« J'aime peindre avec un large pinceau »

ECRANS | Il n’a que 34 ans, une silhouette d’éternel adolescent et un entretien avec lui se transforme vite en conversation familière avec un passionné de littérature et de cinéma. Jeff Nichols ressemble à ses films : direct, simple et pourtant éminemment profond. Propos recueillis et traduits par Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 23 avril 2013

Vous avez écrit Mud avant Take shelter, c'est ça ?
Jeff Nichols : Plutôt pendant… Mais j'avais conçu l'histoire de Mud bien avant Take shelter, quand j'étais encore à l'université, il y a dix ans de cela. J'avais posé les grandes lignes du récit, dessiné les personnages. C'est seulement à l'été 2008 que je m'y suis vraiment consacré et que j'ai écrit coup sur coup Take shelter et Mud.

Pourquoi l'avoir tourné après, alors ?
Pour plusieurs raisons. L'une est pratique : Take shelter coûtait moins cher que Mud. Après mon premier film, Shotgun stories, j'avais eu d'excellentes critiques, mais il n'avait pas rapporté d'argent, en particulier aux États-Unis, donc personne ne frappait à ma porte pour me demander de tourner un autre film. Je savais que Mud coûterait plus que Take shelter, car il fallait que j'aille sur la rivière, que je mette un bateau dans un arbre, que je filme ces deux garçons sur leur barque, sur leurs vélos, en mouvement et en extérieurs. Concrètement, tout cela coûte de l'argent. Take Shelter était un film confiné, et même s'il y avait des effets spéciaux, une fois le contrat signé avec une boîte spécialisée dans les effets numériques, je savais que le reste serait très peu coûteux.

Plus encore, quand j'ai conçu Mud, je voulais Matthew McConaughey et Sam Shepard au casting ; je ne les connaissais pas et je savais que je ne pourrais jamais entrer en contact avec eux après Shotgun stories, ils ne m'auraient pas écouté. Je voulais que ce film soit plus grand et qu'il "bouge" différemment de mes autres films — par exemple, je voulais utiliser la steadycam pour la plupart des mouvements de caméra. Plus grand ne veut pas dire meilleur, cela voulait juste dire que la production serait plus grosse.

Mud est-il aussi un film susceptible de toucher un public plus large ?
Cela reste un film lent, qui prend son temps, très littéraire, avec deux jeunes garçons dans les rôles principaux… Ce ne sont pas des éléments très commerciaux, aux États-Unis et dans le reste du monde ! Mais je savais que son ton serait sans doute plus accessible. Take shelter et Shotgun stories sont des films difficiles, qui demandent au public de s'investir dans cette douleur et ces émotions. Mud est censé être un film plus facile à regarder. Je ne sais pas s'il est plus commercial, mais l'expérience est plus simple. C'est un film sur la jeunesse, donc il est supposé se déployer dans un espace plus léger.

C'est aussi un film sur l'amour : entre un fils et son père, entre les hommes et les femmes…
Absolument. Dans tous les films que j'écris, j'essaie de trouver un moment ou une émotion principale qui va prendre le spectateur par les tripes. Dans Shotgun stories, c'était la mort de l'un des frères ; dans Take shelter, c'était l'effondrement du personnage principal ; dans Mud, c'est un jeune garçon qui a le cœur brisé pour la première fois. Je crois que c'est une expérience vraiment douloureuse.

J'ai essayé de capturer ce sentiment et de le transmettre au public, donc j'ai commencé à construire un monde où ce garçon a désespérément besoin d'un exemple d'amour qui fonctionne ; ses parents ne lui fournissent pas cet exemple, au contraire. Il a des idées sur les filles et l'amour, et il cherche un modèle positif. Malheureusement, le seul type qui lui fournit ce modèle est un fugitif caché sur une île dont la parole n'est pas forcément vraie.

C'est un film très masculin, donc c'est le point de vue des hommes sur l'amour. En tant qu'hommes, nous ne pensons pas qu'au sexe, même si nous y pensons beaucoup [rires], nous pensons aussi à l'amour, au romantisme…

Dans votre premier film, vous vous référiez à la tragédie grecque ; Take Shelter évoquait l'apocalypse ; dans Mud, on trouve beaucoup de références bibliques éparses… Avez-vous besoin de ces mythologies pour construire vos films ?
Je crois que cela vient du défi que je me lance de construire des films ayant une certaine portée. J'ai toujours aimé les films qui ont cette ambition-là, comme Lawrence d'Arabie. C'est un grand film et pas seulement à cause des paysages, surtout grâce aux idées qu'il véhicule. Les films de Malick sont aussi de grands films construits sur de grandes idées. Au final, je ramène ces idées à des émotions très personnelles et à des rapports très personnels avec les personnages.

