Le port de la drague

Christophe Chabert | Jeudi 1 mars 2012

Photo : DR


Manifestations quotidiennes pendant le tournage, protestations véhémentes des associations gays, ajout d'un carton introductif tentant maladroitement de dédouaner le film de toute homophobie… C'est peu dire qu'à l'époque (1981), Cruising de William Friedkin n'avait pas été goûtée par la communauté homosexuelle américaine. Trente ans plus tard, non seulement sa présence dans un festival de cinéma gay ne surprendra personne, mais le film paraît avec le recul un témoignage crucial et unique dans le cinéma mainstream d'un monde qu'Hollywood se refusait encore à représenter dans ses fictions. En l'occurrence, celui des pédés cuirs de San Francisco, où le culte de la virilité va de pair avec le port de la moustache. L'intrigue principale montre un flic hétéro (Al Pacino, si mal à l'aise avec le rôle qu'il n'a plus jamais voulu entendre parler du film) traquer un serial killer qui choisit ses victimes dans les clubs gays, en allant à son tour draguer dans les boîtes pour identifier le criminel. Mais Friedkin ne s'intéresse jamais vraiment au thriller, d'une nonchalance totale. Cinéaste de la circulation du mal, il fouille les névroses de ses personnages, source d'une haine envers ceux qui vivent librement leur sexualité. Tout est dit dès le début, quand Friedkin raccorde dans le même plan l'agression d'un travesti par un flic homo refoulé et l'arrivée du tueur, déjà en chasse de sa prochaine proie.
Christophe Chabert

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Mercredi, le Ciné-Club de Grenoble ouvre sa saison avec "French Connection" de William Friedkin

ECRANS | Pour sa grande rentrée, le Ciné-Club de Grenoble voit noir avec un cycle polars 70’s et la projection d’un bon vieux William Friedkin en ouverture (...)

Vincent Raymond | Lundi 2 octobre 2017

Mercredi, le Ciné-Club de Grenoble ouvre sa saison avec

Pour sa grande rentrée, le Ciné-Club de Grenoble voit noir avec un cycle polars 70’s et la projection d’un bon vieux William Friedkin en ouverture (mercredi 4 octobre à 20h) : French Connection, grâce auquel le maître était reparti nanti d’une jolie statuette dorée de meilleur réalisateur. Farci d’instants cultes (la poursuite avec Bozu dans le métro new-yorkais demeure une référence), ce petit bijou est en outre montré au public grenoblois avant le Festival Lumière de Lyon qui le programme mi-octobre à l’occasion d’une nuit Friedkin, en présence du réalisateur. Vous pourrez doubler la mise.

Continuer à lire

Gloire au "Police fédérale Los Angeles" de William Friedkin

Reprise | Ce film sorti en 1985 et réalisé par le papa de "L'Exorciste" et de "French Connection" est à redécouvrir vendredi 24 mars au cinéma Arts et Plaisirs de Voreppe.

Julien Homère | Mardi 21 mars 2017

Gloire au

On a tendance à résumer le grand William Friedkin à ses faits d’armes glorieux des seventies tels que French Connection et The Exorcist. Il faut dire que les lendemains de Sorcerer ont été durs pour le wonder boy, cousin poissard de Michael Cimino, porté aux nues puis descendu violemment. Arrivent les années 1980 avec leur lot de kitsch et de mauvais goût, période oubliée du cinéaste qui contient pourtant quelques perles. Cinq ans après le controversé Cruising, Friedkin revient à ses premières amours et livre un polar halluciné. To Live and die in LA (le titre original) raconte la poursuite que Richard

Continuer à lire

Sorcerer

ECRANS | Dans un été riche en belles et grandes reprises, le retour sur grand écran dans une version restaurée et supervisée par son auteur de "Sorcerer" va permettre de découvrir enfin ce film maudit et génial de William Friedkin. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 7 juillet 2015

Sorcerer

Lorsqu’il entreprend Sorcerer en 1976, William Friedkin est encore le parrain tout puissant du Nouvel Hollywood. Il a décroché des oscars avec French connection (de retour lui aussi sur les écrans cet été) et un succès planétaire avec L’Exorciste, flanquant les miquettes à toute une génération de spectateurs. Autant dire qu’on ne peut rien lui refuser, surtout un budget confortable pour tourner un remake du Salaire de la peur, le film d’un de ses cinéastes préférés, Henri-Georges Clouzot, avec qui il partage une même vision désespérée d’une existence gouvernée par le mal. La malédiction Sauf que deux choses vont envoyer Sorcerer dans le fossé. D’abord, l’accumulation de tuiles qui se produisent durant la préparation, puis pendant le tournage. Alors que Friedkin envisageait Steve MacQueen et Lino Ventura dans deux des rôles principaux, il doit se rabattre sur Roy Scheider et Bruno Crémer, tout de suite moins bankables. Quant à la fabrication même du film, elle tourne au cauchemar : la jungle encore plus hostile que prévue, les conditions climatiques catastrophiques, les techniciens camés et cramés, le budget qui e

