Rodrigo Sorogoyen : « Faire un film de personnages plus qu'un un polar »

ECRANS | Avec "Que Dios Nos Perdone", en salle le 9 août, le jeune et affable Rodrigo Sorogoyen a signé l’un des thrillers les plus enthousiasmants de l’année. Rencontre avec un cinéaste qui compte déjà en Espagne.

Vincent Raymond | Mercredi 19 juillet 2017

Au vu de votre film, une question s'impose : avez-vous eu des problèmes avec votre mère ?!

Rodrigo Sorogoyen : Pas jusqu'à ce que je la tue (rires) ! Non, je l'adore. Mais c'est vrai qu'on a une relation particulière. Elle était séparée de mon père, je suis fils unique, donc on a une relation très étroite. C'est curieux parce qu'après ce film, j'ai fait un court-métrage qui s'appelle Madre (rires). Je devrais aller en psychanalyse (rires) !

Évidemment, il y a des références inconscientes et conscientes. Chaque fois qu'on parle d'un psychopathe qui l'est devenu en raison d'un traumatisme lié à sa relation avec sa mère, on pense à Psychose. Avec ma coscénariste Isabel Peña, on a essayé de ne pas copier…

Elle est votre partenaire d'écriture depuis toujours ?

Notre premier scénario a été pour un film avec seulement deux personnages, qui a été important dans notre histoire personnelle. Isabel me donne des choses qu'on n'obtiendrait pas avec deux hommes ou deux femmes. Pas parce qu'elle est femme, mais parce que c'est elle.

Y a-t-il eu beaucoup d'évolutions entre votre scénario et le montage final ?

On a beaucoup travaillé le scénario pendant deux ans, il n'a pas beaucoup changé. Dès le début, on voulait faire un film de personnages, plus qu'un un polar. On savait que le polar, c'était très important pour les producteurs et pour les spectateurs, et amusant pour nous – c'est génial pouvoir faire un film avec une course-poursuite, une fin, des victimes... – mais la psychologie des trois personnages principaux était plus intéressante.

La phase de montage a été la plus difficile : aussi dure et frustrante que l'écriture était amusante et le tournage agréable. Nous avions beaucoup de pression de producteurs, pour un film plutôt bon marché : il a coûté moins de 2 millions d'euros. Le premier montage durait 3 heures, j'ai dû couper une partie de l'enquête pas trop cinématographique : l'ennui des policiers qui ne trouvent rien – qui correspond pourtant à une réalité.

Le décor dans lequel vous situez votre film est critique à tout point de vue : social, politique, météorologique…

C'était l'une de nos premières décisions. Il était important d'avoir un contexte qui soit intéressant et qui se démarque. On a choisi la visite du Pape et les manifestations des Indignés parce que dramatiquement, c'était très fort de pouvoir mettre des policiers en train de frapper dans ce décor chaotique, avec la chaleur. C'était attrayant et intéressant au moment d'écrire le scénario, et puis parce qu'Isabel et moi avons vécu cette période, dans notre ville, à côté de notre maison.

La chaleur est davantage qu'un catalyseur : c'est presque un personnage, qui justifie d'ailleurs qu'un meurtre est commis avec un ventilateur…

La chaleur est venue très vite, car le contexte devait être estival : Madrid l'été, c'est génial, c'est l'enfer ! Tout le monde transpire et la violence augmente. Après, on voulait que l'assassin tue un personnage important. C'était génial qu'il le fasse avec un ventilateur, qu'il avait sous la main. Tout cela s'est construit lentement, organiquement…

Ce meurtre, justement, est inclus dans un plan-séquence particulièrement complexe. Comment l'avez-vous conceptualisé ?

Avec beaucoup d'attention et de préoccupation car je suis très “ami” des pirouettes techniques (rires) ! Je voulais que ce soit la scène la plus spectaculaire dans ce film qu'on désirait naturaliste. C'est l'unique moment où, dans une même scène, on change le point de vue des enquêteurs vers l'assassin car ils sont dans la même pièce. C'était justifié, obligé même, de faire un plan-séquence lorsque l'assassin s'enfuit en sautant par la fenêtre. On n'a pas coupé : c'est l'acteur qui joue l'assassin qui saute, avec un harnais qu'on a ensuite effacé. On a tourné avec une seule caméra mais deux opérateurs : le premier qui était dans la chambre du meurtre, a passé la caméra à un autre opérateur monté dans une grue quand l'assassin saute par la fenêtre. C'était techniquement très difficile, avec beaucoup de précision et de calcul. Mais je suis très content du résultat.