Mais j'aime peindre avec un large pinceau. Et cela me conduit vers la mythologie où l'on trouve de grands thèmes comme la tragédie, la vengeance, l'apocalypse ou l'amour. Ce sont de vastes paysages émotionnels. Je ne dis pas que cela aboutit à des films épiques, mais c'est mon objectif. Je ne veux pas raconter des histoires simples, même si en définitive mon approche des choses a l'air très directe, car je me concentre sur les personnages. Mais les idées sont grandes.

Est-ce pour cela que les dialogues de Mud sont si "simples", dans un sens biblique justement ?
Le personnage de Mud est pourtant celui qui parle le plus de tous ceux que j'ai écrits ! Il n'est pas religieux mais il a construit une religion pour lui-même, un système de croyances personnelles basé sur des mythes et des superstitions. Il y croit comme les chrétiens croient en Jésus, il n'y a pas d'ironie chez lui. C'est en fait l'extension de quelque chose que j'ai commencé à développer dans Shotgun stories : ces hommes ont des principes, ils ont peut-être tort, leurs principes ont peut-être des conséquences négatives, mais ils sont nobles.

Le personnage de Michael Shannon doit aller à cet enterrement, et il doit cracher sur ce cercueil, c'est selon lui quelque chose de juste. Bien sûr, le spectateur sait que ce n'est pas le cas, que c'est une erreur. C'est pareil pour Mud : il croit qu'il devait tuer cet homme, et il n'a pas de regret. J'aime cette idée chez mes personnages, ils ont une spiritualité qui leur est propre. Je suis un peu comme eux et beaucoup de personnes le sont sans doute.

Vous parlez de Michael Shannon. C'était important de lui donner un rôle, même bref, dans Mud ?
Bien sûr. Ce personnage était écrit pour lui comme Mud était écrit pour Matthew McConaughey. À un moment, il tournait dans Man of steel, un très gros film, et nous avons failli ne pas pouvoir l'avoir. Par miracle, il a pu se libérer deux jours et nous avons tourné toutes ses scènes durant ce court laps de temps. Est-ce que le film aurait pu se faire sans Michael Shannon ? Bien sûr. Est-ce qu'il est meilleur avec lui ? Définitivement. La première fois que j'ai vu Michael Shannon sur un écran, en l'occurrence un écran de télévision, j'ai dit : «je veux ce mec dans tous les films que je vais tourner !». J'en suis à trois sur trois, et j'essaie d'aller à quatre sur quatre.

Cette fois, vous lui avez écrit un personnage de comédie, un registre dans lequel on ne le voit pas souvent…
C'est une des personnes les plus drôles que je connaisse, car les gens intelligents sont toujours drôles ! Les gens avec des côtés très sombres, ce qui est son cas, sont souvent des gens très drôles. Il a un esprit comparable à celui de Mark Twain. L'esprit, même si je ne suis pas un expert, est pour moi la forme la plus élevée de l'intelligence. Michael Shannon est extrêmement drôle, mais c'est un humour que l'on ne voit pas venir, à tel point qu'il me faut parfois cinq minutes pour le comprendre ! Je savais depuis le début qu'il serait génial dans ce rôle. Un jour, nous ferons une comédie ensemble, et ce sera la comédie la plus étrange jamais réalisée !

Vouliez-vous que Mud soit un film intemporel ? Les enfants ne se parlent pas avec des téléphones portables, mais avec des talkies-walkies, par exemple…
Oui, mais j'aime que les choses soient le plus honnêtes et crédibles possibles. Près de cette rivière, il n'y a pas de signal pour un téléphone portable, pas d'Internet non plus. Il y a des antennes satellite pour la télévision sur les péniches, mais on se sent vraiment coupé du monde quand on est là-bas. C'est une des raisons.

