Mes héros

ECRANS | D’Eric Besnard (Fr, 1h27) avec Josiane Balasko, Gérard Jugnot, Clovis Cornillac…

Jerôme Dittmar | Lundi 10 décembre 2012

Exemple effarant d'un cinéma post-sarkozy qu'on n'aurait jamais voulu voir naître, Mes héros confirme l'état alarmant de la production française en 2012. Pire que tout, cette comédie d'occupation où la tendresse neuneu côtoie le militantisme débile a des airs de Mamie fait de la résistance chez Jardiland. Dans un décor digne d'un shooting pour magazine déco, Josiane Balasko cache un jeune sans-papiers (le juif de l'an 2000) qui, séparé un temps de sa mère, trouve refuge à la campagne où il découvre les joies des tartines au beurre et de la 2CV vintage. Venue d'un autre temps, cette fable morale qui lave plus blanc que la Mère Denis veut tout réconcilier : la famille, le pays, les années Hortefeu et ses gendarmes. Mené tambour battant par un duo Jugnot/Balasko ayant enfanté de Clovis Cornillac (pire casting de l'année), Mes héros laboure l'humanisme blotti dans le petit cœur de chacun. L'enfant, qui n'a rien demandé à personne, enfonçant le clou de ce cauchemar hygiénique.

Jérôme Dittmar

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"L’Aventure des Marguerite" : malle du transport

ECRANS | De Pierre Coré (Fr., 1h26) avec Alice Pol, Clovis Cornillac, Lila Gueneau…

Vincent Raymond | Mardi 7 juillet 2020

1942. Le père de Marguerite a disparu à la guerre et l’adolescente se languit de son retour. 2019. Margot, sosie de la précédente, doit passer trois jours avec le nouveau copain de sa mère qu’elle trouve lourd. À cause d’une malle magique, les deux jeunes filles vont se substituer l’une l’autre… Comme une étrange impression de se retrouver devant un J’aime Lire mis en images… Pas si loin, en fait, puisque cette comédie fantastique d’aventure est adaptée d’un roman jeunesse signé Vincent Cuvellier. Si le travail visuel est propre, rythmé par le va-et-vient permanent entre les deux époques, la partie 1942 se révèle beaucoup plus riche en rebondissements épiques que le segment contemporain, Marguerite s’adaptant très (trop) vite à l’univers de science-fiction XXIe siècle. Les scénaristes ne se sont pas non plus trop préoccupés des inévitables questions de paradoxes temporels, pourtant le sel de ces histoires ainsi que des ressorts dramatiques de premier choix. On ignore quel destin attend ce film d’ambiance automnale un 14 juillet en salles, il fera certainement un meilleur score une après-midi de n

Continuer à lire

Les Vétos : Seules les bêtes ?

ECRANS | De Julie Manoukian (Fr., 1h32) avec Noémie Schmidt, Clovis Cornillac, Lilou Fogli…

Vincent Raymond | Mardi 17 décembre 2019

Les Vétos : Seules les bêtes ?

Nico et son aîné Michel font tourner à deux un cabinet vétérinaire d’un petit village du Morvan. Partant subitement à la retraite, Michel fait venir à sa place sa nièce, chercheuse et entêtée mais qui n’a jamais pratiqué. Au contact de Nico, du village et des animaux, elle changera… Évidemment sympathique, terriblement dans l’air du temps, malheureusement téléphonée, l’intrigue des Vétos est au moins aussi lourde que cette phrase surchargée en adverbes. On s’étonne même de voir sur grand écran cette collection de clichés sur la ruralité hexagonale (hostile et obtuse à l’étrangère, mais révélant un cœur "gros comme ça" à la fin), d’habitude réservée au public captif de la télévision. Tout y passe : du paysan bourru au maire hobereau habillé façon militant LR à la Baule, de l’orpheline-cachant-un-lourd-secret au véto dévoré par son apostolat… Si aucun personnage n’échappe à sa caricature, le film aborde malgré tout un vrai sujet : celui de la désaffection rurale, de son abandon par l’État (raréfaction des services publics, mitage du maillage territorial…) au profit des zones plus urbanisées, créant de fait des insulari

