Victoria

ECRANS | En temps réel et en un seul plan-séquence de 2h20, Sebastian Schipper passe de la chronique nocturne berlinoise au thriller avec une virtuosité qui laisse pantois, nécessitant une immersion totale dans son dispositif pour en apprécier pleinement l’ivresse. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 30 juin 2015

Photo : © Monkey Boy


Bombardée par une lumière stroboscopique et les basses d'un morceau techno, une jeune fille danse au milieu des fêtards dans un club berlinois ; le plan dure, le son est lourd, l'effet de lumière aveuglant ; à peine a-t-on ouvert les yeux sur son film que, déjà, Sebastian Schipper nous demande un abandon complet à cette expérience qu'est Victoria. Celle d'une immersion totale dans sa réalité plutôt qu'à son réalisme car, malgré les apparences, tout ici célèbre l'artificialité de la mise en scène cinématographique.

En effet, les deux heures vingt à suivre ne connaîtront aucune coupe de montage, proposant un plan-séquence en temps réel où la caméra, toujours en mouvement, va parcourir à vue d'œil quatre bons kilomètres à travers les rues, les immeubles et les hôtels de la capitale allemande. Et pourtant, le film s'abandonnera à toutes les ruptures – de ton, de genre, de vitesse – répondant à un scénario qui jouerait à cache-cache avec le spectateur, très visible dès qu'on prend un peu de distance avec ce qui se passe sur l'écran, indécelable lorsqu'on se laisse absorber par le dispositif.

Celle qui nous sert de guide s'appelle Victoria : elle arrive d'Espagne et elle vient passer trois mois à Berlin. Le jour, elle travaille dans un café ; la nuit, elle profite de cette ville qui ne dort jamais et de ses clubs ouverts jusqu'au petit matin. Soit un parfait substitut du spectateur, à la fois poisson dans l'eau d'une jeunesse européenne sans frontière et étrangère dans une métropole-labyrinthe que Schipper transforme en terrain de jeu. Pour cela, il fait intervenir quatre types qui se revendiquent comme de vrais « Berlinois de l'ouest », déjà bien entamés (il est cinq heures du matin) et passablement allumés, faisant n'importe quoi pour épater cette jeune demoiselle dont on ne sait trop si elle est pour eux une proie ou une compagne de hasard dans leur bringue avinée. Au sein du groupe, Sonne (Frederick Lau, un clone de Fassbinder jeune) garde à peu près les pieds sur terre, peut-être parce qu'il est tout de suite attiré par cette Victoria il est vrai magnifique – même s'il faudra attendre une bonne heure pour que l'on puisse voir, en pleine lumière et de face, le visage étincelant de la superbe Laia Costa.

Du temps réel, pas de temps morts

Cette première partie se présente comme une chronique en liberté de nuits blanches berlinoises où tout semble possible – voler des bières dans une épicerie, monter clandestinement sur le toit d'un immeuble, jouer du piano dans un café avant son ouverture… Et si la police rôde, elle n'est là que comme garde-fou pour éviter les débordements et les incivilités, instance de la paix plutôt que patrouille armée. Schipper laisse donc sa caméra tourner et ses acteurs improviser les dialogues avec un maître-mot : du temps réel certes, mais pas de temps morts. Tout est donc traité selon une multitude de micro-actions, le cinéaste fuyant l'ennui comme ses personnages fuient le sommeil.

Arrivé à mi-parcours, et après une scène d'un romantisme inattendu, le film opère un spectaculaire virage vers le thriller, sans déroger à sa règle de départ : au plus près de son héroïne et dans la continuité de son plan unique. Ce basculement marque à la fois la limite et la force de Victoria ; il oblige en tout cas à ne prendre aucune distance avec ce qui relève du coup de force cinématographique sous peine de voir ressurgir de fatales questions de crédibilité qu'une simple ellipse aurait levées sans difficulté. Il faut accepter que la frêle et timide Victoria puisse se retrouver complice d'un trafic délictueux qui débouchera sur un "gunfight" et un bain de sang, qu'elle passe de jeune fille rangée à madone du crime.

Si on relève le gant que le cinéaste nous a lancé, cette deuxième partie marque l'apogée de sa virtuosité, la nonchalance glandeuse laissant la place à un suspense de tous les instants, l'énergie jointée du groupe se transformant en arythmie cardiaque cocaïnée. Et tandis que l'image préserve l'illusion du réalisme live, la bande-son, musique et sound design mêlés, s'autorise toutes les transgressions et tous les artifices dramatiques.

