Cristian Mungiu : « Avoir la vraie vie sur l'écran »

ECRANS | Découvert et palmé à Cannes avec "4 mois, 3 semaines, 2 jours" (2007), le cinéaste roumain Cristian Mungiu poursuit sa route avec une minutieuse exigence, en conjuguant lucidité et bienveillance – pour ses personnages comme ses comédiens. En témoigne "Baccalauréat", en salle cette semaine.

Vincent Raymond | Mardi 6 décembre 2016

Photo : © Dan Beleiu


Dans Baccalauréat, votre personnage Romeo n'habite nulle part : ni chez lui, ni chez sa maîtresse, ni chez sa mère. Il est presque un sans domicile fixe…

Cristian Mungiu : C'est quelqu'un qui cherche des solutions ; il se trouve dans un moment de la vie où il a davantage de doutes que de réponses : il part d'un canapé, il finit sur un autre canapé… Je voulais faire le portrait de quelqu'un qui se sent coupable, et essayer que le spectateur comprenne ce qu'il ressent.

Dans un film, c'est compliqué de parvenir à cela ; encore plus lorsqu'il est tourné en plan-séquence. J'espère que l'on partage cette angoisse de Romeo qui, parce qu'il mène une double vie, a toujours l'impression que quelqu'un le suit.

Pourquoi êtes-vous autant attaché au plan-séquence ?

C'est ma philosophie. Lorsqu'on utilise le montage, ce n'est pas compliqué de faire du cinéma. Mais si l'on crée des scènes de 4, 5, 6 ou 8 minutes comme je le fais en plan-séquence, alors il faut être précis, comme un chorégraphe dans un spectacle. J'essaie de respecter des continuités de temps pour avoir la vraie vie sur l'écran.

Ensuite, je répète beaucoup, car c'est dans le tournage que se fait le film. Je fais beaucoup de prises, ce qui est très difficile pour les comédiens. Après dix ou vingt prises, ils entrent dans une routine, ils ne réfléchissent plus à ce qu'ils doivent dire, car il savent leur texte. On prend alors des décisions très précises sur ce qu'ils doivent faire en détail. C'est là que la liberté vient ; que les comédiens se concentrent sur ce qu'ils ressentent en tant que personnages.

Les dix dernières prises sont bonnes pour moi. Parfois, il faut aller au-delà de la vingt-cinquième. Si à 18h je sens que je n'aurai pas la bonne, je peux décider de continuer le lendemain. Ça aide que je sois mon propre producteur, je n'ai pas de pression extérieure (sourire). Et à la fin, je ne mets pas de musique, car on n'entend pas de musique quand on ressent de l'émotion dans la vraie vie.

Comme le public roumain a-t-il reçu votre film ?

Très bien. Beaucoup de gens sont venus le voir… Mais pas la presse, qui a trouvé que nous ne donnions pas le meilleures images du pays aux Occidentaux. Cela dit, nous n'avons pas de presse culturelle, ni de presse cinéma d'ailleurs : seuls des journalistes de quotidiens généralistes ont écrit sur le sujet du film, pas sur sa forme.

En tant qu'artistes, nous avons le devoir de dire ce que nous pensons, de changer les choses par l'image. Si nous les cachons, ça n'aidera pas à les changer. Le paradoxe, c'est que les gens se sentent très fiers que j'aie eu le prix de la mise en scène à Cannes, Mais, lorsque je leur demande s'ils ont vu mes films, ils me disent "pas encore".

Les récompenses sont plus populaires chez nous que les films, car nous n'avons pas vraiment de tradition cinéphile. En plus, en une génération, nous avons perdu 400 salles de cinémas et l'habitude de découvrir les films avec les autres dans le noir. Les jeunes regardent les films sur internet ; ce n'est pas pareil…

Avez-vous le sentiment que votre génération est déçue par l'évolution du pays depuis la fin de l'ère Ceaușescu ?

Nous n'avons peut-être pas accompli de progrès assez important en vingt-six ans. D'un point de vue historique, vingt-six ans pour un pays, ce n'est pas grand-chose, mais en même temps à l'échelle d'une vie personnelle, c'est énorme ! Après la chute du communisme, on a commencé par avoir de grands espoir : à croire que la liberté, l'honnête tomberaient du ciel, que la société serait exceptionnelle… Aujourd'hui, il y a des frustrations : il faut toujours connaître quelqu'un, entretenir des réseaux et des relations.