Continuer à lire

"Vous êtes jeunes, vous êtes beaux" : battling vieux

ECRANS | De Franchin Don (Fr., 1h40) avec Gérard Darmon, Josiane Balasko, Patrick Bouchitey…

Vincent Raymond | Mardi 1 octobre 2019

À 73 ans, Lucius (Gérard Darmon) se sait condamné à brève échéance. Mais il a encore du jus. Alors, quand on lui propose contre un petit pactole de participer à des combats clandestins entre "vieux", il accepte. Pour se prouver qu’il existe encore. Ou pour sa chère Mona (Josiane Balasko), qui sait ? Inutile de frapper la viande pour attendrir. La preuve avec ce premier long-métrage de Franchin Don aux lisières de la série blême et du surréel onirique lynchéen, dont la stylisation extrême s’ajoute à un propos fort ainsi qu’à une interprétation solide. Or, si c’est un plaisir de retrouver Josiane Balasko déployant ce registre dramatique qu’elle a déjà offert à Guillaume Nicloux ou François Ozon, voix basse et gravité à fendre les pierres, tout comme Patrick Bouchitey en clown épuisé et Denis Lavant en meneur de jeu méphistophélique, il est plus surprenant de voir Gérard Darmon distribué dans une "non-comédie" – et qui plus est, au premier rôle. Quel dommage que les cinéastes n’aient pas l’imagination de Franchin Don, car Darmon se révèle aussi brillant que touchant dans cet emploi sacrificiel rappelant à bien des égards

Continuer à lire

Josiane Balasko sera samedi à la librairie Arthaud

Littérature | « Je me dis que c'est dommage que les Debout n'éprouvent pas les mêmes plaisirs que nous, au niveau de la truffe. De ce côté-là ils sont vraiment (...)

Aurélien Martinez | Mardi 5 mars 2019

Josiane Balasko sera samedi à la librairie Arthaud

« Je me dis que c'est dommage que les Debout n'éprouvent pas les mêmes plaisirs que nous, au niveau de la truffe. De ce côté-là ils sont vraiment handicapés. » Dans son recueil de nouvelles Jamaiplu (une référence à Edgar Allan Poe qu’elle explique dans le bouquin) sorti ce mois-ci, Josiane Balasko (oui, l’actrice que l’on a connue dans l'équipe du Splendid) se met dans la peau d’un chien. Et dans d’autres, comme celle d’une femme qui communiquent avec les animaux ou encore d’une réalisatrice embarquée dans une aventure sordide… Des récits qui, si l’écriture et le style n’ont rien de sensationnels, se suivent avec plaisir et tiennent en haleine. Et dont l’autrice viendra parler samedi 9 mars à 15h30 à la librairie grenobloise Arthaud. Soit l’occasion de pouvoir rencontrer une comédienne et réalisatrice à la palette plus large que l’image gouailleuse qu’on lui renvoie souvent. Et, tout simplement, un monument du cinéma populaire français.

Continuer à lire

"Les Chatouilles" : Andréa Bescond, touchée mais pas coulée

ECRANS | Portant le fardeau d’une enfance abusée, Odette craque et solde son passé, subissant en sus l’incrédulité hostile de sa mère. Une histoire vraie passée par la scène peinant à trouver sa pleine voix au cinéma mais heureusement relayée par des comédiens d’exception.

