Shaun le mouton

ECRANS | Les studios Aardman se sont transcendés avec cette adaptation des aventures de Shaun, dont Mark Burton et Richard Starzac respectent les partis pris initiaux (gags burlesques, rythme trépidant et pas une ligne de dialogue) en y ajoutant un esprit anar réjouissant. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 31 mars 2015

La jeunesse, c'est l'âge de l'enthousiasme, des grands projets, de la vie libre et insouciante. Et puis le train-train quotidien s'installe, la routine du travail, des jours qui se ressemblent et des amis que l'on ne regarde plus. En cinq minutes déjà formidables, Shaun le mouton raconte ainsi comment un fermier passe de la joie d'élever son cheptel de moutons à l'application machinale d'un planning abrutissant pour lui, mais aussi pour ses animaux, proches de la dépression.

À la faveur d'une publicité entrevue sur le flanc d'un bus, les moutons se prennent à rêver d'évasion, échafaudant un plan pour échapper à la surveillance de leur berger et de son chien Bitzer, lui aussi en plein relâchement. Commence alors une aventure débridée et impossible à décrire tant elle fourmille de trouvailles visuelles.

On n'est pas des moutons !

Car Shaun le mouton, adaptation d'une série animée autour d'un personnage apparu dans Rasé de près, une des aventures de Wallace et Gromit, est avant tout un défi de mise en scène : raconter une histoire sans avoir recours aux dialogues, remplacés par des borborygmes et une gamme presque symphonique de bêlements. Mark Burton et Richard Starzac font mieux que le relever ; leur travail relève de l'orfèvrerie comique, soutenant d'un bout à l'autre un tempo où chaque paramètre compte : l'animation (en plasticine et images par images) mais aussi les cadres et le découpage…

Aussi généreux en gags que varié en registres d'humour (du clin d'œil parodique au pur slapstick) le film transforme en autant d'idées burlesques son arborescence centrale, où tous les personnages sont confrontés à des situations improbables – le fermier amnésique devenu coiffeur star, Shaun et Bitzer emprisonnés par un ennemi déclaré des animaux errants, le reste du troupeau faisant les quatre cents coups dans la grande ville…

Mais c'est finalement l'ambiance joyeusement anar de Shaun le mouton qui lui confère son statut de petit classique instantané. Que ce soit dans cette accumulation délirante de péripéties loufoques ou dans l'appel à sortir de son enclos pour semer la pagaille, renverser les murs de notre société trop propre sur elle et mordre les chevilles des sinistres empêcheurs de brouter en rond, les studios Aardman font preuve d'un esprit de sales gosses ô combien fondamental par les temps qui courent.

Shaun le mouton
De Mark Burton et Richard Starzac (Ang, 1h25) animation


Shaun le mouton

De Mark Burton (Fr-GB, 1h25) animation Shaun est un petit mouton futé qui travaille, avec son troupeau, pour un fermier myope à la ferme Mossy Bottom, sous l’autorité de Bitzer, chien de berger dirigiste mais bienveillant et inefficace. La vie est belle, globalement, mais un matin, en se réveillant, Shaun se dit que sa vie n’est que contraintes. Il décide de prendre un jour de congé, avec pour cela un plan qui consiste à endormir le fermier. Mais son plan fonctionne un peu trop bien et il perd rapidement le contrôle de la situation. Une chose en entraînant une autre, tout le troupeau se retrouve pour la première fois bien loin de la ferme et plus précisément : dans la grande ville. Mais comment un mouton peut-il survivre en ville ? Comment éviter d’être reconnus comme étant des moutons, et donc éviter les griffes acérées de Trumper le terrifiant responsable de la fourrière ? Leur journée sera une course à 100 à l’heure, pleine d’aventures incroyables – et très drôles. Quand il rencontre un petit chien orphelin nommé Slip, qui rêve d’avoir des parents, Shaun réalise qu’il serait bien plus heureux avec sa famille de moutons, à la ferme.
UGC Ciné-Cité Confluence 121 cours Charlemagne Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Shaun le Mouton : la ferme contre-attaque" en avant-première dimanche à Mon Ciné

ECRANS | Dernière née des créatures des Studios Aardman, Shaun le Mouton a conquis le petit écran avant de triompher sur le grand. Le voici de retour avec toute sa (...)

Vincent Raymond | Mardi 8 octobre 2019

Dernière née des créatures des Studios Aardman, Shaun le Mouton a conquis le petit écran avant de triompher sur le grand. Le voici de retour avec toute sa ménagerie dans La Ferme contre-attaque à l’occasion d’une séance très particulière à Mon Ciné, dimanche 13 octobre à 15h. Non seulement il s’agit d’une avant-première (le film sort le 19 octobre), mais elle se déroule dans le cadre de Ciné-ma différence favorisant l’accueil des spectateurs en situation de handicap et donc le mélange des publics. Deux bonnes raisons supplémentaires d’y aller.

Continuer à lire

Cinéma en plein air : notre sélection estivale

ECRANS | L’été, les écrans géants fleurissent dans les villes pour divertir les citadins en mal d’évasion. Et les films choisis sont parfois de bonne – voire de très bonne – facture. La preuve avec cette sélection de projections gratuites à déguster à Grenoble et aux alentours.

La rédaction | Mardi 5 juillet 2016

Cinéma en plein air : notre sélection estivale

Microbe et Gasoil Mercredi 13 juillet à 21h30 à la Bifurk (Grenoble) Dans le cadre du festival Merci, Bonsoir !, on pourra (re)découvrir ce petit bijou signé Michel Gondry, qui carbure ici à l’humour et à la nostalgie. Soit un road movie dans une voiture bricolée avec deux ados en marge de la jeunesse versaillaise. Touchant et irrésistible. Un homme idéal Vendredi 15 juillet à 21h45 au parc d’Uriage À cause d’une imposture littéraire devenue succès de librairie, un jeune auteur est entraîné dans une spirale criminelle. Une réussite inattendue du thriller hexagonal signée Yann Gozlan, avec un Pierre Niney excellent en héros négatif. Minuscules : la vallée des fourmis perdues Mardi 19 juillet à 21h30 au Musée de l’Ancien Évêché (Grenoble) Fascinante odyssée d’une coccinelle qui prête main-forte à des fourmis noires pourchassées par des fourmis rouges. Un film qui, par l’effet conjoint de la 3D, du photoréalisme et d’une mise en scène extrêmement méticuleuse da

Continuer à lire

Un Moi(s) de cinéma #5

ECRANS | Chaque mois, Le Petit Bulletin vous propose en vidéo ses coups de cœur cinéma des semaines à venir

Christophe Chabert | Mardi 31 mars 2015

Un Moi(s) de cinéma #5

Au sommaire de ce cinquième numéro : • Shaun le mouton de Nick Park • Lost River de Ryan Gosling • Taxi Téhéran de Jafar Panahi • Every Thing Will Be Fine de Wim Wenders

Continuer à lire

Voir et revoir le cinéma jeune public

ECRANS | Le festival Voir ensemble du Méliès propose cette année encore quinze jours de films jeune public judicieusement sélectionnés parmi l’actualité du genre, mais (...)

Christophe Chabert | Mardi 3 février 2015

Voir et revoir le cinéma jeune public

Le festival Voir ensemble du Méliès propose cette année encore quinze jours de films jeune public judicieusement sélectionnés parmi l’actualité du genre, mais aussi dans son histoire, récente ou lointaine. Le parrain de cette édition n’est autre que le grand Jean-François Laguionie, un des maîtres de l’animation française, qui présentera son superbe Le Tableau ainsi que des images inédites de son prochain film, Louise en hiver, lors de l’ouverture du festival le 7 février. Ouverture qui se poursuivra avec l’avant-première du très attendu Shaun le mouton, nouvelle production des studios Aardman, reprenant le personnage de la fameuse série télé et sidekick comique d’un des plus fameux épisodes de Wallace et Gromit, Rasé de près. Des avant-premières, il y en aura d’autres au cours du festival, réunies dans une compétition où figure notamment l’excellent Spartacus et Cassandra, dont on vous parle page 4, mais aussi un inédit de Karel Zeman, le Méliès tchèque, Le Baron de Crac, tourné en 1961. Zeman sera aussi à l’honneur à travers un beau pr

Continuer à lire