Chaque génération depuis la Seconde guerre mondiale a été appelée la "génération du sacrifice" : celle de mes parents, la mienne (à cause du décret Ceaușescu sur l'avortement) et à présent celle de nos enfants. Quand il n'y a que des "générations du sacrifice" dans un pays, c'est qu'il faut changer quelque chose.


Baccalauréat

De Cristian Mungiu (Rou-Fr, 2h08) avec Adrian Titieni, Maria Dragus...

De Cristian Mungiu (Rou-Fr, 2h08) avec Adrian Titieni, Maria Dragus...

voir la fiche du film


Romeo, médecin dans une petite ville de Transylvanie, a tout mis en œuvre pour que sa fille, Eliza, soit acceptée dans une université anglaise. Il ne reste plus à la jeune fille, très bonne élève, qu’une formalité qui ne devrait pas poser de problème : obtenir son baccalauréat. Mais Eliza se fait agresser et le précieux Sésame semble brutalement hors de portée. Avec lui, c’est toute la vie de Romeo qui est remise en question quand il oublie alors tous les principes qu’il a inculqués à sa fille, entre compromis et compromissions…


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Baccalauréat" : les meilleures intentions, avec mention

ECRANS | Un médecin agit en coulisses pour garantir le succès de sa fille à un examen, au risque de renier son éthique. Entre thriller et conte moral, Cristian Mungiu signe une implacable chronique de la classe d’âge ayant rebâti la Roumanie post-Ceaușescu – la sienne. Lucide et captivant.

Vincent Raymond | Mardi 6 décembre 2016

Que reste-t-il en Roumanie quand on a tout oublié du communisme ? Son administration procédurière, ainsi que ses passe-droits, ses renvois d’ascenseurs, ses faveurs… Une source inépuisable d’inspiration pour les cinéastes du cru : après Corneliu Porumboiu (Policier : Adjectif, Le Trésor) ou et Radu Muntean (L’Étage du dessous), voici que Cristian Mungiu s’en empare. Pas pour une simple histoire de corruption ou de prévarication (car le héros, Romeo, demeure en dépit de ses travers conjugaux, un honnête homme) mais bien pire : l’autopsie d’un renoncement personnel ; d’un sabordage moral symbole d’un échec collectif. L’échec d’une génération d’idéalistes, jadis désireux de reconstruire sur des bases saines leur pays s’ouvrant au monde, mais qui peu à peu se sont transformés en

Continuer à lire

Rentrée cinéma 2016 : comme un (faux) air de déjà-vu

ECRANS | Un "Harry Potter", un "Star Wars", un Marvel, un Loach Palme d’or… Non non, nous ne sommes pas victimes d’un sortilège nous faisant revivre en boucle la dernière décennie, mais bel et bien face à la rentrée cinéma 2016. Une rentrée qui nous promet tout de même quelques belles surprises, plus ou moins tapies dans l'ombre. Tour d'horizon.

Vincent Raymond | Jeudi 25 août 2016

Rentrée cinéma 2016 : comme un (faux) air de déjà-vu

Après un gros premier semestre dévolu aux blockbusters, la fin de l’année accueille traditionnellement le cinéma d’auteur – exception faite des incontournables marteaux-pilons de Thanksgiving et Noël, conçus pour vider une bonne fois pour toutes les goussets des familles. Dans cette catégorie, les candidats 2016 sont, dans l’ordre, Les Animaux fantastiques de David Yates (16 novembre), spin off de la franchise Harry Potter, et Rogue One : A Star Wars Story de Gareth Edwards (14 décembre). Qui de Warner ou Disney l’emportera ? Mystère... Un peu avant (26 octobre), Benedict Cumberbatch tentera de déployer la bannière Marvel dans le film de Scott Derrickson, Doctor Strange – un second couteau parmi les superhéros. Cette impression d’avoir à faire à des versions alternatives ou dégraissées de vieilles connaissances se retrouve aussi chez Tim Burton qui signe avec Miss Peregrine et les enfants particuliers (5 octobre) un nouveau conte fantastique sans Helena Bonham Carter, ni Johnny Depp, ni son compositeur fétiche Danny Elfman ! Au moins, on peut espérer un sou

Continuer à lire

Au-delà des collines

ECRANS | Revenu de sa Palme d’orde "4 mois, 3 semaines, 2 jours", Cristian Mungiu déçoit quelque peu en racontant longuement et très en détails le calvaire d’une jeune femme qui, par amour, se retrouve en proie au fanatisme religieux. Un film programmatique et dogmatique, sauvé par de beaux éclats de mise en scène. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 15 novembre 2012

