Écran total : 13 ans de réflexion

Christophe Chabert | Mardi 7 octobre 2014

Cette semaine se déroule à la Vence scène de Saint-Égrève la treizième édition d'Écran total, soit un week-end pour découvrir vingt-six films récents, dont la moitié en avant-première. Parmi eux, on retrouve quelques-uns de nos coups de cœur de cette rentrée, en particulier le formidable Bande de filles de Céline Sciamma, qui trace le portrait d'une adolescente black en banlieue bien décidée à ne pas se laisser dicter son existence par les pressions sociales et patriarcales qui l'entourent. Ni misérabiliste, ni bassement sociologique, le film cherche surtout à héroïser son personnage, qui doit d'abord se déparer de sa féminité pour mieux la réaffirmer une fois levés les obstacles à son ascension – tumultueuse.

Autre événement, en ouverture du festival : Le Sel de la terre (photo), film co-réalisé par Wim Wenders et Juliano Ribeiro Salgado sur le propre père de ce dernier, le génial photographe brésilien Sebastião Salgado. Un documentaire qui retrace l'itinéraire exceptionnel de Salgado, témoignant de la misère à travers le monde avant de perdre foi en l'humanité lorsqu'il découvre le génocide au Rwanda. C'est par la patiente et miraculeuse reforestation de sa terre natale qu'il retrouvera espoir… Bel objet, un peu rigide dans son dispositif, qui montre en tout cas que Wenders a trouvé une nouvelle jeunesse grâce au documentaire. En revanche, le cas d'Andrzej Wajda paraît aujourd'hui désespéré, tant son Homme du peuple, bio filmée de Lech Walesa, transpire l'académisme et l'ennui par tous les pores.

Enfin, on ne saurait trop vous conseiller de vous ruer pour voir Whiplash, formidable premier film de Damien Chazelle. Depuis qu'on vous en a loué les qualités lors de notre numéro de rentrée, il est allé glaner un Grand prix mérité à Deauville, et continue à enthousiasmer les spectateurs à chacune de ses projections. Ce qui devrait, logiquement, être aussi le cas à Saint-Égrève ce week-end…

Christophe Chabert

Écran Total
Du 10 au 13 octobre à la Vence scène (Saint-Égrève)

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Et voici la 17e édition du (génial) festival Écran Total

ECRANS | « Un autre regard sur le cinéma est possible » : tel est le credo d’Écran total, festival né de la volonté de comités d'entreprise (...)

Vincent Raymond | Mardi 13 novembre 2018

Et voici la 17e édition du (génial) festival Écran Total

« Un autre regard sur le cinéma est possible » : tel est le credo d’Écran total, festival né de la volonté de comités d'entreprise qui programme, en quatre jours, une colossale quantité de films de qualité et d’avant-premières. Plutôt que d’égrainer des titres, on vous recommande parmi eux La Permission (en avant-première, photo), Cold War, Le Temps des forêts, Libre ou encore Girl. Mais vous pouvez aussi aller voir

Continuer à lire

Festival Écran total : de beaux soleils intérieurs

Cinéma | Zoom sur la 16e édition de l'ambitieux festival (la prog envoie chaque année du lourd, avec notamment pas mal d'avant-premières) qui se déroulera du vendredi 13 au lundi 16 octobre à la Vence-Scène de Saint-Égrève.

Vincent Raymond | Mardi 10 octobre 2017

Festival Écran total : de beaux soleils intérieurs

On ne dira jamais assez la bénéfique influence des comités d’entreprises sur le bien-être des salariés, ainsi que sur les nécessaires fenêtres culturelles qu’ils percent dans la grisaille d’un quotidien laborieux. Concocté par l’association Les CE tissent la toile, le mini-festival Écran Total, ouvert à tous, en est une patente illustration. Respectant à la lettre son précepte "Un autre regard sur le cinéma", il condense en quatre jours intenses une programmation aussi qualitative qu’éclectique, où les films bénéficient de moult accompagnements personnalisés : débats, animations, dégustations, quiz… À moins d’être doué d’ubiquité, il est hélas impossible de visionner les 26 longs-métrages présentés (dont 15 avant-premières !) ; on proposera donc un parcours à suivre (ou pas) durant le week-end. Vendredi soir, l’inauguration sera politique : on trinquera au rouge avec Le Jeune Karl Marx, puis Au revoir là-ha

Continuer à lire

Écran total : du cinéma comme s’il en pleuvait

Festival | La quinzième édition du festival de cinéma se tient cette semaine à Mon Ciné, à Saint-Martin-d'Hères. Avec pas mal de films passionnants, dont quelques avant-premières très attendues.

