"Alibi.com" : oh que c'est rance

ECRANS | de et avec Philippe Lacheau (Fr., 1h30) avec également Élodie Fontan, Julien Arruti, Didier Bourdon…

Vincent Raymond | Mardi 14 février 2017

Photo : StudioCanal


Spécialisé dans la fabrication de fausses excuses pour particuliers mythomanes, Greg tombe amoureux de la fille d'un de ses clients, à laquelle il cache ses activités. Car elle ne supporte pas le mensonge. La suite ? Quiproquos, chassés-croisés, poursuites. Ronzzzzzz…

L'équipe de Babysitting accélère la cadence en multipliant les productions surfant sur les thématiques au goût bien écœurant du jour : l'étalage obscène de sa réussite et de son fric, peu importe sa provenance. Le héros, un néo-bourgeois, est une crapule, et le pauvre ou le Gitan (bientôt le Rom, en attendant la prochaine minorité de saison), son faire-valoir sur lequel il peut s'essuyer les pieds, si ce n'est autre chose. Issu de la même mouvance, À fond (dont le scénario tient pourtant sur le ticket de métro d'une strip-teaseuse glabre) parvenait à décrocher davantage de sourires.

Il faut beaucoup aimer Nathalie Baye pour comprendre son envie de défendre son rôle de belle-mère. Mais ceux qui l'ont applaudie dans Absolument fabuleux ou sa réclame pour les croisières trouveront les arguments…


Alibi.com

De Philippe Lacheau (Fr, 1h30) avec Philippe Lacheau, Elodie Fontan...

De Philippe Lacheau (Fr, 1h30) avec Philippe Lacheau, Elodie Fontan...

voir la fiche du film


Greg a fondé une entreprise nommée Alibi.com qui crée tout type d'alibi. Avec Augustin son associé, et Medhi son nouvel employé, il élabore des stratagèmes et mises en scène imparables pour couvrir leurs clients. Mais la rencontre de Flo, une jolie blonde qui déteste les hommes qui mentent, va compliquer la vie de Greg, qui commence par lui cacher la vraie nature de son activité. Lors de la présentation aux parents, Greg comprend que Gérard, le père de Flo, est aussi un de leurs clients...


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Nicky Larson et le parfum de Cupidon" : Philippe Lacheau en odeur de sainteté ?

ECRANS | de et avec Philippe Lacheau (Fr, 1h39) avec également Élodie Fontan, Tarek Boudali…

Vincent Raymond | Lundi 4 février 2019

Tsunami de neige à prévoir ? Signe annonciateur de la naissance de l’antéchrist ? Comprenez que l’on soit tourneboulés : voici que l’on s’apprête à vanter les qualités objectives d’un film signé par Philippe Lacheau. Preuve qu’il ne faut jamais désespérer de rien ni de personne et combattre en permanence ses préjugés – quitte à engloutir chaque année autant de navets qu’un troupeau meuglant. Peut-être fallait-il qu’il se plonge dans l’adaptation d’un souvenir d’enfance : la transposition française de l’anime Nicky Larson, lui-même adaptation du manga de Tsukasa Hōjō. Si l’original nippon était plutôt salé, la version hexagonale cultivait pour des raisons de censure une dérision égrillarde pas très éloignée des obsessions gonadotropes de la Bande à Fifi. En cuisinant sa madeleine à sa sauce, Lacheau a intégré ce second degré français, et truffé le tout de références générationnelles assez discrètes pour qu’elles ne parasitent pas l’intrigue. Une intrigue taille string, certes, mais suffisante pour porter l’absurdité de cet univers : le détective Nicky Larson, obsédé notoire, est engagé pour retrouver un parfum qui re

Continuer à lire

Pierre Niney : « Le film n’est pas un biopic sur Romain Gary »

ECRANS | Dans "La Promesse de l'aube", Pierre Niney enfile un nouveau costume prestigieux : celui d’un auteur ayant au moins autant vécu d’existences dans la vraie vie que dans ses romans, Romain Gary. Rencontre avec un interprète admiratif de son personnage.

Vincent Raymond | Lundi 18 décembre 2017

Pierre Niney : « Le film n’est pas un biopic sur Romain Gary »

Comment êtes-vous passé du statut de lecteur de Romain Gary – et de connaisseur selon votre metteur en scène – à celui d’interprète de son personnage ? Pierre Niney : Éric Barbier dit que je connais très bien Romain Gary, mais ce n’est pas vrai (sourires) ! Je connaissais La Promesse de l’aube que j’adorais, mais peu Gary. Il m’a parlé de son film, qui est une adaptation d’une adaptation de certains épisodes de la vie de Gary, et notamment de ce lien complètement fou, démesuré, toxique et inspirant avec sa mère. On a pris la liberté de s’écarter d’une réalité factuelle de la vie de Gary. Ce n’est donc pas un biopic, car ce n’était pas l’intention du livre : un autobiographe a rarement l’intention de dire la stricte vérité ; surtout pas Gary, dans aucun de ses livres. Le fils de Romain Gary, Diego, avait fait la remarque : « ma grand-mère s’appelait Mina et pas Nina ». Cette distance-là est importante. Je joue donc un "personnage", à qui il arrive des choses extraordinaires qui sont réellement arrivées à Gary dans beaucoup de moments de son livre. Les chose

Continuer à lire

"La Promesse de l'aube" : Romain Gary en grand format

ECRANS | Le réalisateur français Éric Barbier a adapté le fameux roman du tout aussi fameux Romain Gary. Une réussite portée par le tandem Pierre Niney - Charlotte Gainsbourg dans le rôle du fils et de la mère.