Au-delà des collines

On a pris pour règle de n’évoquer qu’allusivement la conclusion des films, et l'on s’y tiendra une fois de plus avec Au-delà des collines, ne serait-ce que pour laisser le lecteur faire l’expérience par lui-même : à partir de quand la devinera-t-il ? Et, du coup, à partir de quand subira-t-il le programme de Cristian Mungiu, sachant que celui-ci se déploie en 150 longues minutes qui, film roumain oblige, jouent à fond la carte du plan séquence et du temps réel. On se souvient de l’émotion ressentie lors de la découverte de 4 mois, 3 semaines, 2 jours : Mungiu s’y montrait à la fois exigeant dans la forme et palpitant dans l’avancée de son récit, tendu comme un thriller ; Au-delà des collines cherche à réitérer l’exploit. Tout commence par les retrouvailles entre Alina et Voichita : une étreinte sur un quai de gare, puis une brève séquence d’intimité topless, en disent long sur la relation amoureuse qui les unit. Alina est venue chercher Voichita pour l’emmener avec elle tenter sa chance en Allemagne. Mais Voichita a changé, et le monastère orthodoxe isolé où elle a trouvé refuge lui offre une possibilité de "rédemption". Obstination S

Continuer à lire

Beaucoup d’amour, peu d’érections

ECRANS | Le 65e festival de Cannes arrive déjà à mi-parcours de sa compétition, et celle-ci paraît encore bien faible, avec ce qui s’annonce comme un match retour de 2009 entre Audiard et Haneke et une forte tendance à la représentation du sentiment amoureux. Christophe Chabert

Aurélien Martinez | Lundi 21 mai 2012

Beaucoup d’amour, peu d’érections

Serait-ce la nouvelle loi cannoise ? Pour une année de compétition passionnante, la suivante serait forcément décevante ou mineure. Le cru 2009 était exceptionnel, celui de 2010 fut cauchemardesque ; l’édition 2011 était brillante, celle de 2012 a démarré piano. Tout avait pourtant bien commencé avec un film d’ouverture extraordinaire, Moonrise kingdom de Wes Anderson, et la projection du Audiard, De rouille et d’os. Puis vint le temps des désillusions : par exemple Après la bataille de Yousri Nasrallah, qui se complait dans une forme de soap opéra ultra-dialogué alors qu’il avait manifestement l’envie de retrouver le lustre des grands mélodrames égyptiens. Évoquant la Révolution récente, le cinéaste tombe dans le piège du cinéma à sujet, didactisme balourd que l’intrigue sentimentale ne vient pas alléger, au contraire. Nasrallah veut aborder tous ses enjeux en même temps, mais oublie complètement de les mettre en scène. Catastrophe aussi avec Paradis : Amour d’Ulrich Seidl, où la misanthropie du réalisateur éclate à tous les plans. Fustigeant à la fois les vieilles Autrichiennes qui vont au Kenya pour se payer une tranche de tourisme sexuel e

Continuer à lire

Contes de l’âge d’or

ECRANS | De Ioana Uricaru, Hanno Höffer, Cristian Mungiu… (Roumanie, 1h28) avec Diana Cavaliotti, Vlad Ivanov…

Christophe Chabert | Dimanche 11 juillet 2010

Contes de l’âge d’or

Présenté à Cannes en un seul film de 2h20, puis coupé en deux pour sa sortie en salles françaises, "Contes de l’âge d’or" voit son deuxième volet (avec un sketch supplémentaire et inédit, "La Fille au dindon") débarquer discrètement en plein été… Autant dire en mission suicide, d’autant plus que cette deuxième fournée est moins immédiatement séduisante que la première, qui se concentrait sur les comédies pures du lot. Ici, le ton est plus doux-amer et les «légendes» racontent surtout d’étranges histoires d’amour. Celle du «livreur de poules» est pourtant un modèle de ce que le cinéma roumain fait de mieux aujourd’hui : un fonctionnaire (Vlad Ivanov, l’avorteur de "4 mois, 3 semaines, 2 jours" et le policier dialecticien de "Policier, adjectif") parcourt chaque jour les routes avec un camion chargé de poulets. Sa seule étape se fait dans un petit restaurant, et le livreur va lentement tomber amoureux de la patronne, organisant pour ses beaux yeux le vol dérisoire des œufs de sa cargaison. Dans la Roumanie de Ceaucescu, quel est le plus grand crime ? Se laisser aller à la possibilité d’un adultère ou détourner la propriété, aussi ridicule soit-elle, de l’État ? La question est posée

Continuer à lire