Vincent Raymond | Lundi 10 octobre 2016

Écran total : du cinéma comme s’il en pleuvait

À Saint-Martin-d’Hères, on sait plier le calendrier à ses fantaisies. La preuve ? Le festival Écran total promet un « grand week-end de cinéma » ; or le fait est qu’il dure six jours, laissant à la semaine un reliquat bien modeste. Tant mieux pour les cinéphiles, qui pourront étancher leur soif de films : 21 titres sont en effet programmés, choisis dans tous les styles et à destination de tous les publics. Porté par l’association Les CE (pour comités d'entreprise) tissent la toile, cette édition manifeste un tropisme certain pour les films se préoccupant de l’état de notre société. On pourra y découvrir entre autres l’édifiant La Sociale de Gilles Perret (en sa présence) sur la fondation de la Sécu par Ambroise Croizat ; CE, 1946-2016, Histoires, mémoires, enjeux des Comités d’Entreprise en Rhône-Alpes de Michel Szempruch ; ou revoir Comme des lions de Françoise Davisse (en sa présence également) sur les “Peugeot d’Aulnay”. Quelques films cannois en profitent également pour faire leur galop d’essai, en avant-premièr

Continuer à lire

"Whiplash" et Micromegas : in the jazz for love

CONNAITRE | Ce lundi, l'Espace 600 va diffuser le fameux film de Damien Chazelle avec, en préambule, le jazz de l’orchestre Micromegas et de François Raulin.

Charline Corubolo | Mardi 14 juin 2016

Alors que la grand-messe musicale du 21 juin se prépare tambour battant, l'Espace 600 propose une soirée tout aussi exaltante la veille, qui séduira non seulement les oreilles mais également les yeux. Le rendez-vous est pris avec l'orchestre grenoblois Micromegas, regroupant des musiciens amateurs et professionnels accompagné par le pianiste et compositeur François Raulin, pour un « préambule jazz » avant la projection de Whiplash, premier long-métrage de Damien Chazelle sorti en 2014. Dépeignant la relation conflictuelle d'Andrew, jeune élève au conservatoire de Manhattan férocement incarné par Miles Teller, avec son professeur Terence Fletcher, interprété par l'épatant J.K. Simmons, le film est avant tout une démonstration d'amour envers la musique et le cinéma. L'intensité des notes plonge le spectateur en pleine tempête jazz, et à travers la transe d'Andrew, on se croirait presque projetés dans les pages électriques du Sur la route de Jack Kerouac aux côtés du déglingué Dean Moriarty et du tourmenté Sal Paradise. Grandiose, oui.

Continuer à lire

Écran XXL avec le festival Écran Total

ECRANS | Cette année, le festival s'installe à Vizille de vendredi à lundi. Et dévoile un programme cinématographique grandiose !

Aurélien Martinez | Mardi 24 novembre 2015

Écran XXL avec le festival Écran Total

À moins de jouir de l’enviable faculté d’ubiquité (si c’est le cas, soyez altruiste et partagez la recette), il vous sera impossible d’assister à l’intégralité de la programmation de la 14e édition d’Écran Total prévue cette année à Vizille. Soit 28 longs-métrages en 4 jours. Tel un Janus, cet immense week-end de cinéma combine florilège des films qu’il ne fallait pas manquer depuis la rentrée (Fatima, Le Fils de Saul, Much Loved, L’Hermine, La Glace et le Ciel…) et mise en bouche des prochaines semaines. 11 avan

Continuer à lire

Whiplash

ECRANS | Pour son premier film, Damien Chazelle raconte une initiation artistique muée en rapport de domination, et filme la pratique de la musique comme on mettrait en scène un film de guerre. Une affaire de rythme, de tempo et de ruptures parfaitement maîtrisée d’un bout à l’autre. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 23 décembre 2014

Whiplash

La répétition d’un coup de baguette sur une caisse claire, de plus en plus rapide, comme des coups de feu ou, selon le titre, des coups de lasso – whiplash. Le rythme, rien que le rythme. Une demi-seconde en trop ou une demi-seconde trop tôt et vous êtes mort. En face, l’homme censé vous guider dans votre apprentissage, votre mentor, est aussi votre pire ennemi, celui que vous craignez le plus car ses jugements font autorité. Lui, le rythme, il le fracasse sèchement afin de vous mettre à terre, plus bas que terre même, pour que vous vous releviez ensuite le mors aux dents et que vous repartiez au combat, plus déterminé que jamais. Ce qui ne tue pas rend plus fort, dit l’adage nietzschéen. Le succès est la meilleure des revanches, complète un dicton américain. Whiplash, premier film impressionnant de Damien Chazelle, raconte tout cela, et beaucoup plus encore. Un élève doué Voici donc Andrew (Miles Teller, échappé des romances pour ados comme The Spectacular now et Divergente) qui intègre une prestigieuse école de musique pour deve

Continuer à lire

Le Sel de la terre

ECRANS | Avec ce portrait de la vie et de l’œuvre du photographe brésilien Sebastião Salgado, Wim Wenders signe un documentaire-musée soigné, passionnant dans son propos mais plutôt rigide dans sa forme, pétrifiée par les conventions du bon goût culturel.