Série noire pour nuit blanche

Vient, au bout de la montagne russe émotionnelle qu'est Victoria, le reproche incontournable de l'exercice de style. Le film en est un, sans le moindre doute, prouesse technique auquel le funambulisme permanent des participants confère vie et chair – jusqu'aux accidents qui ne manquent pas de se produire, brefs moments d'inattention des comédiens dont ils parviennent à se sortir avec un sens remarquable de l'équilibre. Lorsqu'on le découvre, on se dit que son absence de propos (rien de bien neuf dans ce qui n'est, sur le fond, qu'une simple série noire d'aujourd'hui) va le faire s'effondrer dans nos mémoires telles les îles de Vice-Versa. Et pourtant, des mois après, on y pense encore et on a envie d'y revenir.

C'est peut-être le plus grand mérite de Sebastian Schipper : il invente ici un cinéma du flux qui résonne avec notre époque numérique et mondialisée, où tout s'enchaîne sans cut comme dans un mix électro par la seule force d'un beat commun, où l'on remplit les vides et l'on refuse les blancs parce qu'on n'a qu'une vie – et une seule prise pour l'immortaliser.

Victoria
De Sebastian Schipper (All, 2h20) avec Laïa Costa, Frederick Lau…


Victoria

De Sebastian Schipper (All, 2h14) avec Laia Costa, Frederick Lau...

De Sebastian Schipper (All, 2h14) avec Laia Costa, Frederick Lau...

voir la fiche du film


5h42. Berlin. Sortie de boîte de nuit, Victoria, espagnole fraîchement débarquée, rencontre Sonne et son groupe de potes. Emportée par la fête et l'alcool, elle décide de les suivre dans leur virée nocturne. Elle réalise soudain que la soirée est en train de sérieusement déraper…


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Roads" : en (bonne) route !

ECRANS | De Sebastian Schipper (All-Fr, 1h40) avec Fionn Whitehead, Stéphane Bak, Moritz Bleibtreu…

Vincent Raymond | Mardi 16 juillet 2019

Après une friction familiale, Gyllen, tout juste 18 ans, "emprunte" en guise de représailles le camping-car de son beau-père et décide de rallier la France depuis le Maroc. Il embarque William, jeune Congolais en quête de son frère exilé. Leur route épique les mènera à Calais… D’un extrême à l’autre pour Sebastian Schipper qui, après le plan-séquence berlinois de Victoria (2015), se lance ici dans un road movie de 3000 km. Le défi kilométrique remplace le concentré temporel, mais le principe demeure, au fond, le même : raconter un "moment" tellement décisif pour ses jeunes protagonistes qu’il est susceptible d’en conditionner l’existence entière. Transposition du roman de voyage initiatique, le road movie permet de télescoper paysages et visages, récit picaresque et drames saisissants ; bref d’offrir un concentré de vie qui "rode" le jeune adulte : un hippie allemand bipolaire, des sans-papiers africains en détresse, une savonnette de haschisch, un père peu amène, des Français racistes ou encore les assauts des forces de l’ordre sur

Continuer à lire

"Joel, une enfance en Patagonie" : un village pas très classe

ECRANS | de Carlos Sorín (Arg, 1h39) avec Victoria Almeida, Diego Gentile, Joel Noguera…

Vincent Raymond | Mercredi 3 juillet 2019

Cecilia et Diego ont enfin reçu une réponse favorable à leur demande d’adoption. L’enfant qu’on leur propose a 9 ans, et un passé chargé qui l’a traumatisé. Si eux l’acceptent avec amour, il n’en va pas de même pour le petit village glacial de Patagonie où ils viennent d’emménager… Est-ce le fait, pour le moins inhabituel, de voir une population sud-américaine évoluer dans un décor digne des pays nordiques (pourtant, c’est cela la Patagonie) ? Toujours est-il que ce film donne une impression de décalage, comme si l’histoire ne se déroulait pas au bon endroit. Un sentiment à prendre avec des pincettes car il peut tout aussi bien signifier que le potentiel de Joel… sera pleinement développé lorsque le film sera transposé dans un autre contexte à l’occasion d’un remake nord-américain ou européen (vu la trame, les possibilités sont hélas infinies). Ou bien que le malaise suscité par l’enfant, issu d’une famille marginale, a par capillarité diffusé dans tout le film. Car même si Joel… paraît un peu bancal, avec son développement un peu lent, l’essentiel est ailleurs : la description d’une exclusion banale, avec u

