtant fidèle au roman, qui raconte la chute de Simon Axler, vieille gloire du théâtre soudain atteinte de dépression carabinée. Chute littérale : alors qu’il vient d’entrer sur scène, il se jette dans la fosse sous les yeux des spectateurs médusés. Après un passage par un hôpital psychiatrique, il revient dans sa maison et dé

Continuer à lire