Christophe Chabert | Mardi 14 octobre 2014

Le Sel de la terre

Alors que sa carrière de cinéaste de fiction périclitait à vitesse grand V, Wim Wenders a toujours su maintenir la flamme de son œuvre grâce à ses documentaires : Buena Vista Social Club, Pina et aujourd’hui ce Sel de la terre consacré au photographe Sebastião Salgado prouvent que Wenders a encore une réelle envie de cinéma, ou plutôt une envie de réel au cinéma. N’hésitant pas à se mettre en scène face à celui dont il tire le portrait, racontant son choc esthétique lorsqu’il a vu pour la première fois un cliché de Salgado, il mène donc un entretien au long cours où le photographe, en gros plan, en noir et blanc et sur un fond invisible, raconte son parcours artistique, indiscernable de son expérience humaine. Car Salgado a parcouru le monde pour y photographier les famines, les guerres, la misère sociale… Le film s’ouvre sur les images saisissantes de milliers de mineurs brésiliens descendant dans un immense puits à ciel ouvert pour en ramener de l’or. Cet environnement dénaturé par la nécessité de survi

Continuer à lire

"Bande de filles" : girl power

ECRANS | Céline Sciamma suit l’ascension d’une jeune noire de banlieue qui préfère se battre plutôt que d’accepter le chemin que l’on a tracé pour elle. Ou comment créer une héroïne d’aujourd’hui dans un film qui se défie du naturalisme et impose son style et son énergie.

Christophe Chabert | Mardi 14 octobre 2014

Au ralenti et sur la musique (électro-rock) de Para One, des filles disputent la nuit une partie de football américain. Virilité et féminité fondues dans une parenthèse sportive au milieu de la vie monotone d’une cité ; Céline Sciamma marque dès l’entame de Bande de filles son territoire, loin des sentiers étroits du naturalisme propre au banlieue-film hexagonal. Pas question de sombrer dans le misérabilisme social ou le cinéma à thèse, mais au contraire de le déborder par l’action et la rêverie. De fait, chaque fois que Merieme, adolescente noire de 16 ans, verra cette réalité-là lui barrer la route (conseiller scolaire cherchant à l’orienter vers une filière pro, grand frère veillant depuis son canapé sur sa moralité, amoureux maladroit, filles du quartier résignées à n’être que des mères au foyer), elle cherchera à la renverser de toutes ses forces, préférant combattre et s’échapper plutôt que de courber l’échine. Le film enregistre cette volonté farouche comme une constante création d’énergie, révélant dans un même mouvement une ino

Continuer à lire

Vent de jeunesse sur la rentrée cinéma

ECRANS | Moins flamboyante que l’an dernier, la rentrée cinéma 2014 demandera aux spectateurs de sortir des sentiers battus pour aller découvrir des films audacieux et une nouvelle génération de cinéastes prometteurs. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 2 septembre 2014

Vent de jeunesse sur la rentrée cinéma

Si la place de chouchou de la rentrée cinéma n'avait pas été ravie in extremis par l’extraordinaire Leviathan, nul doute qu’elle aurait échu à Céline Sciamma et son très stimulant Bande de filles (sortie le 22 octobre). Troisième film de la réalisatrice déjà remarquée pour son beau Tomboy, il suit le parcours de Meriem, adolescente black banlieusarde qui refuse la fatalité d’une scolarité plombée et se lie d’amitié avec une « bande de filles » pour faire les quatre cents coups, et en donner quelques-uns au passage afin d’affirmer sa virilité dans un monde où, quel que soit son sexe, la loi du plus fort s’impose à tous. Cette éducation par la rue et le combat n’est pas sans rappeler les deux derniers films de Jacques Audiard ; Un prophète en particulier, puisque Sciamma cherche elle aussi à fi

Continuer à lire

Cannes 2014, jours 9 et 10 : La fin - enfin !

ECRANS | "Jimmy’s hall" de Ken Loach (sortie le 2 juillet). "Alleluia" de Fabrice Du Welz (date de sortie non communiquée). "Whiplash" de Damien Chazelle (sortie le 24 décembre). "Sils Maria" d’Olivier Assayas (sortie le 20 août). "Leviathan" d’Andrei Zviaguintsev (sortie le 24 septembre).

Christophe Chabert | Dimanche 25 mai 2014

Cannes 2014, jours 9 et 10 : La fin - enfin !

Il faut savoir arrêter une guerre, dit-on. Un festival de cinéma aussi, avec comme bilan chiffré 32 films vus (plus trois vus avant d’y aller), et quelques blessés légers — après une telle foire, on se dit chaque année qu’on ne nous y reprendra plus. Et, quand on relit ce qu’on a écrit à chaud, on se lamente de notre propre médiocrité en se répétant obstinément que ce métier est aussi vain que stupide — peut-être la conséquence de cette arrogance insupportable qui règne à Cannes, où personne ne salue les gens qui travaillent à faire vivre le festival, mais où tout le monde saute au cou du premier imbécile friqué venu. Film de combat Il faut savoir arrêter une guerre. Oui, mais après, comment fait-on pour réconcilier les combattants ? C’est la question posée par Ken Loach dans son dernier film, Jimmy’s Hall — son dernier, disait-il avant de le présenter, mais ça avait l’air moins clair lors de la conférence de presse. Ce n’est pas une suite au Vent se lève, mais un prolongement, ce moment où, la guerre terminée, la nation irlandaise, divisée par des crimes fratricides, doit réapprendre à vivre ensemble et reformer une communaut

Continuer à lire

Cannes par la bande (de filles)

ECRANS | Premier bilan à mi-parcours d’un festival de Cannes pour le moins insaisissable : les filles y ont pris le pouvoir, à commencer par celles de Céline Sciamma, événement de la Quinzaine des réalisateurs, qui pour l’instant éclipse la sélection officielle. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 20 mai 2014

Cannes par la bande (de filles)

On ne sait vraiment pas par quel bout prendre ce drôle de festival de Cannes, compressé à cause des futures élections européennes, et dans lequel se télescopent en compétition gros films longs et parfois assez lourds à digérer et cinéma daté et has been, sinon carrément inepte. Pour l’instant, ami lecteur, réjouis-toi, les deux meilleurs films vus sont aussi ceux qui sortent cette semaine dans les salles françaises : Deux jours, une nuit et Maps to the stars. Il faut reconnaître toutefois qu’en ouvrant sa sélection avec ce navet indiscutable qu’est Grace de Monaco, déjà mort et enterré une semaine seulement après son arrivée sur les écrans, Thierry Frémaux n’a pas vraiment fait démarrer le festival du pied droit… On reviendra donc en détails la semaine prochaine sur la compétition, et on préfèrera lister ici les quelques découvertes faites au gré des sélections parallèles. Les combattantes Lesdites découvertes ont été marquées par l’émergence de figures féminines fortes et absolument contemporaines, comme dans la formidable comédie Les Combattants de Thomas Cailley, dont l’accueil enthousiaste lui promet déjà une bel

Continuer à lire

Cannes 2014, jour 2 : Girls power

ECRANS | "Bande de filles" de Céline Sciamma (sortie le 22 octobre). "Party girl" de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis (sortie le 3 septembre). "White bird in a blizzard" de Gregg Araki (sortie non communiquée)

Christophe Chabert | Jeudi 15 mai 2014

Cannes 2014, jour 2 : Girls power

Deuxième jour à Cannes, et déjà l’école buissonnière hors de la compétition. Il faut dire que le jeudi est traditionnellement le jour de l’ouverture des sections parallèles, et comme elles sont assez alléchantes cette année, on peut très bien remettre à plus tard la projection du dernier Mike Leigh (2h30 sur le peintre Turner, c’est vrai qu’en début de festival, c’est sans échauffement). C’est un hasard, mais il est réjouissant : les femmes ont pris le pouvoir dans les trois films vus aujourd’hui, et notamment dans ce qui constitue le premier choc de Cannes, le nouveau film de Céline Sciamma, Bande de filles (photo). Après Naissance des pieuvres et Tomboy, Sciamma confirme qu’elle n’est plus très loin d’être une de nos grandes cinéastes, et ce troisième opus démontre une inéluctable montée en puissance qui n’est pas sans rappeler celle d’un Jacques Audiard. Avec qui elle partage une intelligence du scénario et de la mise en scène, mais surtout l’envie de faire émerger conjointement des héro(ïne)s et des comédien(ne)s qui vont hanter lon

Continuer à lire

Coup de soleil cinéphile

ECRANS | Mini-révolution dans le festival Écran total : avec l’ouverture du nouveau Méliès, la manifestation se sédentarise et profitera ainsi du 12 au 15 octobre de (...)

