Je compte sur vous

ECRANS | De Pascal Elbé (Fr, 1h38) avec Vincent Elbaz, Julie Gayet, Zabou Breitman…

Vincent Raymond | Mardi 22 décembre 2015

Pourquoi les artistes, et tout particulièrement les comédiens, éprouvent-ils une telle attirance pour les escrocs ? Sans doute parce qu'ils reconnaissent en eux des doubles inversés, des alter ego tombés du mauvais côté de la loi ou de la morale, puisqu'ils usent de leurs talents à des fins exclusivement crapuleuses.

Pascal Elbé ne fait pas exception, fasciné qu'il a été par la "carrière" de Gilbert Chikli, inventeur d'une méthode d'extorsion douce reposant sur la séduction vocale. En jouant de son autorité et de son charisme au téléphone, mais également en décryptant le profil psychologique de ses victimes (et leurs éventuelles fragilités), le détrousseur les convainc qu'il est habilité à exiger d'eux un transfert de fonds. Après enquête, Elbé a rencontré Chikli ; il s'est inspiré de ce mythomane toxique pour composer son scénario… avant de bien vite s'en éloigner.

Osera-t-on dire qu'il signe un polar "honnête", à défaut d'être flamboyant ? "Son" Gilbert a trop de circonstances atténuantes : l'origine de sa malhonnêteté est imputée à sa mère, elle-même indélicate ; il est inconséquent, joueur et quelque part victime de malfrats plus puissants. Et puis, il manque d'assurance dans son timbre. C'est là qu'on regrette que Pascal Elbé n'ait pu, faute de temps de tournage, assumer le rôle en même temps que la réalisation : avec sa tessiture plus posée que Vincent Elbaz, plus grave et inquiétante également, et son regard capable de passer à travers un téléphone, il aurait été parfait.


Je compte sur vous

De Pascal Elbé (Fr, 1h38) avec Vincent Elbaz, Julie Gayet...

De Pascal Elbé (Fr, 1h38) avec Vincent Elbaz, Julie Gayet...

voir la fiche du film


Un homme, un téléphone portable, plusieurs millions d’euros dérobés, une quarantaine d’établissements bernés. Drogué à l’adrénaline que ses arnaques lui procurent, Gilbert Perez manipule et trompe ses victimes avec brio en se faisant passer tour à tour pour leur président puis un agent de la DGSE.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

24 jours

ECRANS | D’Alexandre Arcady (Fr, 1h50) avec Zabou Breitman, Jacques Gamblin, Pascal Elbé…

Christophe Chabert | Mardi 29 avril 2014

24 jours

« La vérité sur l’affaire Ilan Halimi » dit le sous-titre façon Faites entrer l’accusé de 24 jours. Arcady choisit d’entrée son point de vue, celui de la famille Halimi et surtout de la mère, qui devine ce que la police se refuse de voir : l’enlèvement n’est pas seulement crapuleux, mais aussi motivé par un antisémitisme aussi stupide que dangereux. OK. À partir de là, et même si Arcady voudrait nous le faire oublier (« la vérité » du sous-titre), 24 jours est avant tout du cinéma, et sur ce critère-là, il est simplement calamiteux. D’abord, Arcady trahit son point de vue initial et va filmer le gang des barbares, réduits à des jeunes de banlieue wesh wesh et à un Youssouf Fofana représenté comme le plus caricatural des bad guys de série B – sa première apparition de face, au ralenti avec musique menaçante, est à hurler de rire. Clichés regrettables dans un film qui prétend justement dénoncer ceux qui les véhiculent… Les flics ne sont pas mieux lotis : s’exprimant avec des dialogues à la Julie Lescaut, ils sont des ectoplasmes que le cinéaste ridiculise sans vergogne – et ses acteurs avec, le pauvre Jacques Ga

Continuer à lire

Le Fils de l’autre

ECRANS | De Lorraine Levy (Fr, 1h45) avec Emmanuelle Devos, Pascal Elbé, Jules Sitruk…

François Cau | Vendredi 30 mars 2012

Le Fils de l’autre

Casse-gueule au possible, le sujet du Fils de l’autre ressemble à une version sérieuse de La Vie est un long fleuve tranquille transposé dans le contexte israélo-palestinien. Soient deux couples, l’un juif, l’autre arabe, dont les enfants ont été échangés par inadvertance à la maternité et qui, dix-sept ans plus tard, découvrent la méprise. Peut-être consciente qu’elle marche sur des œufs, Lorraine Levy (sœur de Marc et réalisatrice de deux films plutôt oubliables jusqu’ici) s’applique à se sortir par le haut des embûches de son script. Le questionnement identitaire des deux ados, notamment, est finement traité, l’enfant de Gaza ayant déjà une longueur d’avance sur son «frère» de Tel-Aviv, maturité acquise dans l’adversité et lui offrant un recul salutaire face à la situation. À l’arrivée, cette identité apparaît avant tout comme une construction culturelle, et non une question de sang ou de sol, donc aisément déplaçable. Levy choisit clairement d’aller vers l’optimisme, ce qui lui évite, à la différence du récent Une bouteille à la mer, de tomber dans

Continuer à lire