Mais aussi… [Silence] Take shelter était un film très immédiat, il parlait de ce que je ressentais à ce moment-là, tout de suite. Ce qui est terrible, c'est de voir que cette angoisse face au monde se perpétue, et que les gouvernements continuent de s'effondrer. Mais avec Mud, je me retourne vers mon passé, je regarde le jeune garçon que j'étais, donc je voulais qu'il soit plus hors du temps. Je ne dis pas que l'amour n'est pas immédiat et que ces émotions ne sont pas durables ; c'est l'humeur du film qui est hors du temps. Cela faisait sens que ce film soit comme bloqué dans une époque, tout comme cette zone géographique est bloquée dans le temps. Ce n'est pas si conscient que ça, cela fait juste sens.

Vous parliez de Mark Twain, qui est une des inspirations majeures de Mud, mais y a-t-il des films qui vous ont influencé ? Par exemple La Nuit du chasseur, ou même True Grit, du moins la version des frères Coen…
Dans le cas de True Grit, c'est surtout le livre de Charles Porter qui a été une influence. Il vient de l'Arkansas comme moi, et ils ne sont pas très nombreux à avoir réussi en venant de cet état, donc forcément, on y prête attention ! J'ai vu le film avec John Wayne pendant ma lune de miel, après avoir fini le script de Mud. Et c'est ensuite que j'ai lu le livre. Je suis très heureux de l'avoir fait car il y avait un point commun : l'idée d'enrouler une corde autour de soi quand on dort pour éloigner les serpents. J'ai pensé qu'on allait dire que j'avais volé l'idée. J'avais entendu un homme raconter cela au lycée, et je l'avais gardé en tête pour l'utiliser dans un film. En fait, Charles Porter l'avait fait presque trente ans avant moi !

Mon regard sur les hommes de la classe ouvrière dans les trois films que j'ai faits provient d'un écrivain contemporain du sud, Larry Brown, mais je ne peux pas nier l'influence de Flannery O'Connor et William Faulkner. Faulkner est important car il traite de la mémoire et de la descendance. Mud est mon film sur l'idée de générations, mais je n'ai pas encore fait mon "film Faulkner". Je ne le ferai peut-être jamais… Mud est mon "film Twain" : c'est un de mes auteurs préférés, il a su saisir ce qu'était l'enfance, ce que l'on ressent quand on est un enfant.

En matière de films, j'aime ce que j'appelle "les grands films classiques américains", comme les premiers John Ford, L'Homme tranquille, par exemple, plus léger mais aussi plus lyrique. Mais j'ai fini par aimer tous les films avec Paul Newman : Luke la main froide, Le Plus sauvage d'entre tous, Butch Cassidy et le Kid… Ou encore Guet-apens de Peckinpah avec Steve MacQueen. J'avais d'ailleurs dit que Mud devait se terminer par une fusillade à la Peckinpah ; que cela convienne ou pas au film, je m'en fichais, je voulais une fusillade.

Dans le cas des frères Coen, je n'ai pas tellement analysé True Grit, mais j'ai beaucoup regardé No country for old men. Pour Mud, je voulais des scènes de nuit qui soient vraiment des scènes de nuit. Dans No country for old men, les Coen utilisent des éclairages nocturnes avec de vrais lampadaires au sodium qui ont cette teinte orangée, et j'ai voulu imiter ça. Pour ce film, les Coen ont atteint une forme de perfection, et je respecte cela.

C'est une adaptation de Cormac MacCarthy, or on pense beaucoup à cet auteur en voyant Mud, et notamment à La Route
Absolument. C'est intéressant que vous parliez de La Route, où il y a cette figure du père. Mais j'aime aussi De si jolis chevaux. J'aime même le film qu'on en a tiré, et je dois être le seul dans ce cas ! D'ailleurs, c'est dommage que Billy Bob Thornton ne tourne pas plus de films en tant que réalisateur…


Mud

De Jeff Nichols (ÉU, 2h10) avec Matthew McConaughey, Tye Sheridan...