Continuer à lire

The Humbling

ECRANS | Tiré d’un livre de Philip Roth, le calvaire d’un acteur vieillissant entre dépression et passion amoureuse pour une lesbienne insaisissable. L’adaptation de Barry Levinson est ratée mais le portrait qu’Al Pacino fait de lui-même est, à l’image du comédien, fascinant. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 7 avril 2015

The Humbling

Visiblement, transposer l’univers de Philip Roth à l’écran relève de la mission impossible. Arnaud Desplechin s’est cassé les dents pour adapter Tromperie et les films tirés de La Tâche et La Bête qui meurt (La Couleur du mensonge et Lovers) ne valent pas tripette. Même si The Humbling n’est pas un mauvais film, Barry Levinson se heurte aux mêmes écueils que ses prédécesseurs : l’ironie de Roth est avant tout une politesse du désespoir, surtout dans ses dernières œuvres hantées par le spectre de la maladie et de la mort. Or, The Humbling ne sait jamais quel ton adopter face à cette matière romanesque : d’une scène à l’autre, on passe du gag un peu lourd à l’amertume tragique, ce que la mise en scène, hachée menu par un montage frénétique, souligne cruellement. Levinson est pourtant fidèle au roman, qui raconte la chute de Simon Axler, vieille gloire du théâtre soudain atteinte de dépression carabinée. Chute littérale : alors qu’il vient d’entrer sur scène, il se jette dans la fosse sous les yeux des spectateurs médusés. Après un passage par un hôpital psychiatrique, il revient dans sa maison et dé

Continuer à lire

Killer Joe

ECRANS | Avec ce Killer Joe à la rage juvénile, William Friedkin, 77 ans, est de retour au sommet. Bug montrait déjà une hargne retrouvée, mais aussi des limites par (...)

Christophe Chabert | Vendredi 31 août 2012

Killer Joe

Avec ce Killer Joe à la rage juvénile, William Friedkin, 77 ans, est de retour au sommet. Bug montrait déjà une hargne retrouvée, mais aussi des limites par rapport au matériau théâtral qu’il se contentait de transposer sagement à l’écran. L’auteur, Tracy Letts, est aussi celui de la pièce qui a inspiré Killer Joe ; cette fois, il a pris le temps de bosser avec Friedkin une vraie adaptation cinématographique, aérée et fluide. Choix plus que payant : le dialogue brillant de Letts trouve dans la mise en scène de Friedkin un allié de poids, le cinéaste étant trop content d’aller en découdre avec son thème de prédilection : l’omniprésence du mal. Killer Joe montre une famille de Texans dégénérés vivant dans un mobile home insalubre : le père apathique, la belle-mère nympho, le fils magouilleur et la fille candide, Dottie. Complètement fauchés, ils décident de mettre à mort la mère pour toucher son assurance-vie. Comme ils sont aussi lâches que méchants, ils font appel à un flic pourri pour commettre l’irréparable. Joe pose une condition : la virginité de Dottie en guise de caution. Si l’innocente Dottie devient naturellement la victime de la cupid

Continuer à lire

Jack et Julie

ECRANS | De Dennis Dugan (EU, 1h40) avec Adam Sandler, Katie Holmes, Al Pacino…

François Cau | Jeudi 19 janvier 2012

Jack et Julie

Jack (Adam Sandler), publicitaire florissant, doit supporter l’arrivée impromptue de sa volcanique sœur jumelle Julie (Adam Sandler – gags !) dans son paisible foyer. Surtout quand il réalise qu’elle est son unique chance de convaincre Al Pacino, énamouré de la donzelle (gags !), de tourner un spot pour une grosse chaîne de Donuts (… gag ?). Objet d’une parodie féroce mais dûment méritée dans la dernière saison de South Park, cette livraison annuelle d’Adam Sandler confirme son statut de comique en préretraite, pivot d’objets pantouflards, commis avec ses potes et une poignée de guests improbables dans des lieux de tournage idylliques, propices au farniente tant humoristique qu’artistique. Le film, d’une mollesse à se pendre, aligne les blagues éculées qui au mieux ne sont pas drôles, au pire affreusement gênantes, avant de se confondre dans une overdose de bons sentiments. Et entraîne dans sa chute son invité principal, monsieur Pacino, qui en une seule scène (la pub en question) flingue plus sa carrière que Robert De Niro dans ses vingt derniers films. Une sorte d’exploit. FC

Continuer à lire