Vincent Raymond | Lundi 12 novembre 2018

Enfant, Odette a régulièrement été abusée par Gilbert, un ami de la famille masquant ses sévices en "chatouilles". À l’âge adulte, la danse ne suffisant plus pour exorciser son passé, Odette entreprend (à reculons) une psychanalyse. Et lutte en sus contre le déni maternel… Comme un écho douloureux. Un semaine après la sortie d’Un amour impossible de Catherine Corsini d'après un roman de Christine Angot, ce premier long-métrage coréalisé par Éric Métayer et Andréa Bescond, adaptation du spectacle autobio-cathartique de cette dernière, aborde à nouveau (et plus frontalement encore) l’abominable question des attouchements et des viols sur mineur·es. S’il a fallu à l’autrice-interprète principale une dose de courage à peine concevable pour se livrer aussi crûment et se reconstruire, on ne peut cependant pas taire sa perplexité face à

Continuer à lire

Clovis Cornillac : « Dans "Belle et Sébastien", la nature est un personnage »

ECRANS | Après Nicolas Vanier et Christian Duguay, Clovis Cornillac signe le troisième et dernier épisode de "Belle et Sébastien", adaptation grand écran de la série de Cécile Aubry. Le réalisateur y joue aussi le rôle du méchant. On l'a rencontré.

Aliénor Vinçotte | Mercredi 14 février 2018

Clovis Cornillac : « Dans

Pourquoi autant de temps entre vos deux longs-métrages comme réalisateur – Un peu, beaucoup, aveuglément en 2015 et Belle et Sébastien en 2018 ? Clovis Cornillac : Entre les deux, j’ai aussi réalisé quatre épisodes de la saison 2 de Chefs, la série télévisée de France 2. Même si c’est passionnant, la réalisation demande beaucoup de temps. Belle et Sébastien 3 m’a pris un an et demi, tous les jours jusqu’à aujourd’hui. Mais quel bonheur de faire des films – c’est dément ! Qu’est-ce qui vous a amené à réaliser Belle et Sébastien 3 ? Son producteur Clément Miserez. La proposition en elle-même m’a un peu déstabilisé au début – je ne voyais pas le lien avec moi. C’est à la lecture du scénario que je me suis fait avoir, car l’histoire m’a plongé dans la littérature d’aventures, type nord-américaine comme Conrad, Steinbeck… J’ai alors réalisé que ce genre de f

Continuer à lire

"Belle et Sébastien 3" : freudien ce dernier chapitre (et tant mieux)

ECRANS | de et avec Clovis Cornillac (Fr., 1h37) avec également Félix Bossuet, Tchéky Karyo…

Vincent Raymond | Mardi 6 février 2018

Comme si la montagne lui tombait sur la tête ! Sébastien, qui a désormais 12 ans, apprend que son père veut l’emmener au Canada, loin de ses alpages chéris. Pire que tout, Joseph, un odieux bonhomme débarqué de nulle part, revendique la propriété de Belle et de ses trois chiots… Après deux opus touristiques sentant le foin, le vieux poêle et les années cinquante, on n’attendait plus grand-chose de Belle et Sébastien, si ce n’est une nouvelle collection de chandails qui grattent et de guêtres en flanelle. Pur objet de producteurs, confié de surcroît à un réalisateur différent, chaque épisode de ce "reboot" du feuilleton de l’ORTF a déjà l’air d’être la rediffusion de Heidi contre Totoro. Alors, quelle heureuse surprise que ce volet qui, en plus d’annoncer clairement la fin de la série, le propulse dans une direction inattendue. Comme dans Harry Potter, gagnant en noirceur au fur et à mesure que le héros-titre prend de l’âge, Sébastien s’approche de l’adolescence en se confrontant à l’arrachement et à la perte de ses référents d’enfant. Ici, la privation de son maousse objet transitionnel, en l’occurrence la chienne p

Continuer à lire

"C’est beau la vie quand on y pense" : si Jugnot le dit...