De Jeff Nichols (ÉU, 2h10) avec Matthew McConaughey, Tye Sheridan...

voir la fiche du film


Ellis et Neckbone, 14 ans, découvrent lors d’une de leurs escapades quotidiennes, un homme réfugié sur une île au milieu du Mississipi. C’est Mud : un serpent tatoué sur le bras, un flingue et une chemise porte-bonheur


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Le Silence des autres" : l'Espagne face à son passé

Documentaire | de Almudena Carracedo et Robert Bahar (Esp, 1h35) documentaire

Vincent Raymond | Mardi 12 février 2019

Une loi d’amnistie générale des crimes commis pendant la période franquiste ayant été votée dans la foulée de la mort du dictateur en 1975, la justice espagnole n’a pas eu la possibilité de poursuivre les tortionnaires du régime. Mais de même que Pinochet avait été mis en accusation en Espagne, un groupe de victimes, de descendants de disparus et de parents dont les enfants furent volés a déposé plainte devant les tribunaux argentins, qui a jugé l’affaire recevable. Ce documentaire produit par Pedro Almodóvar relate leur longue procédure, toujours en cours… Une piqûre de rappel aux mémoires défaillantes ainsi qu’aux jeunes générations : une nation qui banalise ou oblitère les crimes d’une dictature au nom de la réconciliation s’expose à des contre-coups violents : résurgence de la haine et impossibilité pour les victimes de tourner la page. C’est justement ce qui se passe en Espagne où l’ombre du franquisme a continué à planer. Résultat ? Le parlement andalou vient d’accueillir ses premiers élus d’extrême-droite et certaines personnes n’ont toujours pas pu se reconstruire, quarante ans après. L’une d’elle explique bien son besoin non d’une vengeance (puisqu’elle pardon

Continuer à lire

"Le Silence des autres" : un bout d'histoire d'Espagne jeudi soir au Club

ECRANS | Alors que le gouvernement espagnol envisage de déménager le tombeau de Franco, et que des députés néo-franquistes ont fait leur entrée au parlement andalou, Le (...)

Vincent Raymond | Mardi 29 janvier 2019

Alors que le gouvernement espagnol envisage de déménager le tombeau de Franco, et que des députés néo-franquistes ont fait leur entrée au parlement andalou, Le Silence des autres, documentaire de Almudena Carracedo et Robert Bahar, tombe à point nommé. Il évoque les années d’après la dictature, et la loi d’amnistie générale votée en 1977 destinée à favoriser la transition démocratique. Seul "problème" : elle contenait l’interdiction de poursuivre les responsables de crimes (tortures, enlèvements...) durant la période franquiste. Sur le sol ibère en tout cas… L’un des témoins du film, Horacio Sainz Ollero, sera présent jeudi 31 janvier à 20h15 au Club pour l'avant-première du film (sortie prévue le 13 février).

Continuer à lire

"Dark Way" de Quai d'Orsay : la britpop peut aussi venir de Grenoble

Concert de sortie d'album | Espoir fort appuyé en son fief grenoblois (Cuvée grenobloise 2015 ; une du "Petit Bulletin" en 2016 ; soutien du feu Ciel, de la Belle électrique, de la Ville de Grenoble...), le quatuor Quai d'Orsay, qui publie enfin son premier album "Dark Way" ce vendredi 13 octobre (jour du concert à la Source), se revendique pourtant, comme son nom l'indique, d'un ailleurs évident : l'héritage britpop. Et cela s'entend. En bien.

Stéphane Duchêne | Mardi 10 octobre 2017

Sait-on encore ce qu'est la britpop, du nom de cette éruption panbritannique du mitan des années 1990 qui vit jaillir de son cratère quelques têtes ne parvenant jusque-là pas à s'extraire de l'anonymat (Pulp, Blur, Radiohead), quelques pépites pas très polies (Oasis, Supergrass) et des feux de pailles vaporisés jusqu'à l'horizon (Cast, Bluetones, Elastica, Shed Seven, Gene, Sleeper...) ? Une tradition bien plus ancienne remontant peut-être moins aux Beatles qu'aux Kinks ou aux Zombies ? Ou encore ce qui se produisit entre les deux, cette émergence d'un courant dit "ligne claire" incarné par Prefab Sprout, les Pale Fountains ou les groupes du label Sarah Records, largement coiffés par les Smiths, la banane et l'ego surplombants de Morrissey ? Ou tout cela à la fois sans doute, plus pas mal de choses glissées ça et là dans les interstices de l'histoire... Alors quand on dit des Grenoblois de Quai d'Orsay (Rémi Guirao, Basil Belmudes, Vadim Bernard et Charles Sinz) qu'en bon ministère des affaires musicales étrangères ils bichonnent les relations franco-britanniques et qu'ils relèvent de la britpop, de quoi parle-t-on ?

Continuer à lire

"Loving" : et ils vécurent (difficilement) heureux...