Continuer à lire

"The Captain - L'usurpateur" : l’habit fait le nazi

ECRANS | de Robert Schwentke (All-Fr-Pol, 1h59) avec Milan Peschel, Frederick Lau, Waldemar Kobus…

Vincent Raymond | Mardi 20 mars 2018

« Tout est affaire de décor » écrivait Aragon dans Bierstube Magie allemande. Et de costume aurait-il pu noter en codicille, s’il avait eu à évoquer cet hallucinant épisode de la Seconde Guerre mondiale, qui superlative l’inhumanité jusque dans les ultimes instants du conflit, au printemps 1945. S'insérant dans ce « temps déraisonnable », l’histoire du soldat allemand Herold est une farce macabre, un rire qui se fige en effroi, froidement saisi par un noir et blanc tranché ; une démonstration avant l’heure de l’expérience de Milgram et de ses effets ravageurs dans un conte philosophico-historique. Le personnage dont Robert Schwentke qui a choisi de suivre le tortueux sillage apparaît de prime abord comme un miraculé : déserteur ayant échappé à l’exécution, il tombe par chance sur la voiture d’un capitaine dont il endosse l’uniforme, puis ses prérogatives. Fédérant une troupe, il fait régner à l’arrière au nom du Reich la pire des terreurs : absurde, absolue et in

Continuer à lire

"Dora ou les névroses sexuelles de nos parents" : Dora explore l’amour

ECRANS | de Stina Werenfels (Sui., 1h28) avec Victoria Schulz, Lars Eidinger, Jenny Schily…

Vincent Raymond | Vendredi 2 juin 2017

« Différente » selon sa mère, agissant souvent avec la spontanéité désinhibée d’une enfant, Dora vient de fêter ses 18 ans. Libérée des traitements, elle découvre des pulsions nouvelles. Le hasard place sur sa route un homme trouble qui la viole, mais avec lequel elle va entretenir une relation, jusqu’à se retrouver enceinte. Attention, exception ! Dans le cinéma traitant du handicap, il est hélas rare que le fond et la forme présentent simultanément de l’intérêt. Stina Werenfels accomplit donc un petit miracle de délicatesse avec ce premier long-métrage abordant l’épineuse question (en particulier pour leurs parents) de l’autonomie sexuelle des personnes en situation de handicap mental. Lumineux grâce à une photographie éclatante, son film épouse volontiers la singularité du regard de Dora, à la pureté innocente et inconditionnelle – mais non universel, car elle choisit qui elle aime. Et en dépit de ce contexte de départ atypique, tout (des rivalités générationnelles mère/fille à la proximité père/fille, en passant par l’étendue de la gamme de sentiments exprimés par Dora) nous ramène à un schéma connu, prouvant qu’il n’y a pas "d’

Continuer à lire

"Victoria" : c'est ça le renouveau de la comédie française ?

ECRANS | de Justine Triet (Fr., 1h36) avec Virginie Efira, Vincent Lacoste, Melvil Poupaud…

Vincent Raymond | Mardi 13 septembre 2016

Une avocate mère célibataire blonde vivant dans une tour héberge un ancien dealer qu’elle emploie comme nounou, plaide au tribunal avec un chien et un singe… Vous en voulez encore pour faire une comédie française branchouille ? Alors faites infuser avec une distribution ébouriffante d’originalité : Virginie Efira ("tellement à contre-emploi", comme à chaque film, alors qu’elle choisit toujours des rôles de mère/femme dépassée demeurant malgré tout impeccable et pimpante), Vincent Lacoste ("tellement avec des lunettes") et Melvil Poupaud ("tellement revenu en grâce"). On sent bien que Justine Triet, réalisatrice en 2013 de La Bataille de Solférino, lorgne du côté de la comédie cukoro-capro-hawksienne, mais elle n’a pas l’équipage adapté, ni les trépidations du scénario pour rivaliser avec les cavalcades de Cary Grant ou de Katharine Hepburn. Factice et convenu, Victoria bénéficie de rares bouffées détonantes grâce au personnage de l’ancien compagnon de l’héroïne joué par Laurent Poitrenaux : un écriv

Continuer à lire

"Vicky", l'ego trip de Victoria Bedos

ECRANS | de Denis Imbert (Fr., 1h28) avec Victoria Bedos, Chantal Lauby, François Berléand, Benjamin Biolay…

