Cold in july

Christophe Chabert | Mardi 23 décembre 2014

Photo : © Studio La Cinéfacture


Brave type sans histoire, Richard Dane (Michael C. Hall, avec moustache et coupe mulet façon footballeur de la RDA, dans un formidable rebond post-Dexter) abat en pleine nuit un cambrioleur dans sa maison, sous les yeux de sa femme. Malgré le réflexe d'autodéfense et le fait que l'affaire soit vite classée par les autorités, il n'arrive pas à dépasser sa culpabilité, d'autant plus que le père de la victime, un tueur vieillissant fraîchement sorti de taule (Sam Shepard) lui fait un petit numéro façon Les Nerfs à vif en terrorisant sa famille.

Beaucoup de cinéastes paresseux auraient tiré à la ligne cet argument-là pour en faire une série B standard vite oubliée. Pas Jim Mickle, qui a dans sa manche une poignée de virages scénaristiques difficiles à anticiper, ce qui rend la vision de Cold in july particulièrement stimulante. Par ailleurs, il a choisi d'antidater son action en 1989, ce qui lui permet de créer une ambiance vintage et de se situer, grâce à une mise en scène précise et tendue comme une ligne électrique, dans la lignée du John Carpenter de l'époque en question.

Le film avance ainsi dans un brouillard qui n'est pas que narratif, mais aussi moral : à chaque renversement du script, tout ce que l'on croyait acquis concernant les personnages et leur position par rapport au bien et au mal sont remises en question, jusqu'à un bain de sang final qui laisse plus d'amertume et de mélancolie que de soulagement. Un polar sec et bien raide, donc, absolument parfait pour les lendemains de cuite le 1er janvier…

Christophe Chabert

Cold in july
De Jim Mickle (ÉU, 1h58) avec Michael C. Hall, Sam Shepard, Don Johnson…
Sortie le 31 décembre


Cold in July

De Jim Mickle (EU-Fr, 1h49) avec Michael C. Hall, Sam Shepard...

De Jim Mickle (EU-Fr, 1h49) avec Michael C. Hall, Sam Shepard...

voir la fiche du film


1989, Texas. Par une douce nuit, Richard Dane abat un homme qui vient de pénétrer dans sa maison. Alors qu’il est considéré comme un héros par les habitants de sa petite ville, il est malgré lui entraîné dans un monde de corruption et de violence.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

In the Mud for love

ECRANS | Dès son troisième long-métrage, Jeff Nichols s’inscrit comme un des grands cinéastes américains actuels : à la fois film d’aventures, récit d’apprentissage et conte aux accents mythologiques, "Mud" enchante de sa première à sa dernière image. Critique et entretien. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 23 avril 2013

In the Mud for love

Il aura donc fallu près d’un an depuis sa présentation cannoise pour que Mud atteigne les écrans français. C’est long, certes, mais les spectateurs qui vont le découvrir – parions que, toutes générations et tous goûts cinématographiques confondus, ils en sortiront éblouis – verront ce que le critique pris dans la tempête festivalière ne faisait que deviner à l’époque : Jeff Nichols a signé ici une œuvre hors du temps, un film classique dans le meilleur sens du terme qui s’inscrit dans une tradition essentielle au cinéma américain, reliant Moonfleet, La Nuit du chasseur, E.T., Un monde parfait ou le True Grit des frères Coen. Des films qui parlent de l’Amérique à hauteur d’enfants, avec ce que cela implique d’émerveillement et de désillusions. Des films qui font grandir ceux qui les regardent en même temps qu’ils regardent grandir leur héros. C’est dire l’ambition de Jeff Nichols : Shotgun stories et

Continuer à lire