ECRANS | De 1958 à 1967, le parcours de la noire Mildred et du blanc Richard, pour faire reconnaître la légalité de leur union à leur Virginie raciste. Histoire pure d’une jurisprudence contée avec sobriété par une voix de l’intérieur des terres, celle du prolifique Jeff Nichols.

Vincent Raymond | Mardi 14 février 2017

Pour mesurer à quel point des facteurs extrinsèques peuvent influer sur la perception ou la réception d’un film, replongez-vous quelques mois en arrière ; lorsque, dans la foulée des attentats de Paris et de Nice, Made in France de Nicolas Boukhrief puis Bastille Day de James Watkins virent leur carrière en salle avortée, par crainte d’une mauvaise interprétation du public. Un contexte certes différent a présidé à la naissance de Loving. Présenté en mai dernier sur la Croisette, le nouveau Jeff Nichols a pu apparaître comme un biopic édifiant sur les tracasseries humiliantes subies par le premier couple mixte légalement marié dans la ségrégationniste Virginie. Mais s’il rappelait que les pratiques discriminatoires n’appartenaient pas forcément au passé, dans un pays marqué par des tensions violentes et répétées entre les communautés (émeutes de Ferguson en 2014, puis de Baltimore en 2015), il prend à présent un sens supplémentaire, alors que Donald Trump a accédé au p

Continuer à lire

In the Mud for love

ECRANS | Dès son troisième long-métrage, Jeff Nichols s’inscrit comme un des grands cinéastes américains actuels : à la fois film d’aventures, récit d’apprentissage et conte aux accents mythologiques, "Mud" enchante de sa première à sa dernière image. Critique et entretien. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 23 avril 2013

In the Mud for love

Il aura donc fallu près d’un an depuis sa présentation cannoise pour que Mud atteigne les écrans français. C’est long, certes, mais les spectateurs qui vont le découvrir – parions que, toutes générations et tous goûts cinématographiques confondus, ils en sortiront éblouis – verront ce que le critique pris dans la tempête festivalière ne faisait que deviner à l’époque : Jeff Nichols a signé ici une œuvre hors du temps, un film classique dans le meilleur sens du terme qui s’inscrit dans une tradition essentielle au cinéma américain, reliant Moonfleet, La Nuit du chasseur, E.T., Un monde parfait ou le True Grit des frères Coen. Des films qui parlent de l’Amérique à hauteur d’enfants, avec ce que cela implique d’émerveillement et de désillusions. Des films qui font grandir ceux qui les regardent en même temps qu’ils regardent grandir leur héros. C’est dire l’ambition de Jeff Nichols : Shotgun stories et

Continuer à lire

Apocalypse No(w)

ACTUS | Entre supposées prédictions mayas, sortie de "4h44, dernière nuit sur terre", le dernier film d'Abel Ferrara, et autres événements thématisés « fin du monde », tout semble concorder vers un 21 décembre apocalyptique – même si on n'y fait que se bourrer la gueule. Peu étonnant quand on songe que la « fin du monde » est vieille comme... le monde. Et qu'elle n'a pas fini de nous tarauder. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Vendredi 14 décembre 2012

Apocalypse No(w)

« Dans le roman qu'est l'histoire du monde, rien ne m'a plus impressionné que le spectacle de cette ville jadis grande et belle, désormais renversée, désolée, perdue […], envahie par les arbres sur des kilomètres à la ronde, sans même un nom pour la distinguer. » Ce pourrait être la voix-off du survivant d'un film post-apocalyptique déambulant dans Londres, New-York, Paris, Grenoble... Ce ne sont « que » les mots de l'explorateur américain John Lloyd Stephens, découvrant au XIXe siècle la splendeur passée d'une ancienne ville maya mangée par la jungle du Yucatan. Ces mêmes Mayas dont le calendrier aurait prévu la fin du monde pour le 21 décembre 2012. Peu importe que la Nasa elle-même ait démenti ces rumeurs dont les illuminés, les conspirationnistes et les survivalistes font leur miel et la fortune des agents immobiliers du village français de Bugarach, censé être épargné.   Qu'on la nomme Apocalypse (« révélation » dans la Bible) ou Armageddon (d'Harmaguédon, le « Waterloo » hébreu du livre de l'Apocalypse), la « fin du Monde » est depuis toujours le sujet de c

