"La Belle et la meute" : les prédateurs de la nuit tunisienne

ECRANS | de Kaouther Ben Hania (Tu.-Fr.-Sue.-No.-Lib.-Qa.-Sui., 1h40) avec Mariam Al Ferjani, Ghanem Zrelli, Noomane Hamda…

Vincent Raymond | Lundi 16 octobre 2017

Étudiante à Tunis, Mariam participe à une soirée de bienfaisance durant laquelle elle rencontre Youssef. Leur idylle naissante est dramatiquement interrompue par une patrouille de police et Mariam est violée par ces prétendus "représentants de l'ordre". Son enfer ne fait que débuter…

Révélée par le documenteur incisif Le Challat de Tunis (2015), Kaouther Ben Hania poursuit dans la même veine tranchante, dénonçant encore et toujours le sort réservé aux femmes en Tunisie — un Printemps arabe, pas plus qu'un Prix Nobel de la Paix, ne suffisent hélas à balayer des années de machisme ni de patriarcat.

La cinéaste use ici d'une forme de narration radicale, mais appropriée : de longs plans-séquences montrent la victime en proie à une cascade de violences psychologiques, ajoutant à son traumatisme. Chacun figure l'une des insoutenables étapes de son interminable calvaire intime, aggravé par des mentalités étriquées et une barbarie administrative (à l'hôpital, au commissariat) rappelant par instants l'excellent I am not Madame Bovary de Feng Xiaogang. L'acte de brutalité initial, le viol, est judicieusement tenu hors champ, dans l'une de ces ellipses scandant le film et le gardant de toute obscénité.

Porté par l'interprétation saisissante de Mariam Al Ferjani, La Belle et la Meute est une épreuve nécessaire. Glaçant et maîtrisé.


La Belle et la Meute

De Kaouther Ben Hania (Tun-Fr-Lib-Sui-Suè-Nor, 1h40) avec Mariam Al Ferjani, Ghanem Zrelli...

De Kaouther Ben Hania (Tun-Fr-Lib-Sui-Suè-Nor, 1h40) avec Mariam Al Ferjani, Ghanem Zrelli...

voir la fiche du film


Lors d'une fête étudiante, Mariam, jeune Tunisienne, croise le regard de Youssef. Quelques heures plus tard, Mariam erre dans la rue en état de choc. Commence pour elle une longue nuit durant laquelle elle va devoir lutter pour le respect de ses droits et de sa dignité. Mais comment peut-on obtenir justice quand celle-ci se trouve du côté des bourreaux ?


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Rentrée cinéma 2017 : les quatorze films qui feront notre automne

ECRANS | Bien sûr, on en oublie. Mais il y fort à parier que ces quatorze films constituent des pierres de touche de la fin 2017. Alors sortez votre agenda et cochez les jours de sortie avec nous.

Vincent Raymond | Lundi 28 août 2017

Rentrée cinéma 2017 : les quatorze films qui feront notre automne

Le Redoutable de Michel Hazanavicius 13 septembre Portrait chinois du cinéaste culte Jean-Luc Godard, au moment où il se défait de ce qui lui reste de fantaisie et commence par se prendre sérieusement au sérieux, Le Redoutable est adapté du récit autobiographique Un an après d’Anne Wiazemsky, qui fut en couple avec Godard. En savant théoricien-praticien de l’art du détournement, Michel Hazanavicius (l'homme derrière The Artist et les OSS 117) en a extrait une substance cinématographique purement godardienne, faite de références intellectuelles, de calembours à tiroirs et de ruptures narratives et stylistiques qui dépeint sans déférence ni cruauté le JLG égaré de 1967 (à son époque Mao-moi), à la fois fragile et tyrannique, jouée sans afféterie (mais avec chevrotement et cheveu sur la langue obligatoires) par Louis Garrel.

Continuer à lire