ECRANS | de et avec Gérard Jugnot (Fr., 1h35) avec également François Deblock, Isabelle Mergault…

Vincent Raymond | Lundi 10 avril 2017

Dans l’espoir de le canaliser, un Breton dépressif prend sous son aile le jeune homme foutraque s’étant fait greffer le cœur de son fils brutalement décédé. Une seconde chance pour les deux... Brave type un brin râleur, bons sentiments comme s’il en crachinait, entraide… Gérard Jugnot s’échine à retrouver la martingale de ses succès passés, en vain. Le ressort paraît distendu, et l’écriture mécanique avec des effets grossiers. Quant à la réalisation, elle est à l’avenant, tout juste dynamisée par un modeste gag récurrent impliquant son propre fils. Mais si ce morne "buddy movie" est à la comédie ce que Réparer les vivants était au drame (une occasion gâchée de rendre ordinaire par le cinéma la question de la greffe ; mieux vaut revoir Les Mains d’Orlac), il le doit aussi à l’interprétation médiocre du jeune François Deblock, tristement faux. Un néo Pierre Niney de plus, promenant sa silhouette d’étourneau apeuré et récitant des répliques hors d’âge. C’était bien

Continuer à lire

"Camping 3" : et Gérard Jugnot avala un space cake

ECRANS | de Fabien Onteniente (Fr., 1h45) avec Franck Dubosc, Claude Brasseur, Mylène Demongeot, Gérard Jugnot…

Vincent Raymond | Mardi 28 juin 2016

Si vous n’avez pas d’autre choix que d’assister à une séance de Camping 3, réjouissez-vous : il se peut que vous puissiez vous raccrocher à une séquence comme le naufragé à sa bouée. En l’occurrence celle où Gérard Jugnot ingurgite un space cake – expliquer les circonstances de l’ingestion serait fastidieux. Rentabilisant au mieux sa participation et son expérience, le comédien retrouve ses trémulations asthmatiques du buveur de liqueur d’échalote, devient hystérique comme un Félix à Noël et offre par son trip une plage de grâce dans une mer d’huile solaire. À part ce moment qui, étonnamment, échappe au cadre du camping (de là à en tirer les conclusions qui s’imposent…), rien de nouveau sous le coup de soleil ; tout le monde retourne au piquet de tente.

Continuer à lire

"Retour chez ma mère" : oh la bonne comédie !

ECRANS | de Éric Lavaine (Fr., 1h37) avec Alexandra Lamy, Josiane Balasko, Mathilde Seigner…

Vincent Raymond | Mardi 31 mai 2016

Auteur du très injustement mésestimé Protéger et Servir (comme du moins mémorable Barbecue), Éric Lavaine adore adapter au format de la comédie des sujets de société ne prêtant pas forcément à rire. Se saisissant des désarrois de la "génération boomerang" humiliés par un retour subit et subi chez môman, il signe un double portrait de femmes d’autant plus réussi qu’il est dépourvu de vulgarité, ce saprophyte du rire ordinaire. Malgré les apparences, la mère n’y est pas qu’une mamie poussiéreuse dépassée par la modernité ; elle possède son petit tempérament – sans surprise, Josiane Balasko se montre parfaite pour jouer sur les deux registres. Quant à Alexandre Lamy en fille déprimée, elle se ferait presque manger par sa sœur à l’écran, Mathilde Seigner : en peau de vache, elle retrouve enfin de la subtilité dans son interprétation et redevient attachante. Certes, la presque trop grande efficacité du dialogue, aux répliques sur-ciselées façon Francis Veber, donne à l’ensemble des allures de succès des planches transposé devant la caméra. Mais

Continuer à lire

Joséphine s'arrondit

ECRANS | De et avec Marilou Berry (Fr., 1h30) avec Mehdi Nebbou, Cyril Gueï…

Vincent Raymond | Mardi 9 février 2016

Joséphine s'arrondit

En s’arrondissant, Joséphine s’affranchit de la BD d’origine signée Pénélope Bagieu. Marilou Berry prend également son autonomie et les commandes du film (au revoir Agnès Obadia !) pour ce qui devient sa première réalisation. L’actrice accouche d’une comédie plutôt satisfaisante sur le thème rebattu et casse-museau (n’est-ce pas Remi Besançon ?) des conséquences d’une gestation sur une primipare et son conjoint (pas vrai Patrick Braoudé ?). Ce n’est donc pas l’originalité de l’histoire, connue (ou vécue) par n’importe quel(le) spectateur(trice) qui mérite le détour, mais sa manière d’être racontée et jouée : sans les niaiseries post-pubères girlie émaillant ce type de production et dynamisée par une distribution très homogène qui ne lorgne pas sur les comédies new-yorkaises pour savoir ce qu’il convient de faire. Mentions spéciales à la séquence de jérémiades sous-titrées et à la couette ornée de petites fraises.