Continuer à lire

Big Mac

ECRANS | Avec quatre films à l’affiche entre août et décembre, Matthew McConaughey est incontestablement la star de cette rentrée cinéma. Pourtant, qui aurait parié un kopeck sur cet ex-jeune premier romantique, Texan pure souche perdu à Hollywood où la valeur d’un acteur flambe plus vite que les cours de bourse ? Récit d’une métamorphose… Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 29 août 2012

Big Mac

«Tout ce que je connais, c’est le Texas !» C’est ainsi que les frères Coen ouvraient leur premier film, Blood simple. Cette maxime, Matthew McConaughey pourrait la faire sienne. Le Texas, il y est né, et sa première apparition marquante sur les écrans français le montrait en shérif d’un patelin texan dans le Lone star de John Sayles. Quinze ans plus tard, après bien des détours, c’est le Texas qui l’appelle à nouveau et lui permet d’endosser ce qui est sans conteste un de ses plus grands rôles à ce jour : le flic pourri qui arrondit ses fins de mois en jouant les tueurs à gage dans Killer Joe (en salles le 5 septembre), dernier film choc de William Friedkin. Mais que ce soit dans l’excellent Magic Mike de Steven Soderbergh en patron d’un club de strip-tease à Tampa, dans la tambouille érotico-policière The Paperboy (le 19 octobre) de Lee Daniels en journaliste gay revenant dans

Continuer à lire

Hoghe entre tension et attention

SCENES | Si la danse est a minima une succession de poses et de mouvements dans l’espace, Raimund Hoghe, sur les pas de Pina Bausch (dont il fut 10 ans le (...)

Aurélien Martinez | Lundi 7 mai 2012

Hoghe entre tension et attention

Si la danse est a minima une succession de poses et de mouvements dans l’espace, Raimund Hoghe, sur les pas de Pina Bausch (dont il fut 10 ans le dramaturge), y insuffle une dramatique supplémentaire fondée sur une idée-sensation simple : la tension. Les marches lentes de ses interprètes en ligne, leurs figures frontales face au public, les gestes minimalistes pris dans l’épaisse durée d’un rituel font de tout spectacle de Hoghe un moment des plus singuliers. L’hypnose y est parfois déchirée par un solo effréné, une course folle, des hurlements. C’est encore l’ambivalence, le basculement du désir à la haine, d’une ambiance à une autre, d’une Passion de Bach à un morceau de Dalida, qui trament Si je meurs, laissez le balcon ouvert. Créée en 2010, cette pièce pour neuf danseurs (avec Hoghe lui-même et son corps bossu) est un hommage à Dominique Bagouet (1951-1992) dont Hoghe ne copie pas la gestuelle, mais tente de garder l’esprit, « notamment cette tendresse des rapports humains qui traverse ses pièces, cette façon particulière de prendre contact avec l’autre, de le toucher, sans qu’il soit question directement de sexe ». La tendresse, l’humour et la délicatesse

Continuer à lire

Une bouteille à la mer

ECRANS | De Thierry Binisti (Fr-Isr, 1h39) avec Agathe Bonitzer, Mahmud Shalaby…

François Cau | Jeudi 2 février 2012

Une bouteille à la mer

«Si les gens se tiraient moins dessus et qu’ils faisaient plus l’amour, il y aurait plus de paix dans le monde», disait Audrey Hepburn dans Ariane. «Vous êtes quoi ? une fondamentaliste religieuse ?», lui rétorquait Gary Cooper. Une bouteille à la mer illustre la réplique d’Hepburn en version correspondance (la bouteille à la mer du titre, puis des mails) entre une jeune française installée avec sa famille en Israël et un Palestinien isolé dans la bande de Gaza. Mais Thierry Binisti oublie d’y adjoindre la répartie ironique de Cooper, et son film, tout de bons sentiments téléfilmés, ne décolle jamais de cet œcuménisme un peu usé sur la question. C’est problématique quand l’histoire réduit le conflit à une affaire d’œil pour œil, dent pour dent, négligeant au passage la disproportion des moyens militaires entre les deux forces — qui plus est, dans le film, ce sont les Palestiniens qui frappent les premiers. Dernier point : pour le héros, la France fait figure de terre d’asile parfaite pour commencer une nouvelle vie. On ne peut s’empêcher de penser, en notre for intérieur, qu’il déchantera quand Claude Guéant l’accueillera à la frontière !