Vincent Raymond | Mardi 7 juin 2016

En théorie, on devrait éprouver compassion et bienveillance pour Victoria Bedos, la pauvre petite fille riche racontant ici sa difficulté d’avoir pour père un comédien misanthrope et pour frère un monstre d’égoïsme se servant d’elle comme d’un paillasson – de préférence les soirs de pluie. C’est à cause, ou grâce, à ces modèles masculins étouffants qu’elle a voulu se réinventer sur grand écran en devenant chanteuse underground, car elle a du talent, elle aussi… Mais notre empathie, on s’assoira dessus, puisque la comédienne-scénariste affirme qu’il ne faut chercher aucun règlement de compte dans ce film servant sa gloire et fusillant les affreux machos autocentrés de sa parentèle. Elle s’est pourtant donné bien du mal pour accentuer les ressemblances et que chacun identifie sans peine les Bedos derrière les Bonhomme. Cela dit, en étant de presque tous les plans dans l’autoficiton qu’elle se consacre, Victoria montre n’avoir rien à envier à son entourage en matière d’ego. Voir Vicky, c’est un peu comme assister à un spectacle scolaire de fin d’année joué par d’autres enfants que les vôtres : à quoi bon ?

Continuer à lire

Un Moi(s) de cinéma #7

ECRANS | Chaque mois, Le Petit Bulletin vous propose ses coups de cœur cinéma des semaines à venir en vidéo.

Christophe Chabert | Mardi 30 juin 2015

Un Moi(s) de cinéma #7

Au sommaire de ce Moi(s) de cinéma, les films à voir absolument en ce mois de juillet : • Victoria de Sebastian Schipper • Microbe et Gasoil de Michel Gondry • Love de Gaspar Noé • While we're young de Noah Baumbach • Sorcerer de William Friedkin (reprise)

Continuer à lire

Mon amie Victoria

ECRANS | Autrefois chantre d’un cinéma auteurisant ascétique et particulièrement casse-burnes, Jean-Paul Civeyrac a mis de l’eau dans son vin avec Mon amie Victoria, (...)

Christophe Chabert | Mardi 23 décembre 2014

Mon amie Victoria

Autrefois chantre d’un cinéma auteurisant ascétique et particulièrement casse-burnes, Jean-Paul Civeyrac a mis de l’eau dans son vin avec Mon amie Victoria, sans doute son film le plus accessible. Est-ce réussi pour autant ? Cette adaptation d’un roman de Doris Lessing montre le choc culturel entre une jeune fille noire et une famille que la voix-off prend bien soin de nous décrire comme « de gauche ». Recueillie brièvement chez eux pendant un passage à l’hôpital de la tante qui l’élève, Victoria, alors âgé de 11 ans, connaît son premier émoi sentimental au contact de l’aîné de la famille. Mais c’est aussi la découverte d’un appartement luxueux, propre et frais qui la déboussole. Des années après, devenue une belle jeune femme, elle noue une idylle avec le plus jeune frère de cette même famille, dont elle aura un enfant. Mais les distances sociales sont manifestement infranchissables pour Civeyrac, qui plaque sans cesse un discours plutôt expéditif sur son récit. Pour lui, le racisme est aussi — surtout ? — dans la condescendance, même nantie des meilleures intentions, des bourgeois blancs envers les pauvres noirs, et la désillusion qui saisit V

Continuer à lire

Dans le rétro-liseur

CONNAITRE | En attendant la rentrée et son avalanche de parutions, voici une sélection non exhaustive de livres ayant marqué l’année. Et donc, à emporter durant les vacances. Gaël Dadies

Aurélien Martinez | Lundi 16 juillet 2012

Dans le rétro-liseur

Sur la route ; le rouleau original, Jack Kerouac (Folio) : à lire d’urgence plutôt que d’aller voir la version cinématographique décevante. Le roman clé et fondateur de la Beat Generation enfin publié dans toute sa folie.  MetaMaus, Art Spiegelman (Flammarion) : Superbe livre illustré dans lequel, vingt-cinq ans après la publication de Maus, Art Spiegelman revient sur le processus de création et l’élaboration de cette œuvre majeure, prix Pulitzer 1992.    Mr Peanut, Adam Ross (10/18) : Malgré tout l’amour qu’il porte à sa femme Alice, David ne peut s’empêcher de rêver de la mort de celle-ci. Jusqu’au jour où Alice est retrouvée morte. Et pour de bon. D’une puissance narrative imparable et construit autour d’une enquête policière, ce roman dissèque les déchirements de couples poussés dans leurs retranchements. Avant d’aller dormir, S. J. Watson (Sonatine) : Devenue amnésique après un accident de voiture, Christine consigne la trace de ses souvenirs et de ses journées dans son journal pour ne pas les oublier le lendemain. Jusqu’à ce qu’elle découvre sa vé

Continuer à lire

Mince alors !

