Diana

ECRANS | D’Oliver Hirschbiegel (Ang-Fr-Belg, 1h47) avec Naomi Watts, Naveen Andrews…

Christophe Chabert | Mardi 24 septembre 2013

Il y a une belle idée au début de cette bio filmée de Lady Di, prise entre la fin de son mariage avec le Prince Charles et l'accident au Pont de l'Alma : faire du personnage une femme blessée dans son orgueil, tentant vainement d'endosser un rôle auquel elle ne croit plus. Ce qui trouble ici, c'est que Naomi Watts semble s'engager dans une relecture du personnage qui l'a révélé, la Becky / Diane de Mulholland drive. Le sourire publicitaire qui se transforme en rictus amer et la princesse répétant son show devant son miroir, la dépression et le playback : Diana est, dans son introduction, comme une remise à l'endroit du film de Lynch.

Mais ce n'était qu'un leurre : le film s'enfonce ensuite dans un médiocre soap opera romançant l'histoire d'amour impossible entre Diana et le chirurgien Hasnath Kahn. Le dialogue baigne dans la pire eau de rose, la mise en scène ne possède aucun relief et la figuration est d'un rare amateurisme – tout le film a ainsi un côté cheap et télévisuel. Surtout, Hirschbiegel, qui passe sans transition de la chute d'Hitler à la love story de Lady Di, n'a rien à dire sur le personnage ; son film pourrait être un mélo avec Madame tout-le-monde, cela ne troublerait pas plus que cela son récit, qui enfile les poncifs avec un sérieux royal.

Christophe Chabert


Diana

D'Olivier Hirschbiegel (Fr-Ang-Belg, 1h48) avec Naomi Watts, Naveen Andrews

D'Olivier Hirschbiegel (Fr-Ang-Belg, 1h48) avec Naomi Watts, Naveen Andrews

voir la fiche du film


La grande histoire d'amour méconnue entre la princesse Diana et un chirurgien d'origine pakistanaise, 2 ans avant sa mort.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Elser, Un Héros ordinaire

ECRANS | De Oliver Hirschbiegel (All, 1h50) avec Christian Friedel, Katharina Schüttler, Burghart Klaußner…

Vincent Raymond | Mardi 20 octobre 2015

Elser, Un Héros ordinaire

Elser conçoit et commet en franc-tireur un attentat contre Hitler qui, hélas, échoue. Arrêté, torturé pour qu’il avoue ses complicités inexistantes, il revoie son passé de type lambda… De facture "über" classique, la nouvelle réalisation de l’auteur de La Chute fait partie de ces films "piqûres de rappel" (à l’instar du Labyrinthe du silence) montrant au peuple allemand des combats singuliers, pour l’honneur, face à l’immondice brune et sa puissance de contamination. Elser n’était pas un extrémiste radical ; il a juste su préserver son esprit de l’uniformisation et de la démagogie galopantes. À notre époque où s’observe un inquiétant ressac des idées xénophobes, son histoire prend davantage de relief.

Continuer à lire

While we’re young

ECRANS | Après "Frances Ha", Noah Baumbach continue d’explorer le New York branché et sa bohème artistique, transformant la pièce d'Ibsen "Solness le constructeur" en fable grinçante et néanmoins morale où des bobos quadras se prennent de passion pour un couple de jeunes hipsters. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 21 juillet 2015

While we’re young

Quarante ans, toujours pas parents ; Josh et Cornelia (couple inattendu mais crédible formé par Ben Stiller et Naomi Watts) sont en pleine crise. Tandis que leurs amis bobos new-yorkais s’assurent une descendance, eux semblent frappés de stérilité. Celle-ci n’est pas seulement sexuelle, elle est aussi créative, en particulier pour Josh, en galère pour terminer un documentaire fleuve qui, manifestement, n’intéresse que lui. Jusqu’au jour où ils rencontrent Jamie et Darby – Adam Driver et Amanda Seyfried, prototypes de hipsters ayant fait de la bohème une règle de vie. À leur contact, Josh et Cornelia trouvent une seconde jeunesse, revigorés par ce couple qui semble vivre dans un présent perpétuel. Noah Baumbach se livre alors à une comédie de mœurs contemporaine, même s’il s’inspire très librement d’une pièce vieille d’un siècle – Solness le constructeur d’Ibsen. Le ton y est mordant et le monde actuel en prend pour son grade : tandis que Josh se débat avec son portable, ses CD et son appartement design, Jamie ne jure que par les vinyles, les VHS et le mobilier vintage. La jeunesse s’empare des objets ringards de ses aînés et les rends hype et désirables, y com

Continuer à lire

The Impossible

ECRANS | Fiction autour de l’histoire vraie d’une famille disloquée par le tsunami thaïlandais, le deuxième film de Juan Antonia Bayona joue brillamment la carte du survival dans sa première partie, moins celle du mélodrame dans la deuxième. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 21 novembre 2012

The Impossible

Un carton nous annonce d’entrée ce que la plupart des spectateurs savent déjà : The Impossible se déroule durant le tsunami qui ravagea les côtes thaïlandaises à Noël 2004, faisant des milliers de morts et de blessés, laissant la région dans le chaos et les survivants en état de choc. Histoire de redoubler cette introduction didactique par un petit jeu de mise en scène, Juan Antonio Bayona (le réalisateur de L’Orphelinat) nous fait entendre ensuite un crescendo strident évoquant la vague et les cris de ceux qu’elle emporta. Efficace, même si les 50 000 spectateurs de Vynian savent que Fabrice Du Welz avait fait la même chose dans son film maudit. Passons. Nous voilà dans l’avion qui amène la famille Bennett à Kaoh Lahk pour les fêtes : un couple de beaux anglo-saxons (dans la vraie histoire, c’étaient des Espagnols, mais The Impossible a de manifestes volontés exportatrices) et leurs trois enfants, qui s’installent dans

Continuer à lire