Continuer à lire

La mort aux trousses

SCENES | Il est assez rare que des spectacles de danse durent plusieurs heures. C’est pourtant le cas avec celui de Raimud Hoghe prévu à la MC2 pour le mois de (...)

François Cau | Vendredi 6 janvier 2012

La mort aux trousses

Il est assez rare que des spectacles de danse durent plusieurs heures. C’est pourtant le cas avec celui de Raimud Hoghe prévu à la MC2 pour le mois de mai. Aujourd’hui soixantenaire, l’Allemand aux talents multiples (il touche au théâtre, à la danse, à la littérature…), fut notamment le dramaturge de Pina Bausch entre 1980 et 1990. Depuis, il développe une approche particulière de la chorégraphie, avec tout un travail autour de la répétition, évoquant ainsi le rituel. Son Si je meurs laissez le balcon ouvert, inspiré par la dernière des chorégraphies de Dominique Bagouet (artiste mort du sida en 1992), est ainsi présenté comme un « protocole compassionnel », pour accueillir « l’inflexion des voix chères qui se sont tues ». Pour info, la création reçut un accueil dithyrambique de la part d’une partie de la presse lors de sa présentation en 2010 au festival Montpellier Danse. De notre côté, on ne sait pas quoi en penser, on ne l’a pas (encore) vue !

Continuer à lire

Take shelter

ECRANS | Un Américain ordinaire est saisi par une angoisse dévorante, persuadé qu’une tornade va s’abattre sur sa maison ; à la fois littéral et métaphorique, ce deuxième film remarquable confirme que Jeff Nichols est déjà un grand cinéaste. Christophe Chabert

François Cau | Jeudi 22 décembre 2011

Take shelter

Au départ, ce n’est qu’un rêve : une tornade impressionnante se forme dans le ciel et bouche l’horizon ; mais ce n’est pas de la pluie qui se met à tomber, plutôt une espèce d’huile de moteur. Quand Curtis (Michael Shannon, qui renouvelle son emploi d’individu borderline en intériorisant au maximum ses émotions) se réveille, l’angoisse est toujours là. Durant la première partie de Take shelter, ce modeste ouvrier, père attentionné d’une petite fille sourde, marié à une femme exemplaire (la splendide Jessica Chastain, encore plus convaincante ici que dans The Tree of life), va faire d’autres cauchemars : son chien se jette sur lui et le mord, des silhouettes menaçantes brisent le pare-brise de sa voiture, les meubles de son salon se soulèvent et restent en suspension… Cette inquiétude se déverse peu à peu dans son quotidien, l’amenant vers une psychose dont l’issue devient l’abri anti-tornade qu’il a découvert dans son jardin. Tempête sous un crâne La force de Take shelter tient à cette capacité à faire cohabiter un spectacle figuratif reposant sur des effets spéciaux magnifiques mais jamais gratuits, et son exact contraire : une plongée abstraite dans les mécan

Continuer à lire

Cannes jour 7 : Du nouveau

ECRANS | Le Havre d'Aki Kaurismaki. Take shelter de Jeff Nichols. Snowtown de Justin Kurzel.

François Cau | Mercredi 18 mai 2011

Cannes jour 7 : Du nouveau

La vision au saut du lit de Le Havre, le nouveau Kaurismaki qui concourt sous bannière finlandaise alors qu'il a été tourné en France et en français, nous a ramené une année en arrière, quand la compétition cannoise alignait des œuvres faibles de cinéastes mineurs, peu soucieux de soigner la forme et paresseux dans leur propos. Le Havre a une odeur de fin de règne pour Kaurismaki. Son comique neurasthénique, sa direction artistique ringarde, ses acteurs monocordes, son absence de rythme, tout devient plus flagrant une fois transposé dans un contexte français et une langue qu'il ne maîtrise visiblement pas. Les comédiens, dont on ne doute pas du talent (André Wilms ou Jean-Pierre Darroussin, quand même), sont ici livrés à eux-mêmes, se débattant avec un texte impossible à base de « as-tu », « veux-tu » et « peux-tu ». Le film cherche à se raccrocher aux branches en brodant une fable très contemporaine autour d'un jeune noir sans-papier qui veut traverser la Manche pour se rendre en Angleterre. Mais Kaurismaki commet un contresens total en filmant son histoire dans une France purement folklorique faite de bistrots, d'épiciers de quartier et de flic en long imper noir et chapeau Stets

Continuer à lire