ECRANS | De Charlotte De Turckheim (Fr, 1h40) avec Lola Dewaere, Victoria Abril…

François Cau | Vendredi 23 mars 2012

Mince alors !

Mince alors ! est tellement nul qu’on ne sait par quel bout prendre son ratage. On pourrait parler de cette manière laborieuse de faire de la comédie où, faute de trouver le tempo, on se rabat sur du mot d’auteur balourd façon Théâtre des deux ânes. On pourrait fustiger ce qui ressemble à un vaste spot de pub pour les cures d’amaigrissement à Brides-les-Bains. On pourrait enfin se gausser des ficelles vaudevillesques du scénario, où l’émotion surgelée débarque comme un cheveu sur la soupe dans le dernier tiers. Mais, plus subtilement foiré est le choix de Lola Dewaere dans le rôle principal. Rien à dire sur son talent de comédienne, un peu gauche certes, mais qu’on ne demande qu’à suivre dans autre chose qu’un nanar. Le problème, c’est qu’elle est supposée incarner une fille un peu ronde qui doit perdre du poids pour plaire à nouveau à son mari. Mais Lola Dewaere est si évidemment belle à l’écran qu’on ne voit pas où est la question et, du coup, pourquoi en faire un film…Christophe Chabert

Continuer à lire

Une famille en or

SCENES | Deuxième spectacle pour Aurélia Thierrée, artiste issue d’une famille attachée aux arts du cirque : les Chaplin-Thierrée. Chaplin, oui, comme Charlie Chaplin, (...)

Aurélien Martinez | Vendredi 13 janvier 2012

Une famille en or

Deuxième spectacle pour Aurélia Thierrée, artiste issue d’une famille attachée aux arts du cirque : les Chaplin-Thierrée. Chaplin, oui, comme Charlie Chaplin, figure tutélaire qui donna entre autres naissance à Victoria Chaplin, qui deviendra Victoria Chaplin-Thierrée en épousant le pluridisciplinaire Jean-Baptiste Thierrée. Ensemble, ils fondèrent Le Cirque bonjour, puis Le Cirque imaginaire, qui deviendra ensuite Le Cirque invisible. Et ensemble, ils ont eu deux enfants : James Thierrée, artiste prodigieux auteur de spectacles renversants, et Aurélia Thierrée, qui nous intéresse aujourd’hui puisqu’elle présentera son Murmures des murs jeudi 19 et vendredi 20 janvier à l’Hexagone de Meylan. Une création toujours conçue par sa mère, et que l’on nous présente comme la reconstruction sur scène d’un monde étrange, onirique et hypnotique, imbibé de cirque, danse et théâtre. Au vu des autres spectacles des Chaplin-Thierrée que nous avons pu voir, on place beaucoup d’espoir dans ce Murmures des murs. AM

Continuer à lire

Rock en stock

MUSIQUES | Les férus de rock et de roll vont exulter comme des brutes cette semaine. Le lundi 2 avril tout d’abord, retrouvailles programmées avec les Néerlandais de (...)

| Mercredi 4 avril 2007

Rock en stock

Les férus de rock et de roll vont exulter comme des brutes cette semaine. Le lundi 2 avril tout d’abord, retrouvailles programmées avec les Néerlandais de The Ex, plus de deux ans après leur passage d’excellente mémoire au 102. Les prolifiques punks poursuivent plus que jamais leur carrière en multipliant les collaborations émulatrices et les projets synchrones avec leur démarche artistique. Sur scène, attendez-vous à une déflagration rageuse montant crescendo. Le lendemain, Le Ciel nous fait ravaler notre fiel. On commençait à lui soupçonner une mono-maniaquerie scandinave, et nous voilà face à l’une des plus grandes promesses de live rock à Grenoble depuis ce début d’année, dispensée par deux représentants flamboyants d’une scène rock anglaise en pleine mutation. N’accompagnant aucune mode précise, et donc moins sous les feux des projecteurs que certains de leurs jeunes collègues britanniques (suivez notre regard fluo), ces deux formations méritent tout autant d’être reconnues, si possible dans une salle pleine. Les londoniens de 586 versent dans un rock foutraque, gorgé de sons synthétiques venus d’un autre temps, assorti de lyrics et de mélodies hystériquement contem

Continuer à lire