"I am not Madame Bovary" : une femme puissante

ECRANS | de Feng Xiaogang (Chin., 2h18) avec Fan Bingbing, Guo Tao, Da Peng…

Vincent Raymond | Mardi 4 juillet 2017

Photo : Wild Bunch


Six mois après un divorce bidon dans le but d'obtenir un second appartement, Li Xuelian réclame que le tribunal déclare le jugement illégal mais, paradoxalement, le confirme – son coquin d'époux s'étant recasé ailleurs. Déboutée, l'obstinée Li va d'échelon en échelon, jusqu'à Pékin. Dix ans durant…

Une femme du peuple luttant avec entêtement pour son bon droit face à l'administration chinoise… La procédurière Li Xuelin ressemble beaucoup à la Qiu Ju dans le film homonyme de Zhang Yimou (1992) : à la base, son affaire paraît dérisoire ; elle prend pourtant peu à peu des dimensions éléphantesques, la plaignante refusant (à raison) toutes les solutions "amiables". Révélant les failles d'un système mangé par la corruption, elle parvient malgré elle à renverser la table, en dépit des nombreuses tentatives ourdies par les autorités pour la faire renoncer — certaines stupides, retorses, d'autres d'une perversité rare.

Nul n'est besoin d'être juriste pour apprécier cette réussite de Feng Xiaogang : son portrait de femme déborde de rebondissements, souvent drôles, jusqu'à un épilogue totalement désarçonnant. Sur cette trame initiale sèche comme un alinéa de Code civil, il tisse des personnages d'une formidable finesse en particulier dans leur mesquinerie (ah, la servilité des petits chefs ; ah, la bêtise des chefs se croyant malins !) en respectant un parti pris formel aussi déroutant et culotté que splendide : circonscrire toutes les séquences "campagnardes" dans le périmètre d'une image circulaire, et enfermer celles se déroulant à la capitale dans le cadre rigoureux d'un carré. Deux figures géométriques régulières pour marquer, notamment, des perceptions différentes de la régularité – ou l'art de s'accommoder de la régularité. Quand une contrainte esthétique bien pensée soutient la structure narrative…



entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter