Michael Cimino : «Je ne fais pas des films avec des idées»

ECRANS | Début mars est sortie sur les écrans la version restaurée de "La Porte du Paradis", supervisée par Cimino lui-même. Entretien avec cette légende vivante du cinéma américain.

Christophe Chabert | Lundi 11 mars 2013

Quelle est l'importance pour vous de cette ressortie de La Porte du Paradis ?

Michael Cimino : C'est n'est pas une reprise au sens classique du terme. Cette version est plus qu'une version restaurée, c'est une version améliorée, au niveau du son, de l'image, des couleurs, du montage. Je la vois comme LA sortie du film.

Il y a donc encore des différences avec la précédente version de 220 minutes ?

Oui, car celle-ci a été entièrement refaite en numérique. Il y a des choses que j'ai pu faire en numérique qui étaient impossibles il y a trente ans. Cela donne une clarté que vous n'avez jamais vue auparavant. Certains passages ont l'air d'être en 3D, notamment parce que j'ai utilisé un objectif 30 mm qui permet de voir les détails à l'infini. C'est grandiose pour les paysages, mais aussi pour les gros plans, car ça leur donne un aspect monumental.

À l'époque du tournage de La Porte du Paradis, on devait passer par un laboratoire optique pour effectuer des changements sur l'image et cela pouvait durer trois semaines ou un mois. Maintenant, il suffit d'appuyer sur un bouton et le résultat est instantané. C'était un gâchis absolu de temps. Je finissais épuiser dans la salle de montage à y passer vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept. C'est incroyable, aujourd'hui, on peut faire en trois heures ce qui en prenaient vingt ! Le résultat donne d'ailleurs le sentiment que le film vient d'être tourné, qu'il ne s'agit pas d'un vieux film, même si c'est un film d'époque.

Souvent, on parle du film comme d'un «western marxiste». Êtes-vous d'accord avec cette définition ?

Non, car je ne fais pas des films avec des idées ou avec de la politique, je fais des films sur des gens. C'est la seule chose qui m'intéresse, c'est comme ça que j'écris.

Pensez-vous alors au genre ?

Non. Je suis autodidacte, je n'ai pas fait d'école de cinéma, j'ai étudié l'architecture, comme Antonioni. Enfin, lui était un critique d'architecture… Pour moi, tout commence et finit par les personnages. Une des raisons qui font que les acteurs aiment travailler avec moi, même si le film ne remporte pas de succès, c'est que toute mon énergie passe dans le fait qu'ils soient bons à l'écran. Si on fait un film sur une idée, qu'elle soit philosophique, politique, ou qu'elle ait un rapport au genre, ce film va vieillir très vite. C'est un mauvais choix.

C'est comme faire des films à partir des films des autres. J'ai connu un cinéaste qui passait ses jours et ses nuits à regarder Le Conformiste de Bertolucci, en espérant y voler quelque chose. On n'apprend rien en faisant ça. Les Cahiers du Cinéma ont inventé ce terme d'«auteur» [en Français dans le texte], mais être réalisateur ne fait pas de vous automatiquement un «auteur». Si vous avez écrit un scénario original, que ce sont vos mots et qu'ils viennent de votre vécu, pas de votre cinéphilie, vous pourrez être appelé un «auteur». C'est une erreur des Cahiers d'avoir créé ce culte du réalisateur que je déteste.

Mais vous avez inventé des choses que personne n'avait jamais osé avant. Par exemple, aucun cinéaste n'avait créé une telle interaction entre les figurants et les comédiens dans la scène du mariage de Voyage au bout de l'enfer ou les scènes de bal de La Porte du Paradis

Je déteste le mot figurants. C'est un mot inhumain. Ce sont des personnes ! Dans Voyage au bout de l'enfer, toutes les personnes présentes à la cérémonie de mariage sont d'authentiques Russes et Ukrainiens venus de trois paroisses de cette zone sidérurgique en Pennsylvanie. Ils ont fait ce qu'ils auraient fait à n'importe quel mariage. À la fin de cette séquence, il y avait un vieil homme assis sur la scène ; il avait une bière à la main — j'avais dit à tout le monde de boire et de manger autant qu'ils le voulaient — et il pleurait. Je lui demande pourquoi il pleure, et il m'a répondu simplement : «C'était un si beau mariage…» L'émotion était vraie.

Pendant la scène de l'évacuation de Saigon, nous avions 9000 véritables autochtones, sur des kilomètres et des kilomètres, vous les voyez quand De Niro remonte la rivière. J'ai vu ce film, Troie, et on y voit ces milliers de figurants numériques dans les bateaux ; mais les Troyens n'ont jamais eu autant de bateaux ! Les gens se sont habitués à ces mensonges, mais dans Voyage au bout de l'enfer, La Porte du Paradis ou L'Année du dragon, vous ne trouverez jamais ce type de choses. Il n'y a pas de trucages, il y a des interactions entre des personnes sur l'écran, et c'est cela qui émeut les gens à l'arrivée.