Est-il facile de faire le cinéma que l'on souhaite en Espagne lorsqu'on est un jeune réalisateur ?

Moi j'ai de la chance, je ne peux pas le nier, mais c'est une catastrophe ! On a des politiques qui ont déclaré la guerre à des cinéastes, à la culture en général et particulièrement à des cinéastes. Heureusement, je sais qu'on est très mis en valeur en Europe – je ne sais pas à quel pourcentage.

Vous imaginez-vous tenter l'aventure aux États-Unis ?

Pas vraiment… D'abord, mon anglais est horrible : c'est frustrant de ne pas comprendre ni pouvoir m'exprimer à 100%. Ensuite, la façon de faire ne me plaît pas. À Hollywood, il y a beaucoup de réalisateurs incroyables, mais très peu sont totalement libres. Et je sais que moi non plus, jamais, je ne le serai...

Après le beau succès ibérique de Que Dios Nos Perdone, quels sont vos projets ?

Nous tournons en ce moment un thriller politique, à nouveau avec Antonio de la Torre. Le protagoniste est un politique corrompu, en 2007-2008, quand commence la crise. La crise est une bénédiction pour les idées, pas pour la production (rires) ! On voulait raconter le moment avant que la corruption explose, quand tous les politiques se sentaient au-dessus des autres, jusqu'à ce que tous les cas sortent en 2007. C'est une fiction, mais quiconque connaît la situation politique espagnole verra des choses qui ressemblent à la réalité.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Madre" : vacances aux bords de la mère

ECRANS | De Rodrigo Sorogoyen (Esp.-Fr., 2h09) avec Marta Nieto, Anne Consigny, Alex Brendemühl

Vincent Raymond | Mardi 7 juillet 2020

Dix ans après la disparition subite de son fils sur une plage des Landes, Elena a quitté l’Espagne et sa vie ancienne pour travailler dans un restaurant sur cette maudite plage. Un jour, elle aperçoit Jean, ado dont l’âge et le physique lui évoquent son enfant. Elle le suit ; il s’en rend compte… L’exercice consistant à dilater un court métrage en un long est souvent l’apanage des débutants pour qui le format bref constitue, aux yeux des producteurs, une promesse. Mais les deux disciplines étant ontologiquement différentes, l’entreprise s’avère souvent un redoutable casse-gueule. Pour y échapper, certains optent pour une simple prolongation de leur court à l’instar de Xavier Legrand (avec Avant que de tout perdre, puis Jusqu’à la garde dont on connaît le double succès) ou ici Rodrigo Sorogoyen. Le très expérimenté réalisateur avait signé en 2017, entre

Continuer à lire

"El Reino" : carnets de campagne

ECRANS | De Rodrigo Sorogoyen (Esp-Fr, 2h11) avec Antonio de la Torre, Monica Lopez, Nacho Fresneda…

Vincent Raymond | Vendredi 12 avril 2019

2007. Cadre politique régional en pleine ascension nationale, Manuel est brutalement écarté à la suite de la mise au jour d’affaires de corruption au sein de son parti. Traité en fusible alors que l’exécutif entier était au courant, Manuel refuse de se laisser abattre. Au figuré comme au propre… Après le choc Que Dios Nos Perdone (2017), moite thriller virtuose combinant (entre autres) sexe, sang, brutalité et religion, le réalisateur espagnol Rodrigo Sorogoyen et son comédien Antonio de la Torre se retrouvent comme promis pour cette "fiction susceptible de refléter certaines facettes de la vie politique espagnole". Une fois encore, il s’agit d’un mélange des genres : avec leurs costumes bien coupés, leurs évocations de "dividendes" et de vacances autour d’une belle table, les protagonistes ressemblent davantage à des hommes d’affaires (ou des mafieux) qu’à des politiciens ; ils tiennent en réalité un peu des trois, se repaissant de magouilles et de collusions avec un appétit décuplé par leur

Continuer à lire

"Que Dios Nos Perdone" : ainsi saigne-t-il !

