Delon, de l'ombre au Plein soleil

Christophe Chabert | Jeudi 4 juillet 2013

Séquence émotion au cours du dernier festival de Cannes : en séance de clôture de Cannes Classics, Alain Delon vient présenter la version restaurée de Plein Soleil – à redécouvrir cette semaine au Méliès. On s'attend à voir l'éternel délire mégalo de l'acteur prendre toute la place mais, surprise, le voici au bord des larmes, submergé par l'émotion, évoquant René Clément comme celui sans qui sa carrière n'aurait pas été celle qu'elle est. En effet, Clément est celui qui a fait de Delon une star, le faisant basculer de son statut de second rôle dans des films populaires à celui de comédien majeur dont le magnétisme noir aspire tout sur son passage. De plus, Plein soleil inscrit à même son intrigue ce passage de l'ombre à la lumière.

Delon y est Tom Ripley, mais dans les premières séquences, Tom Ripley n'est pas grand chose. Juste un petit escroc que l'on paie 5000 dollars pour convaincre Philippe, un riche héritier, de cesser sa vie de playboy sous le soleil italien pour revenir dans ses pénates familiales. Ripley fait ce qu'il peut pour accomplir sa mission, mais il est renvoyé dans les cordes par la désinvolture canaille et le tempérament de noceur de Philippe. De fait, c'est surtout Maurice Ronet  – Philippe qui brille au milieu du technicolor rutilant de ce premier acte et il faudra un geste radical pour que Delon  – Ripley prenne sa place au soleil du film.

Que l'histoire de l'acteur Delon se confonde avec celle de son personnage, que la doublure devienne le héros et ne descende plus de ce piédestal malgré les scandales, les rumeurs, les moqueries et les mauvais choix, c'est bien le génie de Clément, pour le coup visionnaire, qui a permis ce prodige. Cela méritait bien l'hommage sincère que le comédien lui a rendu.

Christophe Chabert

Plein Soleil
De René Clément (1960, Fr, 1h50) avec Alain Delon, Maurice Ronet, Marie Laforêt…


Plein soleil

De René Clément, avec Alain Delon

De René Clément, avec Alain Delon

voir la fiche du film


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Le Samouraï" de Melville jeudi soir au Méliès

Cinéma | Le monument du polar est de retour dans les salles obscures. Le Samouraï (1967) de Jean-Pierre Melville, dans lequel joue un Alain Delon (Jef (...)

François Cau | Mardi 27 février 2018

Le monument du polar est de retour dans les salles obscures. Le Samouraï (1967) de Jean-Pierre Melville, dans lequel joue un Alain Delon (Jef Costello) ange exterminateur inexpressif enveloppé dans son trench beige, a inspiré nombres de cinéastes outre-Atlantique, dont Tarantino. Bien que d’une épure et d’une inspiration des plus nippones, il est considéré comme "le" film noir à la française, et demeure le symbole de cet univers melvillien où le personnage porté à son exacerbation marche vers la mort. Un film à (re)voir jeudi 1er mars à 20h au Méliès.

Continuer à lire

"Le Samouraï" de Melville lundi à l'Espace Aragon

ECRANS | Le teint livide, sanglé dans un imperméable, coiffé d’un Fedora, c'’est un Delon minéral et hiératique qui entre ici dans l’univers de Jean-Pierre (...)

Vincent Raymond | Mardi 31 janvier 2017

Le teint livide, sanglé dans un imperméable, coiffé d’un Fedora, c'’est un Delon minéral et hiératique qui entre ici dans l’univers de Jean-Pierre Melville, pour opérer une transmutation alchimique de sa personne. Mutique et glacial, le comédien trouve dans Le Samouraï (1967), ce chef-d’œ'oeuvre intemporel d’'épure, les contours de son personnage totémique ; il hypnotise par sa solitude douloureuse et sa détermination désespérée. Un monument du polar à (re)découvrir lundi 6 février à 20h15 à l'’Espace Aragon de Villard-Bonnot.

Continuer à lire

Il était trois fois Delon

ECRANS | Peu d’acteurs français ont suscité autant d’admiration, mais aussi de rejet, qu’Alain Delon. Il faut dire qu’il y a au moins deux Delon : celui qui, des (...)

Christophe Chabert | Mardi 27 janvier 2015

Il était trois fois Delon

Peu d’acteurs français ont suscité autant d’admiration, mais aussi de rejet, qu’Alain Delon. Il faut dire qu’il y a au moins deux Delon : celui qui, des années 50 aux années 70, illumine le cinéma d’auteur européen en tournant avec les plus grands ; et il y a le Delon qui, à partir des années 80, commence à se livrer à une pâle caricature de lui-même, sur les écrans avec la série des « flics » de plus en plus réacs, ou dans la sphère publique avec des déclarations bien plus réacs encore. C’est au premier Delon que le CCC a décidé de s’intéresser avec son cycle "Delon avant Delon", soit trois films qui définissent parfaitement les contours de son jeu ; dans l’ordre chronologique de leur sortie en salles : L’Éclipse d’Antonioni (le mercredi 11 février à 20h), Le Samouraï de Melville (ce mercredi 28 janvier à 20h) et Monsieur Klein de Losey (le mercredi 4 février à 20h). Le premier marque la seule rencontre entre Delon et le cinéaste italien, dans une histoire d’amour sur fond d’incommunicabilité qui fait le pont entre les deux autres grands films antonioniens que sont L’Avventura

Continuer à lire