Vincent Raymond | Lundi 18 décembre 2017

Mexique, fin des années 1950. S’isolant de la fièvre de la Fête des morts, le diplomate et écrivain Romain Gary entreprend, la quarantaine révolue, de raconter dans un livre ce qui l’a conduit à mener toutes ses vies : une promesse faite à la femme de sa vie, sa mère… Le roman de Romain Gary se prête merveilleusement à l’adaptation (donc aux nécessaires trahisons) dans la mesure où l’auteur était le premier à enjoliver des faits trop plats afin de gagner en efficacité romanesque – il pratiquait le "mentir-vrai" d’Aragon à un niveau d’expert. Ce préalable étant connu, on peut considérer qu’une transposition prenant quelques libertés avec le texte-source à des fins narratives ou esthétiques fait preuve de la plus respectueuse des fidélités à l’égard de l’esprit du romancier. Telle cette version signée Éric Barbier, d’une ressemblante dissemblance. La mère de toutes les batailles Le cinéaste y déploie ses qualités que sont l’ambition et la sincérité, indispensables atouts pour marier l’épique, le picaresque, l’académisme et le cocasse autour de cette drôle de fresque où la mère devient un personnage sous la plume d’un fils qu’elle a

Continuer à lire

Les Trois frères, le retour

ECRANS | De et avec Didier Bourdon, Bernard Campan, Pascal Légitimus (Fr, 1h46)

Benjamin Mialot | Mardi 11 février 2014

Les Trois frères, le retour

« Ça va pas recommencer », maugrée Pascal Légitimus, au moment où ses demi-frangins s'apprêtent à torpiller la petite vie de gigolo servile qu'il mène auprès d'une riche rombière aux goûts à peine moins criards que ceux de Liberace. Eh si, ça recommence : quinze ans après le film qui acheva de faire d'eux des piliers (de comptoir ?) du rire à la française, Les Inconnus, comme Le Splendid avant eux, cèdent à la tentation de "la suite de trop". Et c'est comme si le temps s'était arrêté entre les deux épisodes. Campan est toujours un paumé plein de bons sentiments (stand-upper sans talent, il crèche dans une caravane), Bourdon un beauf sans ambition (maqué à une caricature de vieille fille, il prétend enseigner alors qu'il gère un sex-shop en ligne), Légitimus un flambeur mythomane (voir plus haut). Bref, trois losers désargentés et en délicatesse les uns avec les autres qu'un reliquat d'héritage va contraindre à réévaluer le sens du mot "famille". Sauf que cette fois, il s'agit d'une dette, renversement prétexte à un déroulé d'une absolue f

Continuer à lire

Jacky au royaume des filles

ECRANS | Après "Les Beaux gosses", Riad Sattouf monte d’un cran son ambition de cinéaste avec cette comédie sophistiquée, aussi hilarante que gonflée, où il invente une dictature militaire féminine qu’il rend crédible par des moments de mise en scène très inspirés… Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 24 janvier 2014

Jacky au royaume des filles

Il était une fois la République Démocratique de Bubune, où les femmes ont le pouvoir qu’elles exercent par la force, où les hommes sont réduits à porter une proto-Burka (la « voilerie »), où les pauvres mangent une bouillie immonde plutôt que des « plantins »… L’autarcie de cette dictature militaire et féminine est aussi un principe de mise en scène pour Riad Sattouf : pas de contrechamp sur l’extérieur (simplement appelé « l’étranger »), mais une immersion dans ce monde créé de toutes pièces, où l’on s’amusera à pister les éléments prélevés dans des pays existants. Il y a donc un peu de Corée du Nord, d’Iran façon Ahmadinejad et de Russie poutinienne, ou encore d’Inde à travers les castes et les vaches sacrées ici transformées en « chevallins ». L’environnement de cette comédie hallucinante et hallucinée est tenu d’un bout à l’autre avec sa calligraphie, son histoire, son langage, et il n’y a qu’à y propulser un héros sans qualité, Jacky (Vincent Lacoste, le Bernard Menez des années 2000), qui se masturbe en pensant à la Colonelle promise à prendre le pouvoir (Charlotte Gainsbourg, aussi géniale et troublante ici que chez von Trier),

Continuer à lire