​Nicolas Silhol : « Je n'avais pas envie de faire un reportage »

Interview | Les RH que l’on porte dans le cœur sont rares. Pourtant, c’est bien sur ce métier clivant que le réalisateur Nicolas Silhol a décidé de tourner "Corporate", son premier thriller. Entretien avec le patron du film.

Julien Homère | Mardi 4 avril 2017

Photo : Mathieu Perrichet


Pourquoi sept ans séparent Corporate de votre précédent film — le court-métrage L'Amour propre ?

Nicolas Silhol : Ce film a demandé une longue écriture. Mes scénaristes et moi-même ne voulions trahir personne en simplifiant. J'avais une approche théorique : mes sources étaient les inspecteurs du travail, les sociologues et les philosophes. J'ai lu un rapport de Sylvie Catala, la première à avoir enquêté sur les suicides à France Télécom, permettant de montrer au grand jour le système de management dans l'entreprise.

Il faut savoir que la majorité des inspecteurs sont des inspectrices. À leur contact, on a compris que leur métier a mauvaise réputation alors qu'elles rappellent juste le droit. Elles ne sont pas là pour sanctionner mais pour être pédagogues. Le droit fait autorité et permet de fixer des limites. Les enjeux du film étaient donc juridiques et éthiques.

Comment faire une fiction en digérant ces sources documentaires ?

Je n'avais pas envie de faire un reportage. Très modestement, Sidney Lumet m'a beaucoup inspiré avec ses polars sociaux comme Serpico ou Prince of the City dans lesquels un personnage s'inscrit en rupture du système. Notre couple inspectrice/RH se nourrissait aussi beaucoup de la relation Russell Crowe/Al Pacino dans The Insider de Michael Mann. Dans le cinéma français, L'Exercice de l'État de Pierre Schoeller a été une influence : il arrive à créer du cinéma avec un sujet très technique.

Pourquoi critiquer le milieu de l'entreprise en particulier ?

Au moment de l'écriture, les systèmes de management par la terreur étaient dans les entreprises privées et commençaient à venir vers le public avec France Télécom. Aujourd'hui, la Poste et l'hôpital sont des secteurs contaminés. Je ne voulais pas en faire un film d'entreprise et souhaitais élargir la problématique qui est la place du travail dans nos vies, pas le suicide en entreprise.

Traiter ce milieu-là et ses codes ont-ils refroidi des producteurs potentiels ?

Le film parle d'un sujet très difficile et délicat, voire un peu tabou. Ceux qui ont embarqué sur le projet le voulaient vraiment comme la Région Auvergne-Rhône-Alpes et Canal Plus. C'était des soutiens indéfectibles. Ils n'étaient pas nombreux : on sentait que les gens ne voulaient pas se mouiller.

On a ainsi eu beaucoup de mal à trouver des entreprises qui acceptent qu'on filme dans leurs locaux. Au début, j'aurais aimé pouvoir tourner dans de vrais bureaux en Auvergne-Rhône-Alpes. Mais à chaque fois qu'on a eu des touches avec des entreprises, ça coinçait sur le sujet. On a été obligés de travailler sur un plateau nu pour ensuite créer un bureau de toutes pièces.


Corporate

De Nicolas Silhol (Fr, 1h35) avec Céline Sallette, Lambert Wilson...

De Nicolas Silhol (Fr, 1h35) avec Céline Sallette, Lambert Wilson...

voir la fiche du film


Émilie Tesson-Hansen est une jeune et brillante responsable des Ressources Humaines, une « killeuse ». Suite à un drame dans son entreprise, une enquête est ouverte. Elle se retrouve en première ligne. Elle doit faire face à la pression de l’inspectrice du travail, mais aussi à sa hiérarchie qui menace de se retourner contre elle. Émilie est bien décidée à sauver sa peau. Jusqu’où restera-t-elle corporate ?


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Corporate" : entreprise de destruction

ECRANS | De Nicolas Silhol (Fr, 1h35) avec Lambert Wilson, Céline Sallette, Stéphane De Groodt…

Julien Homère | Mardi 4 avril 2017

Responsable des ressources humaines, Émilie se trouve impliquée dans une enquête de l’inspection du travail après que s’est produit un suicide dans son entreprise. Jusqu’où restera-t-elle fidèle à sa hiérarchie ? D’une grande rigueur réaliste et peuplé d’un casting hétéroclite venant de la télé, du théâtre ou du cinéma classique, Corporate dissèque les méthodes de management amorales mais totalement acceptées par nos entreprises modernes. Enveloppant son histoire d’une mise en scène économe, froide et sans éclat, son discours sur l’injustice sociale demeure louable mais aurait été plus audible dans un documentaire (même si ce n'était pas le but comme nous l'a expliqué le réalisateur en interview). À se demander si le récit de Nicolas Silhol ne passe pas à côté de son sujet tant l’inspectrice du travail (justement campée par Violaine Fumeau) et son regard sur cet univers sans pitié placent au second plan une intrigue policière dispensable.

Continuer à lire

De vendredi à dimanche, c'est Grési’Films

ECRANS | Pendant trois jours, l’Espace Aragon participe, aux côtés du cinéma Bel’Donne à Allevard et du Jean-Renoir à Pontcharra, à un super week-end de cinéma, programmant (...)

Vincent Raymond | Mercredi 15 mars 2017

De vendredi à dimanche, c'est Grési’Films

Pendant trois jours, l’Espace Aragon participe, aux côtés du cinéma Bel’Donne à Allevard et du Jean-Renoir à Pontcharra, à un super week-end de cinéma, programmant des films du matin au soir, des courts-métrages et des animations. Cerise sur projo, plusieurs avant-premières sont prévues dont Django et Corporate tournés dans la région ainsi que Sage Femme et Paris la Blanche. Du vendredi 17 au dimanche 19 mars à l’Espace Aragon, Villard-Bonnot

Continuer à lire