Le Booooom #3 : quand le cinéma parle de cinéma

Événement | Le Booooom, ce sont « des rencontres cinéma décalées, innovantes et participatives destinées aux 15-25 ans qui se déroulent dans l’ensemble de la Région Auvergne-Rhône-Alpes ». Pour cette nouvelle édition, concernant l'agglo grenobloise, on a rendez-vous à Vizille, La Mure et Grenoble avec, notamment, un film culte.

Vincent Raymond | Lundi 15 mai 2017

Si vous n'aimez pas la mer, si vous n'aimez pas la montagne, si vous n'aimez pas la campagne ; allez au cinéma ! En particulier si vous avez entre 15 et 25 ans, à l'occasion du Booooom (oui, avec 5 “o”), un festival "éclaté" en Auvergne-Rhône-Alpes – ce qui est bien normal, puisqu'il est organisé et coordonné par le Réseau Médiation Cinéma M'Ra, une heureuse initiative régionale. Chaque année au mois de mai, ce Booooom propose à ses salles partenaires (27 au total) de programmer une ou plusieurs séances ou soirées événementielles autour d'une thématique commune. Le millésime 2017 sera réflexif : il sera en effet question de "l'envers du décor", grâce à des films parlant du cinéma.

Cette mise en abyme donne lieu à une foule d'alléchantes propositions, dont celle du Jeu de Paume de Vizille ce mercredi 17 mai dès 17h : une double programmation "améliorée". Après un accueil séance photo, la soirée débutera par le fameux Soyez sympas, rembobinez de Michel Gondry, ode potache au suédage. Après cette mise en appétit, vous serez à point pour profiter de la pause pizza offerte, et digérer avec une activité mime de scènes de films cultes. Puis, à 20h, un second film ravira tous les amateurs de Carioca comme les nostalgiques des Nuls : grâce à La Cité de la peur d'Alain Berberian, vous aurez déjà l'impression d'être sur la Croisette ; vous finirez en beauté par quelques courts métrages et un quiz.

Rebelote le lendemain vendredi 18 dès 17h30 au Cinéma de La Mure avec les mêmes films, des animations et de la pizza. Quant au cinéma le Méliès de Grenoble, il proposera la seule Cité de la peur le mardi 23 à 18h30, mais avec un buffet décalé en sus. Ça mérite bien 5 "oh !".

Le Booooom #3
Jusqu'au 31 mai dans les salles participantes


La Cité de la peur

de Alain Berbérian et Alain Chabat (Fr, 1994, 1h39) avec Alain Chabat, Sam Karmann, Hélène de Fougerolles...

de Alain Berbérian et Alain Chabat (Fr, 1994, 1h39) avec Alain Chabat, Sam Karmann, Hélène de Fougerolles...

voir la fiche du film


Odile Deray, attachée de presse, vient au Festival de Cannes pour présenter le film "Red is Dead". Malheureusement, celui-ci est d'une telle faiblesse que personne ne souhaite en faire l'écho. Mais lorsque les projectionnistes du long-métrage en question meurent chacun leur tour dans d'étranges circonstances, "Red is dead" bénéficie d'une incroyable publicité. Serge Karamazov est alors chargé de protéger le nouveau projectionniste du film...


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Faisez tous comme nous, revoyez "La Cité de la peur"

ECRANS | Ce sera vendredi 31 mai à 19h45 aux Pathé Chavant et Échirolles. Et ce sera forcément culte !

Élise Lemelle | Mardi 28 mai 2019

Faisez tous comme nous, revoyez

Un quart de siècle après la sortie de La Cité de la peur, le film des Nuls (réalisé par Alain Berberian), Alain Chabat et Gérard Darmon (alias Serge Karamazov et le commissaire Patrick Bialès) sont remontés sur les planches. C’était à l’occasion d’une projection commémorative cannoise, et dans le but de redanser la carioca, leur improbable chorégraphie immortalisée dans une scène culte. Comme ils sont partageurs, ils proposent à tout un chacun de retrouver sur grand écran et en version restaurée ce long-métrage devenu depuis l'objet d’un culte bon enfant, et dont pas mal de monde connaît les répliques et l’histoire par cœur. L’histoire, justement, est celle d’un tueur en série qui terrorise le Festival de Cannes en assassinant tous les projectionnistes d’un film d’horreur minable dont il favorise sans le vouloir le succès. Une trame qui n’est bien sûr qu’un prétexte à une avalanche de gags absurdes, scatos, visuels ou encore parodi

Continuer à lire