Le monde moderne selon Monsieur Hulot

Christophe Chabert | Mardi 3 juin 2014

Véritable institution cinéphile, Jacques Tati n'en finit plus de revenir sur les écrans, longue panthéonisation d'un auteur qui, à l'exception d'un dernier film fort mal reçu par la critique et le public, connaissait déjà de son vivant une reconnaissance quasi-unanime. Après Jour de fête, étrangement rendu à sa version originale en noir et blanc cet été, c'est Mon oncle qui a droit à une restauration soigneusement supervisée par la fille du réalisateur et par le couple Deschamps/Makeïeff, qui ont racheté les droits du catalogue Tati.

Mon oncle (1958) est de fait une des œuvres majeures du cinéaste. Il y reprend son rôle de Monsieur Hulot, dont on avait suivi les Vacances cinq ans auparavant, et y développe ce qui deviendra son thème de prédilection : la déshumanisation induite par le progrès et la modernité. Tati y oppose le couple Harpel, avec sa maison design et son jardin aux motifs géométriques, à Hulot, le Parisien bohème des faubourgs. Au milieu, il y a le jeune Gérard, qui préfère la compagnie de son oncle Hulot à celle de ses parents, ce que le paternel prend plutôt mal.

Si le film est une charge sans ambiguïté contre la technique et le confort bourgeois, cette critique passe toutefois par une fascination totale de Tati envers ce bric-à-brac moderniste, qui lui permet d'élaborer une spectaculaire mise en scène de l'espace, du temps et surtout du son. Cette sarabande quasi-musicale, c'est-à-dire autant rythmique que comique, reste un modèle pour une horde de cinéastes contemporains – de Kaurismaki à Wes Anderson en passant par Alex Van Warmerdam.

Mon oncle
De et avec Jacques Tati (1958, Fr, 1h56) avec Jean-Pierre Zola, Adrienne Servantie…
Samedi 7 et 14 juin, au Méliès


Mon oncle

de Jacques Tati (Fr, 1h50) avec Jacques Tati, Jean-Pierre Zola...

de Jacques Tati (Fr, 1h50) avec Jacques Tati, Jean-Pierre Zola...

voir la fiche du film


Dans un quartier moderne où tout est très bien agencé habitent M. Arpel, son épouse et leur fils Gérard, que cette vie sans saveur ennuie. L'intrusion dans la famille de M. Hulot, le frère de Madame, personnage rêveur et plein de fantaisie, sème le trouble dans cet univers aseptisé, d'autant plus qu'il devient rapidement le meilleur ami de Gérard...


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Un festival (pas si) jeune public

ECRANS | Bien plus qu’un festival jeune public, Voir ensemble propose, quinze jours durant au Méliès, de réfléchir autour d’un cinéma qui cherche à éveiller la curiosité des spectateurs, jeunes comme moins jeunes, avec un focus pour cette deuxième édition sur le son et la musique. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 25 février 2014

Un festival (pas si) jeune public

Vacances scolaires obligent, les festivals de cinéma jeune public prennent leurs quartiers dans les salles françaises. Certes, depuis l’instauration du tarif unique à 4€ pour les moins de 14 ans, c’est un peu la fête tout le temps pour les jeunes spectateurs, avec ce risque d’infantiliser toute la production et – ça a commencé – de voir les écrans truster par des films animés ineptes et régressifs. D’où l’utilité de Voir ensemble, le festival proposé par Le Méliès : son ambition n’est pas de compiler la production récente et à venir pour faire tourner le tiroir-caisse, mais bien de mettre en perspective les films présentés avec des stages, des rencontres et des soirées spéciales. Autre particularité : Voir ensemble ne cherche pas uniquement la nouveauté à tout crin, puisque cette édition n’hésite pas à proposer les copies neuves de trois classiques restaurés. D’abord Le Voyage de Chihiro, chef-d’œuvre qui consacra son auteur Hayao Miyazaki comme un des grands cinéastes de son temps grâce au Lion d’or obtenu à la Mostra de Venise – Lion qu’il a loupé, et c’est regrettable, avec son dernier et superbe

Continuer à lire