Christophe Chabert | Vendredi 5 octobre 2012

Coup de soleil cinéphile

Mini-révolution dans le festival Écran total : avec l’ouverture du nouveau Méliès, la manifestation se sédentarise et profitera ainsi du 12 au 15 octobre de ses trois écrans, proposant un riche panorama des grands films d’auteur à sortir dans les semaines (et même les mois) à venir. Si Écran total démarre le 11 à l’Espace Aragon de Villard-Bonnot avec l’avant-première du chef-d’œuvre de Michael Haneke Amour, dès le lendemain, il faudra se ruer quartier de Bonne pour rencontrer Louis-Do De Lenquesaing, comédien qui signe ses débuts derrière la caméra avec Au galop. Le samedi 13, grande journée avec le nouveau documentaire de Werner Herzog, Into the abyss, où il se rend dans le couloir de la mort pour y rencontrer un condamné à quelques jours de son exécution, entretien qu'il croise avec ceux des familles de ses victimes. Dans la soirée, Mia Hansen-Löve, réalisatrice du très beau Père de mes enfants, aura carte blanche et présentera en avant-première

Continuer à lire

Indice de projection

ECRANS | Pour ses dix ans d’existence, le festival Ecran Total s’installe une nouvelle fois au Cinéma le Jeu de Paume de Vizille, pour un grand week-end d’avant-premières abusément aguichantes. FC

François Cau | Samedi 8 octobre 2011

Indice de projection

Si l’on avait été un peu moins enthousiastes sur la programmation 2010 du festival, là, on rend les armes, on s’amende, on trépigne. D’autant que l’événement, organisé par Trans’Tourisme Isère en délicate cheville avec 15 comités d’entreprise de l’agglo, est toujours de bon aloi pour les adeptes du marathon cinématographique émaillé de cassage de graine, de coups à boire, de séance qu’on fait sauter au dernier moment pour trinquer encore un peu à la buvette, à s’engueuler sur les films vus, à l’abri d’un mesquin crachin automnal. Autant dire une certaine vision du bonheur. Pour marquer le coup du dixième anniversaire, en sus des habituelles rencontres et débats (notamment avec Christian Rouaud, réalisateur du documentaire Tous au Larzac), on aura droit à un concert le samedi soir avec la formation menée par la chanteuse Melouka Fara, en prélude à la projection du pas très attendu La Sources des femmes de Radu Mihaileanu. Pour ce qui est de la sélection de longs-métrages, l’orientation se faufile toujours du côté des dernières compétitions cannoises. Dans les sorties, Habemus Papam, The Artist, La Guerre est déclarée, La Fée ou Drive (dans l’hypothèse improbable où vous ne l’auriez

Continuer à lire

Liberté chérie

ECRANS | La nouvelle édition du festival Ecran Total se tiendra cette année à Mon Ciné, et alignera toujours autant de reprises précieuses, d’avant-premières et de rencontres engageantes, le tout sous le signe de la prise de position. FC

François Cau | Lundi 4 octobre 2010

Liberté chérie

A l’initiative des associations Trans’ Tourisme Isère et Acrira, Ecran Total se vouait originellement à inciter ces drôles de bestioles nommées Comité d’Entreprise (ou “cé eux“ dans quelques soirées obscures ou autres cocktails à peine habillés) à aller au cinéma. Ce projet un peu fou, un peu rebelle connut rapidement un succès mérité dépassant toutes les espérances de ses maîtres d’œuvre, puisqu’outre les forces vives des COGIP et autres COFRAP locales, le public se greffa en masse à ces projections événementielles. Dès lors, la machine fut en marche et rien ne pouvait l’arrêter – surtout pas une programmation pensée comme un écho local aux meilleurs films du Festival de Cannes, assortis d’avant-premières collant de près à l’actu, de longs-métrages jeune public retenus pour leurs capacités à renouveler le genre, et d’animations ne se cantonnant pas à la sympathique et indispensable buvette - cette année, on pourra notamment deviser calmement (ou pas, d’ailleurs) sur l’arrivée tonitruante du numérique dans le 7e art, ou apprécier en séance d’ouverture le ciné-concert d’Antiquarks sur le Duel de Steven Spielberg à l’Heure Bleue. EngagementsLes étourdis pourront rattraper

Continuer à lire