ECRANS | Polar moite au scénario malsain, à l’interprétation nerveuse et à la réalisation précise, le troisième opus de Rodrigo Sorogoyen a tout pour devenir un classique du genre. En attendant, c’est LE grand film à voir dans les salles cet été 2017.

Vincent Raymond | Lundi 17 juillet 2017

Été 2001. Alors que la canicule assomme Madrid, que les Indignés manifestent, que Benoît XVI est annoncé, des vieilles dames sont violées et massacrées par un tueur en série. Alfaro (une brute épaisse expansive) et Velarde (un cravaté introverti et bègue) sont chargés de l’enquête… On va bien vite oublier la petite déception de La Colère d’un homme patient, accident de parcours dérisoire dans la récente contribution espagnole au genre polar : ce qu’accomplit ici le jeune Rodrigo Sorogoyen pourrait en remontrer à bien des cinéastes chevronnés – au fait, comment se fait-il que ses deux précédents longs-métrages soient encore inédits en France ? Judicieusement placée dans un contexte historique particulier lui offrant d’intéressants rebonds politiques ou religieux, son intrigue sombre et retorse est peuplée de personnages à plusieurs dimensions : il n’y a pas de simple silhouette, mais de la complexité dans le moindre caractère, de l’ambiguïté à tous les étages, y compris chez les héros. D’ailleurs, la définition de la causalité première du mal se transforme en casse-tête, surtout lorsque l’on constate que le bien n’est pas son symétrique exact.

Continuer à lire

"La Colère d’un homme patient" : vengeance glacée

ECRANS | de Raúl Arévalo (Esp., int.- 12 ans, 1h32) avec Antonio de la Torre, Luis Callejo, Ruth Diaz…

Vincent Raymond | Mardi 25 avril 2017

Huit ans après un braquage musclé qui s’est mal terminé pour les victimes comme pour les malfaiteurs, un étrange bonhomme taiseux se rapproche du gang à l’origine des faits. Son but : la vengeance. L'Espagnol Raúl Arévalo ouvre son premier film sur une prometteuse séquence, au spectaculaire duquel il est difficile d’être insensible. Las ! La suite ne sera pas du même tonneau, marquée par un rythme un tantinet poussif, malgré les efforts ou effets pour le muscler (inserts de cartons-chapitres durant la première demi-heure, violence stridulante…) afin de maintenir une tension en accord avec le sujet. Un sujet qui constitue un problème majeur pour ce thriller moralement discutable : il s’agit tout de même d’une "charlesbronsonnerie" contemporaine vantant froidement, sans la moindre distance, le principe de l’auto-justice. Ajoutons que l’intrigue, par trop rectiligne, ne réserve aucune surprise dans son dénouement. Malgré cette brutalité générale, La Colère… a bénéficié en Espagne d’un accueil des plus favorables, conquérant les Goya des meilleurs film, acteur et jeune réalisateur. Va falloir se calmer.

Continuer à lire

Amours cannibales

ECRANS | De Manuel Martín Cuenca (Esp-Roum-Russie-Fr, 1h56) avec Antonio de la Torre, Olimpia Melinte…

Christophe Chabert | Mardi 16 décembre 2014

Amours cannibales

Carlos, tailleur discret de Grenade, aime les femmes. Mais attention, il les aime bien préparées. Aussi habile avec un fil et des aiguilles qu’avec un couteau de boucher, il déguste ses victimes selon un rituel presque monotone, sans en tirer de plaisir apparent. On a présenté les choses avec un poil d’ironie, mais Amours cannibales en est résolument dépourvu. Au contraire, la froideur de la mise en scène renvoie plutôt à la "glaciation émotionnelle" tant vantée par Michael Haneke. Même lorsqu’une histoire d’amour, une vraie, se profile entre Carlos et la sœur d’une des femmes qu’il a tuées, Cuenca ne déroge pas à sa grammaire : plans tirés au cordeau, absence de musique, quête de distance et d’atonie dans l’approche des événements. Cette forme-là, respectable dans son principe mais devenue très académique à force d’être mise à toutes les sauces, est assez contre-productive dans le cas d’Amours cannibales. On n’est jamais loin du pléonasme tant la grisaille et l’absence de passion semblent envahir en permanence et l’action, et les personnages, et l’approche visuelle de Cuenca. Même les scènes gore ne créent pas vraiment de malaise, fondues dans l’apathi

Continuer à lire