"Jeune Femme" : sans toit, ni loi, mais avec un chat

ECRANS | de Léonor Serraille (Fr.-Bel., 1h37) avec Laetitia Dosch, Grégoire Monsaingeon, Souleymane Seye Ndiaye…

Vincent Raymond | Lundi 30 octobre 2017

Photo : Shellac


Paula vivait avec Joachim, un photographe, mais là c'est fini. Alors elle est à la rue, avec son chat et ses pauv' affaires. Elle tente de se débrouiller en squattant ici ou là, accumulant solutions transitoires et abris de fortune. C'est drôlement chaud, parce que dehors, il fait sacrément froid…

Léonor Serraille a eu une chance inouïe que son film concoure à la Caméra d'Or l'année où son jury se trouve présidé par Sandrine Kiberlain. Celle-ci ne pouvait qu'être sensible au charme décousu de sa réalisation, comme au parcours cabossé de son personnage, évoquant fantomatiquement ces silhouettes errantes que la comédienne endossait dans les premiers longs-métrages de Lætitia Masson. Mais ce côté "truc d'il y a vingt ans" (voire de soixante, si l'on se réfère au Signe du Lion de Rohmer), c'est un peu le problème global de ce journal aigre-doux de la déchéance de Paula.

Enchaînement un peu monotone d'épisodes, vaguement drolatique et social par fulgurances, Jeune Femme est sauvé par la grâce de quelques seconds rôles attachants (la gamine dont Paula "s'occupe", Yuki sa fausse amie d'enfance, Ousmane le vigile…) ainsi que par l'énergie de Laetitia Dosch. Ni déplaisant, ni enthousiasmant ; juste du réchauffé appliqué.


Jeune femme

De Léonor Serraille (Fr-Bel, 1h37) avec Laetitia Dosch, Grégoire Monsaingeon...

De Léonor Serraille (Fr-Bel, 1h37) avec Laetitia Dosch, Grégoire Monsaingeon...

voir la fiche du film


Un chat sous le bras, des portes closes, rien dans les poches, voici Paula, de retour à Paris après une longue absence. Au fil des rencontres, la jeune femme est bien décidée à prendre un nouveau départ. Avec panache.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter