"Makala" : captivant

ECRANS | de Emmanuel Gras (Fr., 1h36) avec Kabwita Kasongo, Lydie Kasongo…

Vincent Raymond | Mardi 5 décembre 2017

Photo : Batysphère productions


Au Congo, Kabwita bâtit sa maison. Afin d'acheter les tôles destinées à recouvrir le toit, il entreprend de fabriquer du charbon qu'il ira vendre sur le marché de Kolwezi. Alors s'engage un très long processus : coupe du bois, calcination, acheminement "à dos d'homme" et cycle de lourds sacs…

Dûment récompensé par le Prix de la critique lors du dernier Festival de Cannes, ce film oscille – sans avoir vocation à trancher, d'ailleurs – entre documentaire et fiction ; flirte parfois avec le suspense pour s'achever par une envolée mystique. Captivant par sa pure élégance formelle, avec ses plans enveloppants (voire caressants), Makala est un film quasi marxiste, dans la mesure où il matérialise toutes les étapes de la production d'un – très exigu – capital, conquis par un forçat de la terre. Le réalisateur français Emmanuel Gras saisit du labeur l'abrutissante mécanique hypnotique, l'ingratitude de la rétribution, comme il montre l'aisance des intermédiaires ou le racket ordinaire opéré par les forces de l'ordre.

D'aucuns pourraient se gausser devant la croisade dérisoire de Kabwita, arguant qu'il ne se passe pas grand-chose. Bien au contraire : on assiste ici à un récit épique ; celui d'un Sisyphe contemporain déplaçant des montagnes. La musique du violoncelliste Gaspar Claus ne manque pas de manifester toute sa gravité respectueuxe pour ce héros si discret.


Makala

De Emmanuel Gras (Fr, 1h36) avec Kabwita Kasongo, Lydie Kasongo...

De Emmanuel Gras (Fr, 1h36) avec Kabwita Kasongo, Lydie Kasongo...

voir la fiche du film


Au Congo, un jeune villageois espère offrir un avenir meilleur à sa famille. Il a comme ressources ses bras, la brousse environnante et une volonté tenace. Parti sur des routes dangereuses et épuisantes pour vendre le fruit de son travail, il découvrira la valeur de son effort et le prix de ses rêves.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Festival Holocène : quatre soirs quatre ambiances

MUSIQUES | Du mardi 27 février au samedi 3 mars aura lieu dans plusieurs salles de Grenoble et de l’agglomération la deuxième édition du festival Holocène, créé par la société de production grenobloise Le Périscope. Avec un programme varié au possible (au risque de s’y perdre ?) qui enchaîne les têtes d’affiche et les découvertes. On détaille tout ça avant de poser quelques questions au maître d’œuvre de l’aventure.

La rédaction | Mardi 20 février 2018

Festival Holocène : quatre soirs quatre ambiances

Un mardi hip-hop Gros contrastes en perspective pour la date rap du festival. En tête d’affiche, on retrouve ainsi Davodka, MC du XVIIIe arrondissement parisien autoproduit et figure de proue d’une certaine forme de rap français "à l’ancienne", peu médiatisée mais bénéficiant d’une base de fidèles inaliénables. "Kickeur" de premier plan en activité depuis bientôt 15 ans, Davodka, grandi à l’école des "freestyles" et "open-mics", rappe vite et bien, dénonçant les injustices et les tracas du quotidien sur des instrus "boom-bap" traditionnelles construites autour de samples mélancoliques. Pour l’originalité et l’innovation, on repassera, même si en dépit d’une certaine tendance à enfoncer les portes ouvertes dans ses textes, le talent est bel et bien là. À l’opposé du spectre, on retrouve les trois rappeurs suisses Di-Meh, Makala et Slimka, incarnations flamboyantes d’un rap "new-school" électronique et tapageur taillé pour les clubs, entièrement basé sur le charisme, l’énergie et la spontanéité. À vous de choisir votre camp ! DG

Continuer à lire

Le documentaire loin des clichés avec L’Excentrique Cinéma

Mini festival | Du mardi 2 au jeudi 4 mai, au Club, à Mon Ciné et au 102 aura lieu un festival de cinéma particulier. Où l'on pourra découvrir des films sortant des carcans classiques du documentaire traditionnel.

Damien Grimbert | Mardi 25 avril 2017

Le documentaire loin des clichés avec L’Excentrique Cinéma

Défenseur d’un cinéma « où les auteurs affirment des points de vue pour penser et comprendre le monde environnant », le méconnu collectif grenoblois Cinex (Atelier du cinéma excentrique) propose au grand public un accès à son univers par le biais de son événement L’Excentrique Cinéma. Au programme, trois documentaires de création projetés dans trois lieux distincts (et accompagnés de rencontres avec leurs réalisateurs respectifs). Des films liés non pas par une thématique commune mais par des préoccupations socio-politiques convergentes ainsi que des modes de narration libres et non-formatés sortant des carcans classiques du documentaire traditionnel. Pas comme des loups (le mardi au Club, photo) de Vincent Pouplard accompagne ainsi deux jeunes frères d’une vingtaine d’années en rupture avec les normes sociétales, mais dont le mode de vie marginal s’accompagne d’une autodiscipline peu commune. 300 hommes d’Emmanuel Gras et Aline Dalbis (le mercredi à Mon Ciné) se

Continuer à lire