Avant de faire pleurer le public, il faut d'abord l'avoir fait rire. Spielberg me demandait : «Michael, comment as-tu fait pour mettre autant de tension dans la scène de la roulette russe de Voyage au bout de l'enfer ?» Je lui ai dit que ce n'était pas lié à la scène de la roulette russe, mais que cela provenait de celle du mariage une heure avant. Vous aimez ces gens, vous ne voulez pas qu'il leur arrive quelque chose.

Il faut du temps pour créer ce réalisme…

On ne crée jamais de réalisme. On ne crée qu'un avatar de réalisme !


La Porte du paradis

De Michael Cimino (ÉU, 3h39) avec Kris Kristofferson, Christopher Walken...

De Michael Cimino (ÉU, 3h39) avec Kris Kristofferson, Christopher Walken...

voir la fiche du film


Deux anciens élèves de Harvard se retrouvent en 1890 dans le Wyoming.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Isabelle Huppert en neuf rôles marquants

ECRANS | Alors que sort ce mercredi sur les écrans "Elle", film du revenant Paul Verhoeven ("Basic Instinct") dans lequel elle tient le premier rôle, on s’intéresse à Isabelle Huppert, actrice qui illumine et torture le cinéma français depuis plus de trente ans. La preuve par neuf. Aurélien Martinez et Vincent Raymond

La rédaction | Mardi 24 mai 2016

Isabelle Huppert en neuf rôles marquants

Les Valseuses (1974) Si la carrière de cette jeune fille bien née (dans le très huppé XVIe arrondissement de Paris) débute doucement au début des années 1970 avec des seconds rôles chez Nina Companeez et Claude Sautet, on la retrouve dès 1974 à l’affiche d’un drôle de film aujourd’hui devenu culte : Les Valseuses de Bertrand Biler. L’espace de quelques minutes, elle incarne Jacqueline, « pauvre petite chérie de 16 ans qui n’a pas encore baisé » comme s’en inquiète Miou-Miou. Depardieu et Dewaere la réconforteront à leur manière. Violette Nozière (1978) 1978 est l’année de la première collaboration entre Isabelle Huppert et le réalisateur Claude Chabrol. Sept autres suivront – Madame Bovary, Merci pour le chocolat, L’Ivresse du pouvoir… Un Chabrol qui lui permettra ainsi d’obtenir son premier Prix d’interprétation cannois à 25 ans avec ce drame dans lequel elle incarne une fille convaincue d’empoisonnement et de parricide : un rôle intense comme elle en a

Continuer à lire

Le cinéma Art et Plaisirs de Voreppe se la joue ciné-club

ECRANS | On ne peut imaginer formule plus simple, ni plus conviviale : un classique du 7e art, un spécialiste de l’analyse filmique pour un propos de présentation (...)

Vincent Raymond | Lundi 7 septembre 2015

Le cinéma Art et Plaisirs de Voreppe se la joue ciné-club

On ne peut imaginer formule plus simple, ni plus conviviale : un classique du 7e art, un spécialiste de l’analyse filmique pour un propos de présentation et l’animation d’une discussion à l’issue de la projection. Confié aux bons soins du documentariste Laurent Huyart, le cycle "Regards Croisés" du cinéma Art et Plaisirs de Voreppe programme quatre œuvres immanquables d’ici la fin de l’année. Et c’est le chef-d’œuvre maudit de Michael Cimino, La Porte du Paradis (1980), qui ouvre les festivités ce vendredi 11 septembre à 19h30. Connu pour être l’une des rares incursions d’Isabelle Huppert outre-Atlantique, ce faux western monumental porté par Kris Kristofferson dépeint une Amérique à la fois épique et tragique, se bâtissant dans l’oppression et la honte. Une vérité qui déplut, et qui contribua sans nul doute à la mise à l’index de cet opéra de pellicule, considéré comme responsable de la faillit

Continuer à lire

Paradis retrouvé

ECRANS | Le fiasco de La Porte du Paradis (1980) est resté comme une blessure profonde dans l’histoire hollywoodienne. C’est surtout la fin d’une utopie que cet (...)

Christophe Chabert | Vendredi 8 mars 2013

Paradis retrouvé

Le fiasco de La Porte du Paradis (1980) est resté comme une blessure profonde dans l’histoire hollywoodienne. C’est surtout la fin d’une utopie que cet échec entérine : le Nouvel Hollywood, dont Michael Cimino fut le temps d’un film (Voyage au bout de l’enfer) le héros, et dont il devint, à son corps défendant, le fossoyeur, accusé de mégalomanie dépensière et de perfectionnisme exagéré. Pourtant, l’ambition de Cimino n’a jamais été de malmener Hollywood, et La Porte du Paradis n’a rien d’un film d’auteur arrogant. Dans ce post-western, il n’y a ni cow-boy, ni indien, mais des immigrés récents venus d’Europe de l’Est pour s’installer en Amérique, et des immigrés plus anciens, qui se voient déjà comme les propriétaires de ce nouveau monde encore en jachère. Les seconds vont donc chercher à exterminer les premiers, payant des tueurs à gage et provoquant une guerre dont l’enjeu est bien celle de la fondation d’un territoire et de sa frontière. Comme pour Voyage au bout de l’enfer, Cimino choisit de raconter cet épisode réel en se concentrant sur des personnages éminemment romanesques, et en allant les chercher à l’aube des événements, à l’univers

Continuer à lire