Continuer à lire

Le Goût des merveilles

ECRANS | D'Éric Besnard (Fr, 1h40) avec Virginie Efira, Benjamin Lavernhe, Lucie Fagedet…

Vincent Raymond | Mardi 15 décembre 2015

Le Goût des merveilles

Les êtres innocents, purs, vierges de toute mauvaise pensée, ont toujours eu la cote au cinéma : tels les enfants, les animaux et les "esprits simples" – en général, des personnages présentant des troubles psychiques ou mentaux, souvent réduits à des prestations schématiques voire caricaturales, dans des films les idéalisant au point de les déréaliser. Même s’il y a des exceptions comme Bienvenue, Mr Chance (1980) de Hal Ashby. Ici, Éric Besnard raconte la "belle histoire" en pays drômois d’une propriété familiale en danger sauvée par Pierre, atteint du syndrome d’Asperger. Une entreprise pataude et naïve, exploitant bien mal l’idée de la synesthésie, où la relation à la nature (le lien quasi-organique, même) se trouve réduite à un chromo haché et surligné de musique. On est très loin du lyrisme mystique de Terrence Malick, et même à bonne distance de Rain Man (1989) – qui demeure encore la moins pire évocation d’Asperger identifiée par le grand public. Avec ses fades merveilles, Éric Besnard a bugné.

Continuer à lire

Radiostars

ECRANS | De Romain Lévy (Fr, 1h40) avec Manu Payet, Clovis Cornillac, Douglas Attal…

Christophe Chabert | Vendredi 6 avril 2012

Radiostars

Une bande d’animateurs exerçant leur art de la grossièreté et de la vanne sur une radio FM le matin sont punis de leurs excès par leur directeur d’antenne et doivent aller faire le tour de la France profonde pendant l’été s’ils veulent garder leur place sur la grille de rentrée. En voilà un bon argument pour faire sauter les stéréotypes, ramener les personnages à la réalité, les changer en profondeur tout en tricotant une comédie douce-amère sur les aléas de la célébrité. Mais Radiostars n’est pas Intouchables, au contraire. Radiostars n’aime que le conflit, la dispute, l’engueulade, le couteau tiré, portrait d’un monde qui ne cherche pas la réconciliation, mais la conservation de son esprit de clan pour garder, en fin de compte, le succès et l’argent. La France d’en bas ? Des cons, des racistes, des bouseux, des passionnés de trucs pourris dont on se moque parce que ça fait de l’audience — parce que c’est l’audience ! La comédie elle-même se fout d’être parfois d’une lourdeur incroyable (Cornillac et les chambres pour handicapés, ce n’est DÉFINITIVEMENT pas Intouchables), et quand elle tire un bon numéro (excellent

Continuer à lire

Une folle envie

ECRANS | De Bernard Jeanjean (Fr, 1h20) avec Clovis Cornillac, Olivia Bonamy…

François Cau | Vendredi 13 mai 2011

Une folle envie

Sous couvert d’une approche dédramatisée de son sujet (un couple de trentenaires essaie d’avoir un enfant), Une folle envie ne fait qu’accumuler les clichés comiques liés de près ou de loin à la situation, avec une constance qui forcerait le respect si l’on n’avait pas vu / entendu l’intégralité des gags au bas mot plus d’une centaine de fois. Franchement douloureux dans son étirement forcené de la moindre scène, réalisé et monté en dépit du bon sens, même pas porté par un casting démissionnaire (Clovis Cornillac n’a jamais été aussi mauvais – c’est dire), Une folle envie détient pour l’instant le titre de pire film de l’année. Et il va falloir aller très, très loin pour le détrôner. FC

Continuer à lire