God bless America

ECRANS | De Bobcat Goldthwait (ÉU, 1h40) avec Joel Murray, Tara Lynn Barr…

Christophe Chabert | Lundi 8 octobre 2012

Exaspéré par la connerie américaine ambiante, largué par sa femme, viré de son travail et atteint d'une tumeur inopérable, Frank décide de mettre son pays face à sa monstruosité : il prend les armes et, aidé par une gamine aussi révoltée que lui, décide de buter stars de la télé-réalité, membres des Tea Party, adolescents indélicats et éditorialistes réacs. On se pince un peu pour le croire : contre la bêtise contemporaine, le fascisme ultra-violent serait donc la solution pour restaurer l'intelligence. Certes, de sa mise en scène à ses nombreuses nuances scénaristiques, Goldthwait cherche à atténuer cette radicalité idéologique en la nimbant d'un parfum de comédie noire. Mais il ne gomme ni la misanthropie de son personnage, ni l'impression fâcheuse qu'il s'en sert pour déverser à travers lui sa propre aigreur envers l'Amérique. La provocation vise à faire réagir ; curieusement, le film le fait moins bien que le génial Idiocracy, qui extrapolait cette déchéance intellectuelle jusqu'à son point de non-retour, mais envisageait une issue optimiste et humaniste – utopique ? – pour endiguer ce triomphe de la vulgarité inculte.

Christophe Chabert

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter