Stéphane Brizé : « Un film d'indignation et de colère »

ECRANS | Propos de Stéphane Brizé autour de son film "La Loi du Marché".

Christophe Chabert | Lundi 18 mai 2015

Méthode

Stéphane Brizé : « J'avais un scénario écrit avec des dialogues, mais aux acteurs, je ne donnais à chacun que les infos qu'ils devaient savoir. Par exemple, à Pôle emploi, j'avais donné à Vincent le nombre de mois depuis lesquels il était au chômage, combien il gagnait, les stages qu'il avait fait, combien il touchera avec l'ASS. Et le type en face de lui, c'est comme quand il reçoit un vrai demandeur d'emploi : il a les mêmes infos. Ils savent l'enjeu de la situation, ils savent où ils doivent arriver et ensuite ils viennent remplir avec leurs mots à eux. »

Acteurs non professionnels

« Même quand je travaille avec des acteurs professionnels, je les prends pour ce qu'ils sont. Ici, ce n'est pas tant ce qu'ils sont que ce qu'ils font. Il y avait des fonctions, et nous nous sommes dirigés vers des gens qui avaient ces fonctions : la banquière, c'est la banquière des castings ; elle a proposé un de ses collègues qui était le DRH de sa banque pour jouer le DRH ; le directeur du supermarché, c'est un chef d'entreprise que je connaissais. Moi-même, j'ai fait un stage d'agent de sécurité pour le film. Vous ne pouvez pas imaginer ce à quoi j'ai assisté. J'avais vu une scène que j'avais retranscrite dans le scénario, j'ai essayé de la tourner et c'était intournable. J'ai assisté à l'interpellation d'une dame, cinquantaine d'années, pas très modeste, qui avait volé un mascara et une carte postale. Elle hurlait dans la salle à l'agent de sécurité noir : "Vous comprenez ce que je vous dis ? Non ? C'est normal, vous n'êtes pas de la même race." Et moi, elle me dit : "Et l'autre Portugais, qu'est-ce qu'il a à me regarder ?" En sortant de la salle, elle hurlait : "Vive Marine !" »

Politique

« Des gens abandonnés, comme Thierry, qui arrivent à 50 ans, qui doivent vendre leur mobil-home à 1000 euros près, c'est une honte. Le monde dans lequel on vit, avec une vraie droite et une fausse gauche main dans la main, crée ce genre d'horreurs. C'est un film d'indignation, de colère, de tristesse aussi. La question c'est : doit-on tout accepter pour un CDI ? À partir du moment où les patrons jouent avec le travail comme avec une arme, ils ont trop de pouvoir. »

Critique de La Loi du marché à lire ici.


La Loi du marché

De Stéphane Brizé (Fr, 1h33) avec Vincent Lindon, Yves Ory...

De Stéphane Brizé (Fr, 1h33) avec Vincent Lindon, Yves Ory...

voir la fiche du film


À 51 ans, après 20 mois de chômage, Thierry commence un nouveau travail qui le met bientôt face à un dilemme moral. Pour garder son emploi, peut-il tout accepter ?


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Stéphane Brizé : « Sans "La Loi du marché", je n’aurais pas su faire "Une vie" »

ECRANS | Tout juste quinquagénaire, le cinéaste affiche la satisfaction d’un artisan ayant achevé son Tour de France et son chef-d’œuvre. Le fait est que "Une vie" est, à nouveau, un grand film.

Vincent Raymond | Mardi 22 novembre 2016

Stéphane Brizé : « Sans

Jeanne, héroïne du roman Une vie de Maupassant (1883) que vous adaptez, est un personnage d’une pure intégrité. C’est ce qui fait son malheur ? Stéphane Brizé : Jeanne reste très fidèle au regard qu’elle avait sur le monde à 20 ou 15 ans ; ce qui en fait un être d’une grande pureté. Cet endroit du beau est en même temps celui du tragique : il faut parfois être capable de trahir son regard pour ne pas souffrir. Lorsque la bonne lui dit « vous voyez, la vie c’est jamais si bon ni si mauvais qu’on croit », cette simple phrase dite par une petite paysanne – une phrase sublime, de très haute philosophie – lui fait accéder à la nuance après 30 ans de souffrance. Comme si deux nuages s’écartaient pour laisser apparaître cette vérité. Je crois que j’ai voulu faire ce film pour accéder à cette nuance-là. En permettant à Jeanne d’accéder à cette nuance, j’évite la désillusion, très douloureuse. Quand on est petit, on est doté d’une certaine forme d’idéalisme, ensuite on accède à la réalité, à la duplicité de l’H

Continuer à lire

La Loi du marché

ECRANS | Comment un chômeur de longue durée se retrouve vigile et fait l’expérience d’une nouvelle forme d’aliénation par le travail : un pamphlet de Stéphane Brizé, radical dans son dispositif comme dans son propos, avec un fabuleux Vincent Lindon. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 18 mai 2015

La Loi du marché

Thierry, 51 ans, 20 mois de chômage derrière lui, constate avec calme l’aporie sociale dans laquelle il se trouve : d’abord face à un conseiller Pôle emploi qui a bien du mal à lui donner le change, puis à la table d’un café où ses anciens collègues syndiqués tentent de lui expliquer qu’il faut attaquer le mal à la racine. Et la racine, c’est la malhonnêteté et l’avarice du patron qui les a licenciés. Mais Thierry n’en démord pas : il veut seulement du travail pour sortir de cette foutue précarité dans laquelle il se trouve, cesser d’épousseter les meubles et faire vivre sa famille – dont un fils handicapé. Alors, de guerre lasse, il accepte un emploi de vigile dans un centre commercial, où on l’initie à la surveillance des clients, mais aussi des autres employés. L’itinéraire de Thierry a tout de la fiction édifiante, proche sur le papier de ceux accomplis par les personnages des frères Dardenne. Mais Stéphane Brizé a sa propre manière pour filmer conflits moraux et injustices sociales liés au monde du travail. Celle-ci

Continuer à lire

"La Loi du marcheur" : éloge de la durée

Théâtre | Nicolas Bouchaud incarne avec un plaisir non dissimulé le critique de cinéma Serge Daney, mort en 1992. Dans un solo souvent émouvant, il interroge le pouvoir de l'image et le rapport au temps.

Nadja Pobel | Mardi 10 janvier 2012

La Loi du marcheur est un spectacle construit à partir de longs extraits de l'entretien qu'a accordé Serge Daney à l'écrivain et médiologue Régis Debray et qui a été édité en DVD sous le titre Itinéraire d'un ciné-fils. Quelques mois avant sa mort des suites du sida, Daney parle de la naïveté réjouissante avec laquelle il est allé à Hollywood à vingt ans avec le critique et cinéaste Louis Skorecki, et comment il a rencontré, au culot, les plus grands réalisateurs (Hawks, Hitchcock...) en prétextant travailler pour une revue française qui commençait à intriguer et dont il a intégré ensuite la rédaction : Les Cahiers du Cinéma. Le comédien Nicolas Bouchaud, mis en scène par Éric Didry, donne beaucoup de délicatesse à son personnage. Lui que l’on a souvent vu dans les distributions de Jean-François Sivadier (dernièrement La Dame de chez Maxim et Noli me tangere, pièces toutes les deux présentées à la MC2), sait transmettre ici l'émotion presqu'enfantine dont fait part Daney au cours de ces entretiens. « Le cinéma c'est l'enfance » Un Serge Daney qui analys

Continuer à lire